On est, en effet, esclave de ce qui vous domine. 2P 2, 9-22

AELF : Office des lectures