La vie en Dieu à laquelle est admise l'âme est si grande que cela ne peut s'exprimer par la parole. Quand l'âme revient à la vie ordinaire, elle voit que cette vie est un crépuscule, un brouillard, un désordre, l'emmaillotement d'un petit enfant. Dans de tels moments, l'âme ne fait que recevoir de Dieu, car d'elle-même, elle ne fait rien, elle ne fait pas le moindre effort, Dieu fait tout en elle. PJ 767