16 décembre 2018

SAINT ANSELME DE CANTORBERY

"Je ne cherche pas à comprendre afin de croire, mais je crois afin de comprendre. Car je crois ceci - à moins que je crois, je ne comprendrai pas. "

Posté par ucem à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


NOTRE DAME DE L'ATLAS - chant en hommage aux moines de Tibhirine

 Entièrement donnés à Dieu

Au Dieu qui les appelle

A donner leur vie au pays

Pour les frères qu'ils aiment

 

Ils sont creusé dans le désert

Un puits pour tous leurs frères

Dans le dialogue et la prière

L'Eau de Dieu, ils trouvèrent

 

Ils ont fait naître sur la terre

Une étoile de Paix ;

Pour le pardon et l'unité

Ils ont versé leur sang.

 

Fidèles à la vie consacrée,

A la vie fraternelle,

De leur Mère ils sont la couronne

Dame de la montagne.

 

Comment vivre cette Joie-là

larrons en paradis ?

Pardon demandé et donné

Mystère de l'Esprit !

 

Folie d'une amitié vécue

Au coeur des différences

Lien de la paix dans la prière

Témoins de l'Espérance !

(sur l'air de "Puissance et gloire de l'Esprit")

 

***

Voici la demeure de Dieu parmi les hommes, Marie, terre admirable, terre de la promesse, Mère de l ́Emmanuel.

1. L ́ange du Seigneur fut envoyé à Marie, Et la Vierge fut éblouie par la lumière. Ecoute, Marie, Vierge du Christ : Tu concevras et tu enfanteras un fils, Tu es le paradis nouveau et la terre promise En toi le soleil a établi sa demeure.

2. Le Seigneur t ́a regardée dans son amour, Reçois la parole que par l ́ange il t ́envoie ; Il vient vers nous, le Dieu véritable, Il revêt dans ton sein la chair du premier Adam, Engendré par le Père et né dans le temps, Dieu et homme, lumière et vie, le créateur du monde.

3. Voici la mère de mon Sauveur qui vient à moi : Bienheureuse es-tu, toi qui as cru, Et béni le fruit de tes entrailles, Ce qui est engendré en toi vient de l ́Esprit-Saint Dès que ta salutation a retenti à mes oreilles, L ́enfant a tressailli d ́allégresse en mon sein.

4. Réjouissez-vous avec moi, bien-aimés du Seigneur ; Mon cœur est devenu le temple de Dieu, Il s ́est penché sur son humble servante, Il a fait de mon sein la porte du ciel, En moi il a pris chair, le Fils unique du Père, Jésus, le plus beau des enfants des hommes.

5. Gloire au Père qui a choisi Marie, Pour être la mère de son fils bien-aimé, Gloire au Fils venu vers nous dans sa grande pitié ; Il nous a visités dans la faiblesse de la chair, Et nous chantons l ́Esprit, vivifiant et saint, Qui a inondé Marie de sa lumière.


FÊTE DE SAINT JEAN DE LA CROIX

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/47572561_2092105164413016_5895964635311374336_n.jpg?_nc_cat=100&_nc_ht=scontent-cdg2-1.xx&oh=c0bd04281d7047228a187a5d9952b1fd&oe=5C94201FGran

LE CANTIQUE SPIRITUEL (1584)
DE S. JEAN DE LA CROIX

Malgré tous les mystères et toutes les merveilles que les saints docteurs ont découverts ou que les saintes âmes ont pu contempler ici-bas, la plus grande partie en reste encore à dire et même à concevoir. Ce qui est dans le Christ est inépuisable ! C’est comme une mine abondante remplie d’une infinité de filons avec des richesses sans nombre ; on a beau y puiser, on n’en voit jamais le terme ; bien plus, chaque repli renferme ici et là de nouveaux filons à richesses nouvelles ; ce qui faisait dire à saint Paul du Christ : Dans le Christ se trouvent cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance de Dieu. Mais l’âme ne peut y pénétrer ni les atteindre, si, comme nous l’avons dit, elle ne passe pas d’abord et n’entre pas dans la profondeur des souffrances extérieures et intérieures ; il faut, de plus, qu’elle ait reçu de Dieu une foule de faveurs intellectuelles et sensibles, et qu’elle ne soit exercée longtemps dans la spiritualité ; ces faveurs sont en effet d’un ordre inférieur : ce sont des dispositions pour arriver aux cavernes élevées de la connaissance des mystères du Christ, la plus haute sagesse à laquelle on puisse parvenir ici-bas.

Oh ! si l’on finissait enfin par comprendre qu’il est impossible de parvenir à la profondeur de la sagesse et des richesses de Dieu sans pénétrer dans la profondeur de la souffrance de mille manières, l’âme y mettant sa joie et ses désirs (afin de comprendre avec tous les saints quelle en est la largeur et la longueur, la hauteur et la profondeur) ! L’âme qui désire vraiment la sagesse désire aussi vraiment entrer plus avant dans les profondeurs de la Croix qui est le chemin de la vie ; mais peu y entrent. Tous veulent entrer dans les profondeurs de la sagesse, des richesses et des délices de Dieu, mais peu désirent entrer dans la profondeur des souffrances et des douleurs endurées par le Fils de Dieu : on dirait que beaucoup voudraient être déjà parvenus au terme sans prendre le chemin et le moyen qui y conduit. 

AELF Office des lectures

de

13 décembre 2018

DIEU RENDRA À CHACUN SELON LES FRUITS QU'IL PORTE

Parole du Seigneur. Maudit soit l'homme qui met sa confiance dans un mortel, qui s'appuie sur un être de chair, tandis que son cœur se détourne du Seigneur. Il sera comme un buisson sur une terre désolée, il ne verra pas venir le bonheur. Il aura pour demeure les lieux arides du désert, une terre salée et inhabitable.
Béni soit l'homme qui met sa confiance dans le Seigneur, dont le Seigneur est l'espoir. Il sera comme un arbre planté au bord des eaux, qui étend ses racines vers le courant : il ne craint pas la chaleur quand elle vient, et son feuillage reste vert ; il ne redoute pas une année de sécheresse, car elle ne l'empêche pas de porter du fruit.
Le cœur de l'homme est compliqué et malade ! Qui peut le connaître ? Moi, le Seigneur, qui pénètre les cœurs et qui scrute les reins, afin de rendre à chacun selon ses actes, selon les fruits qu'il porte.  Jr 17, 5-10

AELF

Posté par ucem à 16:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Très grandehttps://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/48046750_2051008551786539_3598562950526271488_n.jpg?_nc_cat=105&_nc_ht=scontent-cdg2-1.xx&oh=4932e18e99c193d3f9b677e06b1b8cd3&oe=5C9F2FF7

Posté par ucem à 13:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 décembre 2018

VIENS, TOI, SOIS NOTRE ROI !

08 Un jour, les arbres se mirent en campagne pour se donner un roi et le consacrer par l’onction. Ils dirent à l’olivier : “Sois notre roi !”

09 L’olivier leur répondit : “Faudra-t-il que je renonce à mon huile, qui sert à honorer Dieu et les hommes, pour aller me balancer au-dessus des autres arbres ?”

10 Alors les arbres dirent au figuier : “Viens, toi, sois notre roi !”

11 Le figuier leur répondit : “Faudra-t-il que je renonce à la douceur et à la saveur de mes fruits, pour aller me balancer au-dessus des autres arbres ?”

12 Les arbres dirent alors à la vigne : “Viens, toi, sois notre roi !”

13 La vigne leur répondit : “Faudra-t-il que je renonce à mon vin, qui réjouit Dieu et les hommes, pour aller me balancer au-dessus des autres arbres ?”

14 Alors tous les arbres dirent au buisson d’épines : “Viens, toi, sois notre roi !”

15 Et le buisson d’épines répondit aux arbres : “Si c’est de bonne foi que vous me consacrez par l’onction pour être votre roi, venez vous abriter sous mon ombre ; sinon, qu’un feu sorte du buisson d’épines et dévore jusqu’aux cèdres du Liban !” »

AELF

Retraite dans la ville

Acathiste du Buisson ardent

***

Cf Séance 4 Ecole de la foi : le buisson ardent Ex 3, 1-15 AELF

COURAGE CHER ENFANT DE DIEU

Courage, cher enfant de Dieu, mourez afin de pouvoir vivre, sortez de vous-même pour entrer en Dieu. Imaginez que vous entendiez ces paroles de ce grand Maître : "Cesse d'être ce que tu es, c'est-à-dire ce petit homme, ce petit esprit, ce petit néant, ce misérable pécheur ; quitte ces conditions malheureuses, ces biens si limités, si mélangés de mal, de boue et d'imperfections, pour participer à mes trésors et pour être avec moi.

Ferme donc les yeux ; jette-toi entre mes bras ; n'agis plus que par moi-même et ne sache rien au monde au monde, si ce n'est de m'obéir et de me suivre en tout et pour tout. Laisse-toi donc prendre, mon cher enfant, et agréger au nombre de ces âmes bénies dont tu peux dire et chanter amoureusement : Dieu domine toujours en elle, son Esprit en fait ce qu'il veut."

Bienheureux Nicolas Barré

Lettre 13, à un religieux