03 janvier 2015

PÈRE ANDRÉ-MARIE

Les repères des « humaines saisons »
Effacent les formes de la vie en nous.
Ton silence s’est levé.
Mais l’obstination de tous les bonheurs,
De tous les possibles que tu savais,
Eclaire en moi les ombres de ton passage.
Je me mets à croire aux « toujours ».
Ces toujours qu’il me faut inventer
Et laisser naître à l’intérieur de moi.
Je suis l’obligé de cette relation
Que la vie, en moi, tente de créer
Avec toute la création.
Si hier, tu as été ma mère,
Découvrirai-je un jour à quel point
Il me reste à être la vraie mère
De celui que je dois devenir
Au creux silencieux du maternel en moi ?

Père André-Marie

Maman (tome II)

Posté par ucem à 21:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,