13 avril 2017

SEMAINE SAINTE - OFFICE DES TÉNÈBRES DU JEUDI SAINT

Texte patristique - Jeudi Saint

De Méliton de Sardes (IIIe siècle)

Lui, l'Agneau sans voix

Le mystère du Seigneur — qui a été préfiguré depuis longtemps et, aujourd’hui, est rendu visible — trouve sa créance parce qu’il a été accompli, bien qu’il soit jugé inouï pour les hommes. En effet ancien et nouveau est le mystère du Seigneur. Ancien selon la préfiguration, nouveau selon la grâce. mais si tu regardes vers la préfiguration, tu verras le vrai à travers sa réalisation. Si donc tu veux que le mystère du Seigneur apparaisse, regarde vers Abel pareillement tué, vers Isaac pareillement lié, vers Joseph pareillement vendu, vers Moïse pareillement exposé, vers David pareillement persécuté, vers les prophètes pareillement souffrants à cause du Christ ; regarde aussi vers l’agneau qui fut immolé en Égypte, vers celui qui frappa l’Égypte et sauva Israël par le sang.

C’est lui, le Seigneur, qui pour avoir été amené comme une brebis et immolé comme un agneau, nous délivra du service du monde comme de la terre d’Égypte, nous délia des liens de l’esclavage du démon comme de la main de Pharaon, marqua nos âmes de son propre Esprit comme d’un sceau et les membres de notre corps de son propre sang.C’est lui qui couvrit la mort de confusion, qui mit le démon dans le deuil, comme Moïse Pharaon. C’est lui qui frappa l’iniquité, qui priva l’injustice de postérité comme Moïse l’Égypte, c’est lui qui nous arracha de l’esclavage pour la liberté, des ténèbres pour la lumière, de la mort pour la vie, de la tyrannie pour une royauté éternelle, lui qui fit de nous un sacerdoce nouveau et un peuple élu, éternel. C’est lui qui est la Pâque de notre salut. C’est lui qui en une vierge prit chair, qui sur le bois fut suspendu, qui en terre fut enseveli, qui ressuscita d’entre les morts et vers les hauteurs fut exalté. C’est lui, l’agneau sans voix, lui l’agneau égorgé, lui, né de Marie, lui pris du troupeau et traîné à l’immolation, et le soir, tué, et de nuit enseveli.

 

Sur la Pâque 58.64...71

(Sources Chrétiennes 123, p. 93..123)

Source

***

Procession du Saint Sacrement au reposoir

1 - La nuit qu'il fut livré, le Seigneur prit du pain;

En signe de sa mort le rompit de sa main:

"Ma vie, nul ne la prend mais c'est moi qui la donne

Afin de racheter tous mes frères humains."

 

2 – Après qu'il eut soupé pour la dernière fois

S'offrit comme victime au pressoir de la Croix:

"Mon sang, versé pour vous est le sang de l'Alliance

Amis, faites ceci en mémoire de moi."

 

3 – Et nous, peuple de Dieu nous en sommes témoins.

Ta mort, nous l'annonçons par ce pain et ce vin.

Jésus ressuscité ton église t'acclame.

Vainqueur, passé du monde à la gloire sans fin.

 

4 – Tu viens revivre en nous ton mystère pascal.

Eteins en notre chair le foyer de tout mal:

Nous sommes tes sarments, Sainte vigne du Père,

Fais nous porter du fruit pour le jour triomphal.

 

5 – Seigneur, nous attendons ton retour glorieux;

Un jour, tu nous prendras avec toi dans les cieux.

Ton Corps est la semence de vie éternelle:

Un jour, tu nous prendras à la table de Dieu.


12 avril 2017

SEMAINE SAINTE - MESSE CHRISMALE À NOTRE DAME DE PARIS

Source

Joie d'entendre le prêtre qui m'accompagne dans mon cheminement spirituel  renouveler son engagement, d'avoir des nouvelles encourageantes de la santé de notre évêque Monseigneur André Vingt-trois, joie d'y retrouver Monseigneur Jérôme Beau dont j'ai reçu le sacrement de Confirmation et des soeurs en Christ de ma paroisse, joie d'être enfant de Dieu....

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer