09 juin 2020

AFFLICTION

« Si quelqu'un garde le souvenir de quelqu'un qui l'a affligé, lésé ou insulté, il doit se souvenir de lui comme d'un médecin envoyé par le Christ et le considérer comme un bienfaiteur. Car si tu t'affliges en ces circonstances, c'est que ton âme est malade. En effet, si tu n'étais pas malade, tu ne souffrirais pas. Tu dois donc rendre grâce à ce frère, puisque grâce à lui tu connais ta maladie. Prie pour lui et reçois ce qui vient de lui comme des remèdes envoyés par le Christ. Ainsi soit-il. »

Saint Dorothée de Gaza (vers 560)


11 mai 2020

L'ORAISON, PRIÈRE INTÉRIEURE

 Quand l'Esprit a fait sa demeure dans un homme, celui-ci ne cesse plus de prier, car l'Esprit prie constamment en lui. 

Alors, "qu'il soit en état de veille ou de sommeil, la prière ne s'arrête jamais dans son âme et soit qu'il mange ou boive, qu'il soit allongé ou qu'il accomplisse un travail et même quand il est plongé dans le sommeil, le parfum de la prière respire spontanément dans son coeur." Isaac le Syrien

***

L'Oraison, ce n'est pas "fabriquer de la Prière", mais rejoindre en nous quelqu'un déjà en train de prier, (Jésus qui prie son Père). Père Caffarel

Source

25 avril 2020

PJ 462 - CONFIANCE

Je comprends bien maintenant que ce qui unit le plus étroitement l’âme à Dieu, c’est le renoncement à soi-même, c’est-à-dire l’union de notre volonté à celle de Dieu. C’est cela qui donne à l’âme la vraie liberté, aide l’esprit à se recueillir profondément, rend légères toutes les peines de la vie, et douce, la mort. PJ 462

20 avril 2020

PJ 1777 - CONFIANCE

Il serait plus facile à la terre et au ciel de retourner au néant qu’à une âme confiante, de ne pas être enveloppée de ma miséricorde. PJ 1777

18 mars 2020

PJ 699 - HUMILITÉ, LE PÉCHÉ, LA REPENTANCE, SACREMENT DE LA RÉCONCILIATION

Qu’aucune âme n’ait peur de s’approcher de moi, même si ses péchés sont comme l’écarlate. Ma miséricorde est si grande que, pendant toute l’éternité, aucune intelligence, qu’elle soit humaine ou angélique, ne saurait l’approfondir. PJ 699


25 février 2020

SAINT DOROTHÉE DE GAZA

« Si quelqu'un garde le souvenir de quelqu'un qui l'a affligé, lésé ou insulté, il doit se souvenir de lui comme d'un médecin envoyé par le Christ et le considérer comme un bienfaiteur. Car si tu t'affliges en ces circonstances, c'est que ton âme est malade. En effet, si tu n'étais pas malade, tu ne souffrirais pas. Tu dois donc rendre grâce à ce frère, puisque grâce à lui tu connais ta maladie. Prie pour lui et reçois ce qui vient de lui comme des remèdes envoyés par le Christ. Ainsi soit-il. »

87544897_1526840437496125_6101225988585160704_n

14 février 2020

PJ 890 - LA FOI, L'ESPÉRANCE, L'AMOUR

L’amour est un mystère qui transforme tout ce qu’il touche en choses belles et agréables à Dieu. L’amour de Dieu rend l’âme libre. Elle est comme une reine qui ne connaît pas les contraintes de l’esclavage ; elle entreprend tout avec une grande liberté, car l’amour qui l’habite lui donne l’élan nécessaire pour agir. PJ 890

13 février 2020

PJ 57 - LA FOI, L'ESPÉRANCE, L'AMOUR

J’ai trouvé mon destin au moment où mon âme s’est abîmée en toi, seul objet de mon amour. Tout, en comparaison de toi, n’est rien. Les souffrances, les adversités, les humiliations, les échecs, les soupçons sont des brindilles qui ne font qu’enflammer mon amour pour toi, Jésus. PJ 57

11 février 2020

PJ 507 - LA FOI, L'ESPÉRANCE, L'AMOUR

Il n’y a pas de plus grande joie que d’aimer Dieu. Dès ici-bas, nous pouvons goûter la félicité que connaissent les habitants des cieux grâce à leur étroite union avec Dieu – union étrange et parfois inconcevable pour nous. On peut obtenir la même grâce par la simple fidélité de l’âme. PJ 507

04 février 2020

PJ 210 - LA FOI, L'ESPÉRANCE, L'AMOUR

Je prie ardemment le Seigneur de daigner affermir ma foi pour que, dans la grisaille de la vie quotidienne, je ne me laisse pas gouverner par ma nature humaine, mais par l’esprit. Ah ! comme tout tire l’homme vers la terre, mais une foi vivante maintient l’âme dans des sphères supérieures et donne à l’amour-propre la place qui lui revient, c’est-à-dire la dernière ! PJ 210