09 octobre 2015

DISPONIBLE POUR DIEU - MADELEINE DELBRÊL

Disponible pour Dieu

« Une fois que nous avons connu la parole de Dieu, nous n'avons pas le droit de ne pas la recevoir ; une fois que nous l'avons reçue, nous n'avons pas le droit de ne pas la laisser s’incarner en nous ; une fois qu’elle s’est incarnée en nous, nous n’avons pas le droit de la garder pour nous : nous appartenons dès lors à ceux qui l'attendent.
Nos pas marchent dans une rue mais notre cœur bat dans le monde entier. C’est pourquoi nos petits actes, dans lesquels nous ne savons distinguer entre action et prière, unissent aussi parfaitement l’amour de Dieu et l’amour de nos frères. (…) Qu’importe ce que nous avons à faire : un balai ou un style à tenir. Parler ou se taire, raccommoder ou faire une conférence, soigner un malade ou taper à la machine. Tout cela n’est que l’écorce de la réalité splendide, la rencontre de l’âme avec Dieu à chaque minute renouvelée, à chaque minute accrue en grâce, toujours plus belle pour son Dieu.
On sonne ? Vite, allons ouvrir, c’est Dieu qui vient nous aimer. Un renseignement ? Le voici... C’est Dieu qui vient nous aimer. C’est l’heure de se mettre à table ? Allons-y... C’est Dieu qui vient nous aimer. Laissons-le faire. »

Missionnaires sans bateaux, Nouvelle Cité, 2009


03 octobre 2015

SERAPHIN DE SAROV

« Veille sur ta paix intérieure et des multitudes se sauveront à tes côtés »

Posté par ucem à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

LA MISÉRICORDE DIVINE

Le pape Jean-Paul II a institué en l'an 2000 le dimanche après Pâques Dimanche de la Miséricorde, en réponse à la demande du Seigneur à Sainte Faustine : " Je désire que la fête de la Miséricorde soit un recours et un refuge pour toutes les âmes, et surtout pour les pauvres pécheurs. En ce jour les entrailles de ma miséricorde sont ouvertes, je déverse tout un océan de grâces sur les âmes qui s'approcheront de la source de ma Miséricorde. " Que signifie la miséricorde de Dieu ? Comment s'est-elle révélée ? Lumières sur la miséricorde avec le père Chocholski, qui a été le secrétaire général du 1er Congrès mondial de la Miséricorde, à Rome en 2008.
La Foi prise au Mot du 01/05/2011.

***

Lettre encyclique de Pape Jean-Paul II sur la miséricorde divine :

Dives in misericordia

***

Sites :

Le message de la Miséricorde

Pour la Miséricorde Divine, Jésus j'ai confiance en toi (veillée à Saint Sulpice, Paris VIe)

***

Le petit journal de Sainte Faustine pdf

Neuvaine à la Miséricorde divine

Le chapelet de la Miséricorde divine

01 octobre 2015

ORGUEIL - MA GRÂCE TE SUFFIT, CAR MA PUISSANCE DONNE TOUTE SA MESURE DANS LA FAIBLESSE

07 Et ces révélations dont il s’agit sont tellement extraordinaires que, pour m’empêcher de me surestimer, j’ai reçu dans ma chair une écharde, un envoyé de Satan qui est là pour me gifler, pour empêcher que je me surestime.
08 Par trois fois, j’ai prié le Seigneur de l’écarter de moi.
09 Mais il m’a déclaré : « Ma grâce te suffit, car ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse. » C’est donc très volontiers que je mettrai plutôt ma fierté dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ fasse en moi sa demeure.
10 C’est pourquoi j’accepte de grand cœur pour le Christ les faiblesses, les insultes, les contraintes, les persécutions et les situations angoissantes. Car, lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort.
2 Co, 12,7-10

Source : AELF


LES DIX CLÉS DE LA PRIÈRE

Nul d’entre nous ne sait prier comme il faut (Rm 8,26). L’apôtre Paul, pourtant expert dans l’art de la contemplation, puisqu’il fut ravi jusqu’au troisième ciel (1 Co 12,2) est le premier à le reconnaître. Mais Jésus nous en a montré la possibilité, par son exemple, et nous en a indiqué la manière, par son enseignement.

Source Une vocation : prier dans la ville

30 septembre 2015

L'ORGUEIL

16 Il y a six choses que le Seigneur déteste, sept qu’il a en horreur :
17 le regard hautain, la langue menteuse, les mains qui versent le sang innocent,
18 le cœur occupé de projets coupables, les pieds qui s’empressent de courir au mal,
19 le faux témoin qui ment comme il respire, et l’homme qui déclenche des querelles entre frères.
Proverbes 6, 16-19
Source : AELF

Posté par ucem à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 septembre 2015

QUAND IL NOUS ARRIVE DE DÉSESPÉRER DE LA VIE, DIEU NOUS INVITE À NOUS APPUYER VÉRITABLEMENT SUR LUI

08 Nous ne voulons pas vous le laisser ignorer, frères : la détresse que nous avons connue dans la province d’Asie nous a accablés à l’extrême, au-delà de nos forces, au point que nous ne savions même plus si nous allions rester en vie.
09 Mais, si nous nous sommes trouvés sous le coup d’un arrêt de mort, c’était pour que notre confiance ne soit plus en nous-mêmes, mais en Dieu qui ressuscite les morts.
2 co 1, 8-9
Source : AELF

Posté par ucem à 00:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

27 septembre 2015

SERMON DE SAINT AUGUSTIN SUR LES PASTEURS

« Dites aux cœurs bouleversés : Courage, ne craignez pas... »


La brebis chétive, vous ne lui avez pas rendu des forces, dit le Seigneur. Il s'adresse aux mauvais pasteurs, aux faux pasteurs, aux pasteurs qui cherchent leurs propres intérêts, non ceux de Jésus Christ. Ils profitent du lait et de la laine, ils ne s'occupent absolument pas des brebis et ne fortifient pas celle qui va mal.

Entre le chétif, c'est-à-dire celui qui n'est pas solide (car on dit aussi que les malades sont chétifs), donc plutôt entre le faible et le malade, c'est-à-dire celui qui va mal, voici, me semble-t-il, quelle est la différence.

Cette distinction, mes frères, que nous essayons de faire vaille que vaille, peut-être, avec plus de précision, pouvons-nous mieux la faire, ou un autre plus habile ou au cœur plus lumineux. Pour l'instant, ne vous y trompez pas, explique les mots de l'Écriture comme je les comprends. Pour ce qui est du faible, il ne faut pas que la tentation lui arrive, car on doit craindre qu'elle ne le brise. Tandis que l'homme languissant est déjà malade, par une certaine convoitise qui l'empêche d'entrer dans le chemin de Dieu, de se soumettre au joug du Christ.

Considérez ces hommes qui veulent vivre bien, qui ont déjà décidé de vivre bien, et qui sont moins capables de souffrir le mal qu'ils ne sont prêts à faire le bien. La fermeté chrétienne ne consiste pas seulement à faire ce qui est bon, mais aussi à supporter ce qui est mauvais. Ceux qui paraissent fervents pour de bonnes actions, mais ne peuvent ni ne veulent tolérer des souffrances imminentes, sont des faibles. Ceux qui, aimant le monde, sont détournés des bonnes actions par une convoitise mauvaise, sont immobilisés par la langueur et la maladie, et du fait de cette langueur, qui semble leur enlever toutes leurs forces, ils ne peuvent rien accomplir de bon.

Tel fut, dans son âme, le paralytique que ses porteurs, ne pouvant amener jusqu'au Seigneur, firent descendre par le toit qu'ils venaient d'ouvrir. C'est comme si, dans ton âme, tu voulais réussir à ouvrir le toit et à déposer devant le Seigneur ton âme paralysée, dont tous les membres seraient inertes, qui serait incapable d'aucune oeuvre bonne, accablée par ses péchés, et languissant par la maladie de sa convoitise. Si tous ses membres sont inertes et si la paralysie est intérieure, pour parvenir jusqu'au médecin, — peut-être en effet le médecin est-il caché, est-il intérieur: ce vrai sens est caché dans les Écritures — en manifestant ce qui était caché, ouvre le toit et dépose le paralytique.

Ceux qui ne s'occupent pas de la brebis malade, vous avez entendu ce qu'on leur dit : Vous n'avez pas rendu des forces à celle qui allait mal, vous n'avez pas bandé celle qui était brisée. Nous vous avons déjà dit cela. Cet homme était brisé par la terreur des tentations. Mais voici quelque chose qui bandera la fracture, voici une consolation : Dieu est fidèle ; il ne permettra pas que vous soyez tentés au dessus de vos forces. Avec la tentation, il vous donnera le moyen d'en sortir, et la force de la supporter.


R/
Je peux tout en celui qui me fortifie.

Dans les faiblesses, les insultes,
les contraintes, les persécutions et les angoisses,

Lorsque je suis faible,
c'est alors que je suis fort.

Source :AELF

21 septembre 2015

PÈRE MARIE-EUGÈNE DE L'ENFANT JÉSUS

« La sainteté, c’est la force de Dieu dans la faiblesse de l’homme »