06 avril 2017

PRIÈRE DE CARÊME - SAINT ANSELME

Seigneur mon Dieu, donne à mon cœur de te désirer ; en te désirant, de te chercher ; en te cherchant, de te trouver ; en te trouvant, de t’aimer ; et en t’aimant, de racheter mes fautes ; et une fois rachetées, de ne plus les commettre.
Seigneur mon Dieu, donne à mon cœur la pénitence, à mon esprit le repentir, à mes yeux la source des larmes, et à mes mains la largesse de l’aumône.
Toi qui es mon Roi, éteins en moi les désirs de la chair, et allume le feu de ton amour. Toi qui es mon Rédempteur, chasse de moi l’esprit d’orgueil, et que ta bienveillance m’accorde l’esprit de ton humilité. Toi qui es mon Sauveur, écarte de moi la fureur de la colère, et que ta bonté me concède le bouclier de la patience.
Toi qui es mon Créateur, déracine de mon âme la rancœur, pour y répandre la douceur d’esprit. Donne-moi, Père très bon, une foi solide, une espérance assurée et une charité sans faille.
Toi qui me conduis, écarte de moi la vanité de l’âme, l’inconstance de l’esprit, l’égarement du cœur, les flatteries de la bouche, la fierté du regard.
Ô Dieu de miséricorde, je te le demande par ton Fils bien-aimé, donne-moi de vivre la miséricorde, l’application à la piété, la compassion avec les affligés, et le partage avec les pauvres.

Saint Anselme (1033-1109), Oratio X

Posté par ucem à 19:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


01 avril 2017

L'ESPRIT SAINT RESTAURE L'ICÔNE DE DIEU EN L'HOMME - PÈRE DANIEL ANGE

https://www.la-boutique-des-chretiens.com/ImgFiches/croix-esprit-saint_1775_1.jpg

Source

Lors d’une journée de formation pour jeunes, organisée le dimanche 17 février à Florence par les « Sentinelles du Matin de Pâques », le père Daniel Ange, fondateur de l’Ecole d’Evangélisation Jeunesse Lumière, a proposé une réflexion intitulée : « Les saints de l’an 2000, pourquoi ne pas les réveiller ? »

Parlant de l’Eglise comme un terrain pour grandir en sainteté, il a rappelé que l’Eglise est faite de « trois continents différents mais reliés entre eux : l’Eglise sur terre, au purgatoire et au ciel ».

Le P. Daniel Ange a expliqué que « l’Eglise de la terre est le lieu de la pentecôte où l’Esprit fabrique les saints », « le purgatoire est l’Eglise du Carême, de l’ultime purification » ; et enfin que « l’Eglise du Ciel est l’Eglise de la Pâque éternelle ».

« L’Eglise sur terre est dans la nuit, mais son ciel est constellé d’étoiles que sont les saints, a-t-il poursuivi. Le purgatoire n’est plus la nuit, c’est déjà l’aurore. Et le ciel est le soleil de midi de Jésus ressuscité ».

Abordant le mystère eschatologique de l’Eglise, il a ensuite dit : « L’Eglise n’a ni début ni fin car l’Eglise prototype est la Sainte Trinité qui existe depuis toujours, et sera la Jérusalem céleste. L’Eglise est éternelle sans début ni fin ».

Quant aux saints, a-t-il ajouté, ils sont « les étoiles qui éclairent la nuit sur terre, nous indiquant notre avenir, l’endroit vers lequel nous allons, et qui montrent le chemin vers l’Orient, l’endroit où se lève le soleil ».

« Les saints sont dans l’éternelle jeunesse de Jésus » et « ne sont jamais des hommes et des femmes d’hier, mais des hommes et des femmes de demain, de l’avenir évangélique de l’Eglise ».

« Après le séisme du péché, Jésus est venu verser son sang, pour nous rendre toute la gloire de Dieu, et les saints nous donnent la preuve que l’œuvre de Jésus n’a pas été un échec », « que le sang de Jésus a porté ses fruits », a-t-il affirmé.

« Un saint a le visage de Jésus. Et tous les saints, ensemble, forment l’unique immense visage de Jésus ».

Mais en même temps, « chaque saint est un chef-d’œuvre de l’Esprit Saint, ajoute le Père Daniel Ange, lequel est comparé à un iconographe qui vient restaurer l’icône vivante de Jésus en nous ».

Evoquant l’exemple de Jean-Paul II, le père Daniel Ange a rappelé que le pape appelait souvent les jeunes à « être les saints du troisième millénaires » et que « les grâces de sainteté ne sont données qu’à une Eglise de prière ».

« Nous sommes déjà saints et tout le problème est de devenir ce que nous sommes déjà. Toute notre vie nous est donnée pour cela : développer notre code génétique baptismal », a-t-il expliqué.

« Lorsque Jésus dit que seuls les enfants entrent dans le royaume des cieux, il veut dire par là que toute ma vie est une croissance vers ma nouvelle enfance, mon enfance éternelle, a-t-il expliqué. Dieu est devenu un petit enfant pour me donner son enfance ».

« Et comment est-il devenu enfant ? », s’est-il interrogé, « Dans le sein de Marie ! Donc moi aussi, je choisis de grandir dans l’enfance divine là où Dieu lui-même a grandi dans sa vie humaine », et « je reçois la vie divine là où Jésus lui-même a reçu la vie humaine », a-t-il dit en mettant l’accent sur l’importance de Marie dans ce cheminement vers la sainteté.

Parlant enfin des Ecoles d’évangélisation, le père Daniel Ange a expliqué que ces écoles sont, au fond, des « Ecoles de divinisation », parce que la vie fraternelle « est un chemin extraordinaire de sainteté car on y apprend à avoir un regard prophétique les uns sur les autres, à y sceller un pacte de confiance réciproque, car je suis jaloux de la sainteté de mes frères, car on ne va pas au ciel seul mais tous ensemble ».

Le P. Daniel Ange a fondé Jeunesse Lumière en septembre 1984. Il s’agit de la première école catholique internationale de prière et d’évangélisation en Europe (avec celle de l’Emmanuel à Paray Le Monial).

L’école a été reconnue canoniquement comme association privée de fidèles par l’archevêque d’Albi, le 10 septembre 1994. Elle est par ailleurs reconnue de facto par le Conseil pontifical pour les laïcs.

Les Sentinelles du Matin de Pâques sont un groupe de jeunes issus de différentes conditions, né après la Journée mondiale des jeunes de Rome, en 2000, lorsque le pape Jean-Paul II avait appelé les jeunes à être les premiers témoins auprès de leurs contemporains, les « sentinelles du matin » du nouveau millénaire.

Le groupe a des liens très étroits avec Jeunesse Lumière. Il a été fondé par un jeune homme qui fréquentait cette école, Gianni Castorani, aujourd’hui séminariste. A son retour en Italie, celui-ci avait fait part de son expérience au Cardinal Ennio Antonelli qui l’avait alors encouragé à lancer une initiative semblable à Florence. Un noyau de garçons et filles s’est alors formé, ces derniers donnant leur disponibilité au Seigneur et au diocèse pour évangéliser d’autres jeunes de leur âge, tout en suscitant la renaissance d’une nouvelle sensibilité missionnaire parmi les jeunes chrétiens à Florence.

Source

Enregistrer

Posté par ucem à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 mars 2017

CHEMIN DE CROIX ET DE GUÉRISON

Chemin de Croix de ce jour dit à la paroisse avec le Père Jérémie B..

***

 traduit et adapté par Thierry et Myriam Fourchaud (se procurer le livret

“Par ses blessures, nous sommes guéris” (Is 53, 5)

Pendant la méditation, à chaque station, dire : “Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons, car tu as racheté le monde, par ta Sainte Croix.” Un “Notre Père”, un “Je vous salue Marie” et un “Gloire au Père”.

Jésus me demande de lui donner tout le mal qui m’est arrivé et que j’ai fait, et Il me donne les grâces divines du passé, du présent et du futur.

1
Première station

Jésus est condamné a mort

Mon enfant, donne-Moi chaque occasion où tu as condamné autrui, et celle où tu as été condamné injustement, et tiens-toi ici en Ma présence, tranquillement, sans te plaindre. Je te donnerai force et aide pour supporter dorénavant injustice et condamnation dans le silence et l'offrande. Donne-moi ton orgueil, et je te donnerai Mon humilité. Ensemble, nous nous tiendrons côte à côte pour racheter cette situation et pour le salut des âmes. Si tu devais tomber, dans ta faiblesse, Je serai là pour porter ce que tu ne peux pas porter, et Ma main te relèvera par la confession, et nous recommencerons...

2
Deuxième station

Notre Seigneur reçoit sa Croix

Mon enfant, donne-Moi ton innocence perdue, toutes les blessures et les plaies du passé et du présent. Donne-Moi ta solitude et ta douleur. Donne-Moi ta pureté perdue, tes espoirs rompus et tes rêves brisés. Donne-Moi tes croix et je prendrai avec joie tes fardeaux Moi-Même. Merci pour toutes ces fois où tu as porté la croix avec courage. Oui, malgré ta faiblesse, tu l'as fait pour les âmes que J'aime. Je guérirai les blessures de ton passé et de ton présent. Je te rendrai ton innocence et ta pureté. Je mettrai en ton cœur une nouvelle espérance, et tu renaîtras dans l'amour, la lumière, la beauté. Ton innocence ressuscite dans Ma Résurrection. Voici ton héritage : tu es Mon enfant, un enfant de Dieu. Sans ta bonne volonté, Je suis impuissant car J'ai besoin de ton amour pour m'aider à porter cette Croix de l'Innocence Crucifiée en ceux qui t'entourent, et aussi en toi-même. Ensemble, nous gagnerons la victoire. Je suis toujours avec toi.

3
Troisième Station

Notre Seigneur tombe pour la première fois

Mon enfant, donne-Moi toutes tes chutes et tes échecs, tes découragements et tes abandons... quand tu t'es détourné de Moi et que tu M'as écrasé de tes péchés, que tu as broyé Ma Vie Divine en toi et en d'autres. Donne-Moi tes retours sur toi-même, ta complaisance dans la tristesse et la mélancolie. Laisse-Moi te donner en retour ma gratitude, pour chaque fois que tu as réussi à te relever et à continuer ton chemin. Permets-Moi de te remercier de t'être tourné vers Moi humblement avec un profond regret du cœur. Je me réjouis avec toi à chaque nouveau commencement, sur ton chemin vers le Ciel.

4
Quatrième station

Notre Seigneur rencontre Sa Mère affligée

Mères et Pères, donnez-Moi votre peine et votre douleur lorsque vous ne pouvez pas secourir vos enfants souffrants, lorsque le péché et le mal vous les ravissent. Donnez-Moi votre impuissance lorsque vous les voyez s'éloigner de Moi. Enfants, donnez-Moi votre angoisse quand vous devez suivre des chemins que vos parents ne comprennent pas pleinement, et que vous ne pouvez pas expliquer. Placez-vous dans le regard d'amour constant entre Ma Mère Très Pure et Moi-même, et tout s'arrangera. Je vous donne Ma Mère pour être votre Mère ! Je vous montre Mon Père, pour être votre Père. “Je Suis le Chemin, la Vérité, la Vie” (Jn 14, 6) Venez, suivez-Moi sur ce chemin d'amour.

5
Cinquième station

Simon de Cyrène aide Notre Seigneur

Mon enfant, donne-Moi tous ces refus d'aider un autre lorsqu'il était en ton pouvoir de le faire. Donne-Moi toutes les occasions où tu as rendu le fardeau de quelqu'un d'autre plus lourd au lieu de l'alléger ; quand tu as résisté ou pris la Croix à contre cœur. Donne-Moi le fardeau de tes lâchetés. Je me souviendrai en échange de toutes les fois où tu as aidé quelqu'un d'autre, où tu as endossé joyeusement le poids de la douleur d'autrui, où tu as partagé le poids de Ma croix. Je te guiderai et Je t'aiderai à l'avenir à mieux faire et à être plus généreux, car ce que tu fais à autrui, tu Me le fais à moi-même.

6
Sixième station

Véronique essuie le visage de Notre Seigneur

Mon enfant, donne-Moi tout ce respect humain qui t'a empêché de “sortir du rang”, et de témoigner de mon amour devant tous, pensant d'abord à ce que d'autres pourraient penser de toi. Donne-Moi ta crainte d'être jugé, tes indifférences, ton manque de compassion, tes duretés de cœur. Je te donnerai de vivre sous Mon regard et non sous le regard des hommes. Je te donnerai la force dans la tendresse, les gestes d'amour dans la douceur et la discrétion. J'ai tant de personnes à consoler ! Donne-Moi ton regard hautain et les images qui éveillent en toi le trouble. Je te donnerai Mes yeux de miséricorde et d'amour et Je purifierai ta mémoire et ton imagination. Toi et Moi, ensemble, nous consolerons Mes chers enfants.

7
Septième station

Notre Seigneur tombe pour la deuxième fois

Mon enfant, donne-Moi le poids de tes péchés. Ils t'écrasent tant ! Tu as l'impression que tu n'as pas la force de te lever, et même quand tu y parviens, tu es trop faible pour ne pas retomber immédiatement. Alors, tu demeures dans la peine, et la souffrance. Je suis venu te relever, pour prendre ce terrible fardeau qui t'écrase au point de désespérer. Donne-Moi simplement tes péchés, peu importe leur horreur. Je ne viens pas te condamner mais te consoler et t'aimer. Viens à Moi dans la confession ! Ne t'inquiète pas si tu ne sais pas par où commencer. Viens au prêtre et explique tes difficultés, et demande lui de t’aider. Ainsi, viens à Moi souvent, Je t'attends.

8
Huitième station

Notre Seigneur console les femmes de Jérusalem

Mon enfant, donne-Moi toutes les fois où tu as négligé les prières à ton intention et à l'intention de ta famille. Quand tu as cessé de prier, te disant : “Personne n'écoute, ni n'entend mes prières, Dieu ne répond pas à mes prières, Dieu ne se soucie ni de moi ni de ma famille”. Donne-Moi toutes les prières auxquelles Je n'ai pas répondu à ta manière, et toutes les prières exaucées auxquelles J'ai répondu à Ma manière, mais que tu as rejetées. Toutes ces prières te mènent à la sainteté. Parfois ce don se présentera sous l'aspect de la souffrance, d'une perte ou d'une peine pour que ton âme grandisse en courage, en amour, en abnégation. Parfois, il sera enveloppé de joie, de paix et de bonheur. Il n'y a aucune prière de Mes enfants que Je n'exauce, parce que Je vous aime. Toute la création te dit, tous les jours : "Je t'aime !" Souviens-toi de Moi, car Je ne t'oublie jamais, même un seul instant.

9
Neuvième station

Notre Seigneur tombe une troisième fois

Mon enfant, donne-Moi toutes les fois où tu ne peux plus avancer, car je comprends bien ce que tu ressens ! Je gisais ici par amour pour toi. Donne-Moi ta détresse et crois au pouvoir de Mon Nom. Fais appel à Mon Nom : “Jésus”. Je t'aime tant et Je te connais par ton nom. Donne-Moi toutes tes paroles inutiles, celles qui ont blessées les autres et qui t'ont blessées toi même. Je mettrai sur ta bouche le silence de l'amour et les paroles de bénédictions et de louanges. Regarde Ma Mère, dont le cœur si tendre me donna le courage de me relever et de continuer.

10

Dixième station

Notre Seigneur est dépouillé de ses vêtements

Mon enfant, donne-Moi tous les biens que Je t'ai donnés au départ, mais dont tu as tellement de mal à te détacher. Donne-Moi tes biens les plus précieux et Je te donnerai la vraie liberté de cœur et d'esprit. Donne-Moi toutes tes richesses matérielles, intellectuelles et spirituelles. Offre-Moi tout ce que Je t'ai donné, et en retour Je t'inonderai avec encore plus de grâces. Pourquoi as-tu peur ; Mon enfant ! Je Suis Dieu et bien capable de prendre soin de toi ! Donne-Moi ton manque de générosité et Je te donnerai toute Ma générosité.

11
Onzième station

Notre Seigneur est cloué à la Croix

Donne-Moi tous tes mauvais gestes, tes mauvaises habitudes et tes déviations. Donne-Moi tout ce que tu as touché qui a sali ton corps, ton esprit, et ton âme. Je purifierai ton sens du toucher et j'ajusterai tes gestes et tes attitudes. Je t'établirai dans le réel des choses bonnes et belles que J'ai créées pour toi. Donne-Moi toutes les fois où tu t'es plaint tandis que Je te proposais de demeurer avec Moi sur la croix par amour des autres. Donne-Moi ta crainte pour toi et ta crainte pour les autres. Moi, Je te donnerai le courage de devenir une victime volontaire de réparation et d'amour. Ne crains rien, Je suis avec toi, et regarde, ta Mère céleste nous accompagne !

12
Douzième station

Jésus meurt sur la croix

Mon enfant, donne-Moi ta crainte de la souffrance et Je t'accompagnerai dans ta souffrance te donnant la joie d'unir ensemble nos cœurs transpercés, avec Ma Mère, pour le salut du monde. Donne-Moi ta révolte et ta crainte de la mort pour toi et pour ceux que tu aimes, car sur la croix, J'ai vaincu la haine et la mort ! Donne-Moi ton cri d'angoisse, et Je te donnerai le cri de la victoire : “Que Ta volonté soit faite”. Tu n'as qu'à te souvenir de Moi, et la vie en Ma présence t'appartiendra !

13
Treizième station

Jésus repose dans les bras de sa Mère

Mon enfant, donne-Moi ton innocence crucifiée. Donne-Moi tous tes manques de tendresse et de chaleur humaine, du passé et du présent. Repose-toi et abandonne-toi, dans les bras de l'Amour Maternel que J'ai pour toi. Fais appel à ta Mère céleste. Ses bras reçoivent ton esprit, ton corps et ton âme blessée. Tu es autant son enfant que Moi-même. Ses larmes intercèdent pour toi. Aime-la ! combien Elle t'aime !

14
Quatorzième station

Notre Seigneur est mis au tombeau

Repose ici dans le silence. Mon enfants, donne-Moi tout ce qui en toi, a goût de solitude et de mort. Je te donnerai la confiance, la foi, l'amour de Ma volonté, le goût de la Vie, le désir de Mon Amour et de l'amour fraternel. Tu n'es jamais seul, pas même un seul instant. Donne-Moi ton vide et ton néant. Je te donne Ma plénitude. Donne-Moi tes larmes et ton chagrin, je te donne Ma paix, Mon espérance et Ma Résurrection Glorieuse.

15
Prière de Guérison

Ô Innocence Divine ! Triomphe de mon innocence crucifiée. Rends à mon corps, mon esprit et mon âme, santé et guérison, réconfort et consolation. Dépose en moi l’esprit de louange, d’adoration et d’action de grâce. Accorde-moi et renouvelle en moi les dons du Saint Esprit. Guide-moi vers une vie de sainteté et un service rempli de joie. Je t'en prie, au nom de Jésus, Sauveur de toute l’humanité et par l’intercession de la Sainte Vierge, des Anges et des Saints. Je te le demande en l’honneur des Cœurs Eucharistiques de Jésus et de Marie, à la louange et en action de grâce, rendues à la Très Sainte Trinité. Amen.

SOURCE (PDF) : blog images saintes

(les photos correspondent au chemin de Croix des Espélugues àLourdes)

Enregistrer

Enregistrer

29 mars 2017

JOURNÉE DU PARDON

Merveille du sacrement de réconciliation... en cette montée vers Pâques.

Joie au ciel et sur la terre.

PRIERE D’ABANDON
Mon Père,
Je m’abandonne à toi,
Fais de moi de qu’il te plaira.
Quoi que tu fasses de moi,
Je te remercie.
Je suis prêt à tout,
J’accepte tout.
Pourvu que ta volonté se fasse en moi,
En toutes tes créatures,
je ne désire rien d’autre, mon Dieu.
Je remets mon âme entre tes mains.
Je te la donne, mon Dieu,
avec tout l’amour de mon cœur,
parce que je t’aime,
et que ce m’est un besoin d’amour
de me donner,
de me remettre entre tes mains sans mesure,
avec une infinie confiance
car tu es mon Père.
Source

Cette prière est la prière commune à tous ceux et celles qui se réclament de Charles de Foucauld, partout dans le monde ; c’est pourquoi elle a été traduite dans beaucoup de langues.

Charles ne l’a pas écrite telle quelle : elle a été tirée d’une méditation plus ample, écrite en 1896, dans laquelle il cherchait à rejoindre la prière de Jésus sur la croix.

27 mars 2017

.Il y a dans le monde des gens qui, quoi qu'ils disent, pensent, fassent. ressemblent à des voyageurs égarés qui cherchent leur chemin dans un monde qui n'est pas le leur. Ils cherchent l'amour, la présence, ceux qui leur ressemblent, ceux qui sont hors du temps et de l'agitation, ceux qui cherchent une rencontre véritable avec l'autre. Mais qui a le temps, qui prête l'oreille, qui aime, qui les aime jusque dans leur étrangeté, qui voudrait s'émerveiller avec eux, qui resterait là en silence gratuitement ? Qui, à part Dieu, veut vraiment d'eux ? Qui les désire ? Qui les attend ? Qui les regarde dormir ? Qui leur caresse la joue ? Qui les écoute sans juger ? Qui les reçoit sans jamais se lasser ? Qui qui prend le temps ? Dans l'un de ses livres, Christian Bobin, dit en substance que nous devrions nous parler, tout bas, doucement, comme on parle à quelqu'un qui va mourir. Nous qui sommes en train de mourir à chaque instant, nous nous parlons comme des sauvages, nous agissons comme si nous étions éternels, nous gaspillons nos forces, nos vies. C'est à se demander si les agonisants ne sont pas plus vivants que nous..

Posté par ucem à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


19 mars 2017

SAINT JOSEPH

http://mj-lagrange.org/wp-content/uploads/2015/02/Saint-Joseph-par-Fra-Angelicod%C3%A9tail-293x300.jpg

Source

Saint Joseph fut l’homme juste, issu de la famille de David, qui a servi de père au Fils de Dieu, le Christ Jésus, qui a voulu être appelé fils de Joseph et lui a été soumis comme un fils à son père. L’Église vénère d’une manière toute spéciale le patron que le Seigneur a établi sur toute sa famille.

« Enfin, saint Joseph est le protecteur de chacune de nos vies. De même qu’il a veillé sur Jésus et sur Marie à Nazareth, il nous accompagne dans notre vie, il nous soutient dans nos démarches, il nous réconforte dans nos difficultés, il nous stimule dans nos lassitudes, il nous appelle quand nous avons tendance à nous endormir. Il est un père pour chacun de nous. Nous célébrons Saint Joseph avec confiance et reconnaissance. Comme il a veillé sur la maison de Nazareth, il veille sur l’Église, sur chacune de nos maisons, et sur chacune de nos vies. Il fait grandir en nous la confiance en Dieu qui s’est fait proche de l’humanité, qui a partagé notre condition humaine, qui a voulu connaître tout de notre vie, hormis le péché, et qui ne nous abandonne pas. Avec la protection de saint Joseph, nous pouvons avancer avec confiance quelles que soient les difficultés de la vie ou les souffrances de l’âge. Rendons grâce à Dieu qui nous a donné ce père. »
Cardinal André Vingt-Trois, Fête de la saint Joseph, 19 mars 2009

« La vie de saint Joseph, vécue dans l’obéissance à la Parole, est un signe éloquent pour tous les disciples de Jésus qui aspirent à l’unité de l’Église. Son exemple nous incite à comprendre que c’est en se livrant pleinement à la volonté de Dieu que l’homme devient un ouvrier efficace du dessein de Dieu qui désire réunir les hommes en une seule famille, une seule assemblée, une seule Ecclesia. »
Benoît XVI, Solennité de Saint Joseph, Yaoudé, Cameroun, 18 mars 2009

Source

11 mars 2017

CONFÉRENCES : APPRENDS-NOUS À PRIER - MGR PATRICK CHAUVET

Seigneur apprends-nous à prier : le combat de la prière

Conférence de Mgr Patrick Chauvet, tous les dimanches de janvier 2017, en direct depuis la Cathédrale Notre-Dame de Paris.
Direct à Notre-Dame de Paris du 08/01/2017.

Seigneur apprends-nous à prier : la mise en présence de Dieu

Conférence de Mgr Patrick Chauvet, tous les dimanches de janvier 2017, en direct depuis la Cathédrale Notre-Dame de Paris.
Direct à Notre-Dame de Paris du 15/01/2017.

Seigneur apprends-nous à prier : le coeur à coeur

Conférence de Mgr Patrick Chauvet, tous les dimanches de janvier 2017, en direct depuis la Cathédrale Notre-Dame de Paris
Direct à Notre-Dame de Paris du 22/01/2017.

Seigneur apprends-nous prier à l'école de Sainte Elisabeth de la Trinité

Conférence de Mgr Patrick Chauvet, tous les dimanches de janvier 2017, en direct depuis la Cathédrale Notre-Dame de Paris.
Direct à Notre-Dame de Paris du 29/01/2017

***

Lire les conférences :

Conférence du 08 janvier 2017
Conférence du 15 janvie 2017
Conférence du 22 janvier 2017
Conférence du 29 janvier 2017

Les dates des prochaines conférences :

Notre Dame de Paris 

02 mars 2017

VEILLÉES DE CARÊME

sainte Elisabeth de la Trinité

Vivre comme une louange à la gloire de Dieu

43 - Une louange de gloire, c'est une âme qui demeure en Dieu, qui l'aime d'un amour pur et désintéressé, sans se chercher dans la douceur de cet amour ; qui l'aime par-dessus tous ses dons et quand même elle n'aurait rien reçu de Lui, et qui désire du bien à l'Objet ainsi aimé. Or comment désirer et vouloir effectivement du bien à Dieu si ce n'est en accomplissant sa volonté, puisque cette volonté ordonne toutes choses pour sa plus grande gloire ? Donc cette âme doit s'y livrer pleinement, éperdument, jusqu'à ne plus vouloir autre chose que ce que Dieu veut.

Une louange de gloire, c'est une âme de silence qui se tient comme une lyre sous la touche mystérieuse de l'Esprit Saint afin qu'il en fasse sortir des harmonies divines ; elle sait que la souffrance est une corde qui produit des sons plus beaux encore, aussi elle aime la voir à son instrument afin de remuer plus délicieusement le Coeur de son Dieu.

Une louange de gloire, c'est une âme qui fixe Dieu dans la foi et la simplicité ; c'est un réflecteur de tout ce qu'Il est ; c'est comme un abîme sans fond dans lequel il peut rayonner et contempler toutes ses perfections et sa propre splendeur. Une âme qui permet ainsi à l'Etre divin de rassasier en elle son besoin de communiquer " tout ce qu'Il est et tout ce qu'Il a," est en réalité la louange de gloire de tous ses dons.

Enfin une louange de gloire est un être toujours dans l'action de grâce. Chacun de ses actes, de ses mouvements, chacune de ses pensées, de ses aspirations, en même temps q'ils l'enracinent plus profondément en l'amour, sont comme un écho du Sanctus éternel.

44 - Au ciel de la gloire les bienheurex n'ont de repos ni jour ni nuit, disant : "Saint, saint, saint, le Seigneur Tout-Puissant.... Et se prosternant ils adorent Celui qui vit dans les siècles...

Dans le ciel de son âme, la louange de gloire commence déjà son office de l'éternité. Son cantique est ininterrompu, car elle est sous l'action de l'Esrit Saint qui opère tout en elle ; et quoiq'elle n'en ait pas toujours conscience, car la faiblesse de la nature ne lui permet pas d'être fixée en Dieu sans distractions, elle chante toujours, elle adore toujours, elle est pour ainsi dire toute passée dans la louange et l'amour, dans la passion de la gloire de son Dieu. Dans le ciel de notre âme, soyons louanges de gloire de la Sainte Trinité, louanges d'amour de notre Mère Immaculée. Un jour, le voile tombera, nous serons introduites dans les parvis éternels, et là nous chanterons au sein de l'Amour infini. Et Dieu nous donnera "le nom nouveau promis au vainqueur." Quel sera-t-il ?

Laudem gloriae

Le ciel dans la foi (Août 1906)

Ephésiens 1, 3-10

03 Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ ! Il nous a bénis et comblés des bénédictions de l’Esprit, au ciel, dans le Christ.

04 Il nous a choisis, dans le Christ, avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints, immaculés devant lui, dans l’amour.

05 Il nous a prédestinés à être, pour lui, des fils adoptifs par Jésus, le Christ. Ainsi l’a voulu sa bonté,

06 à la louange de gloire de sa grâce, la grâce qu’il nous donne dans le Fils bien-aimé.

07 En lui, par son sang, nous avons la rédemption, le pardon de nos fautes. C’est la richesse de la grâce

08 que Dieu a fait déborder jusqu’à nous en toute sagesse et intelligence.

09 Il nous dévoile ainsi le mystère de sa volonté, selon que sa bonté l’avait prévu dans le Christ :

10 pour mener les temps à leur plénitude, récapituler toutes choses dans le Christ, celles du ciel et celles de la terre.

AELF

***

Enregistrer