08 juillet 2020

NEUVAINE NOTRE DAME DU MONT CARMEL

Jour 1

Marie, Mère et beauté du Carmel

Citation biblique : Le Seigneur parla encore ainsi au roi Acaz : « Demande pour toi un signe de la part du Seigneur ton Dieu, au fond du séjour des morts ou sur les sommets, là-haut. » Acaz répondit : « Non, je n’en demanderai pas, je ne mettrai pas le Seigneur à l’épreuve. » Isaïe dit alors : « Écoutez, maison de David (…) Le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici que la vierge est enceinte, elle enfantera un fils, qu’elle appellera Emmanuel (c’est-à-dire : Dieu-avec-nous). Isaïe 7, 10-14

Texte du Carmel : « Au-delà de l’abbaye de Sainte-Marguerite, sur le versant de ce même mont Carmel, dans un site très beau et très gracieux, habitent les ermites latins que l’on appelle frères du Carmel ; ils ont bâti là une petite église à Notre Dame. » Un pèlerin français rapportant ses souvenirs de la Citez de Jherusalem, vers 1230

Méditation : L’ordre du Carmel est né dans le mystère : mystère de cette poignée d’hommes venus en Terre sainte à la fin du XIIè siècle. Ils se rassemblent en une petite communauté pour vivre dans la dépendance de Jésus-Christ en ce haut lieu de la tradition biblique : le Mont Carmel.

Très vite, ils posent un geste tout simple : la dédicace à Marie de leur premier oratoire construit au milieu des cellules. La Vierge Marie est pour eux comme une sœur qui les guide dans leur suite du Christ.

Peut-être puis-je demander à Marie de m’aider à reprendre régulièrement conscience de cette présence de Jésus à mes côtés, tout au long des rencontres et des partages que je veux vivre en son nom ?

***

Jour 2

Marie, Force des chrétiens

Citation biblique : Marie dit à Elisabeth : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides. Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. » Lc 1,46-56

Texte du Carmel : « Fleur du Carmel, Vigne fleurie, Splendeur du ciel, Vierge féconde, Unique. Douce mère Virginale Aux enfants du Carmel, donne tes privilèges, Etoile de la mer. » Prière de saint Simon Stock, Général de l’Ordre du Carmel, vers 1251

Méditation : Alors qu’il récitait quotidiennement cette prière, Simon Stock eut un jour une vision de la Vierge tenant le scapulaire qui lui disait : « Ceci sera pour toi et tous les Carmes un privilège : celui qui meurt en en étant revêtu sera sauvé ». A la confiance de Simon Stock a répondu la protection de Marie, manifestée par le don d’un vêtement. Accueillir cette protection de Marie, c’est se proposer d’adopter les dispositions et les vertus de la Vierge durant sa vie. Non par nos seuls efforts, mais en nous laissant conduire par elle, en nous laissant consacrer par elle. Quelle attitude de la Vierge Marie pourrais-je faire mienne aujourd’hui ? Sa louange du Seigneur ? Sa disponibilité ? Son écoute ?... Je peux lui demander d’intercéder pour que le Seigneur change mon cœur…


12 janvier 2020

FÊTE DU BAPTÊME DE NOTRE SEIGNEUR

Baptème de Notre Seigneur

Saint Jérôme (347-420)

prêtre, traducteur de la Bible, docteur de l'Église

Commentaire sur Matthieu III, 13-16 ; SC 242 (Commentaire sur saint Matthieu, tome I. Livres I et II. Trad. É. Bonnard; Éds du Cerf 1978, p. 95, rev.)

Le baptême de Jésus

« Alors Jésus vint de la Galilée au Jourdain auprès de Jean pour être baptisé par lui » Le Sauveur reçut le baptême de Jean pour trois raisons. La première, parce que, né homme, il voulait accomplir toutes les humbles prescriptions de la Loi ; la seconde pour sanctionner par son baptême le baptême de Jean ; la troisième pour manifester, lorsqu’il sanctifiait l’eau du Jourdain, par la descente de la colombe la venue de l’Esprit Saint dans le baptême des fidèles. « Laisse faire maintenant. » Il dit bien à propos : « maintenant » pour montrer que, si le Christ devait être baptisé dans l’eau, Jean devait l’être par le Christ dans l’Esprit. Ou bien, autre signification, « Laisse faire maintenant », car moi qui ai pris la forme d’un esclave, je veux en remplir toute l’humilité. Mais aussi, sache qu’au jour du jugement, tu dois être baptisé de mon baptême. « Laisse faire maintenant », dit le Seigneur, j’ai aussi un autre baptême dont je dois être baptisé [Il s’agit du baptême de la Passion. Cf. Lc 12,50]. Tu me baptises dans l’eau pour que moi je te baptise pour moi dans ton sang [Il s’agit du baptême de Jean par le martyre]. « Car c’est ainsi qu’il convient que nous accomplissions toute justice. » Il n’a pas ajouté : justice de la Loi ou de l’ordre naturel pour que nous entendions les deux. Si Dieu a reçu le baptême d’un homme, que personne ne juge indigne de le recevoir d’un compagnon de servitude. « Et voici que les cieux s’ouvrirent et qu’il vit l’Esprit Saint descendre comme une colombe et venir au-dessus de lui… » C’est le mystère de la Trinité qui se manifeste dans ce baptême. Le Seigneur est baptisé, l’Esprit Saint descend sous l’aspect d’une colombe, et l’on entend la voix du Père rendant témoignage à son Fils. Les cieux s’ouvrent, non que les éléments s’écartent, mais aux yeux de l’esprit, ces yeux avec lesquels Ézéchiel aussi les vit ouverts, comme il le rapporte au début de son livre (Ez 1, 1). La colombe vint se poser sur la tête de Jésus pour qu’on ne pût penser que la parole du Père s’adressait à Jean et non à Jésus.

Source

25 novembre 2019

BIBLE

J'aurai mon bouclier auprès de Dieu, le sauveur des coeurs droits. Ps 7, 11

C’est elle que j’ai aimée et recherchée depuis ma jeunesse, j’ai cherché à la prendre pour épouse, je suis devenu l’amant de sa beauté. Sg 8, 2

Elle est initiée aux mystères de la science de Dieu, c’est elle qui décide de ses œuvres. Sg 8, 4

Veut-on devenir juste ? Les labeurs de la Sagesse produisent les vertus : elle enseigne la tempérance et la prudence, la justice et la force d’âme, et rien n’est plus utile aux hommes dans l’existence. Sg 8, 4

J’ai donc résolu d’amener la Sagesse à partager ma vie, car je savais qu’elle serait ma conseillère pour bien agir, mon réconfort dans les soucis et la tristesse. Sg 8, 9

Quand j’entrerai chez moi, je me reposerai près d’elle, car sa compagnie est sans amertume ; partager sa vie ne cause pas de peine, seulement plaisir et joie. Sg 8, 16

N’est-ce pas la Sagesse qui appelle, la raison qui élève sa voix ? En haut de la montée, sur la route, postée à la jonction des chemins, près des portes, aux abords de la cité, à l’entrée des passages (...) Pr 8, 1-3

– La sagesse vaut mieux que les perles : rien ne l’égale. Pr 8, 11

La crainte du Seigneur, c’est la haine du mal. Je hais l’orgueil, l’arrogance, le chemin du mal et la bouche perverse. Pr 8, 13

Moi, j’aime ceux qui m’aiment, ceux qui me recherchent me trouvent. Pr 8, 17

Qui me trouve a trouvé la vie, c’est une bienveillance du Seigneur. Pr 8, 35

Qui m’offense se fait tort à lui-même : me haïr, c’est aimer la mort ! Pr 8, 36

Ceux qui tombent, tu les reprends peu à peu, tu les avertis, tu leur rappelles en quoi ils pèchent, pour qu’ils se détournent du mal et croient en toi, Seigneur. Sg 12, 2

Ainsi, tu modères le châtiment de nos ennemis, pour nous apprendre à méditer ta bonté lorsque nous jugeons, et à compter sur ta miséricorde lorsque nous sommes jugés. Sg 12,22

Le portier lui ouvre, et les brebis écoutent sa voix. Ses brebis à lui, il les appelle chacune par son nom, et il les fait sortir. Jn 10, 3

Moi, je suis la porte. Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra entrer ; il pourra sortir et trouver un pâturage. Jn 10, 9

Moi, je suis le bon pasteur, le vrai berger, qui donne sa vie pour ses brebis. Jn 10, 11

Voici pourquoi le Père m’aime : parce que je donne ma vie, pour la recevoir de nouveau. Jn 10, 17

Mais vous, vous ne croyez pas, parce que vous n’êtes pas de mes brebis. Jn 10, 26

Le Père et moi, nous sommes UN. Jn 10, 30

 

20 décembre 2018

VÉRITÉ

du latin veritas: vrai.
Qualité de ce qui est vrai. La vérité est l’adéquation de l’intelligence et de la réalité. Elle n’est pas donnée toute faite, elle se fait, elle est le fruit de l’effort et de la recherche. La vérité scientifique est de l’ordre du savoir alors que dans la Bible la vérité n’est pas l’objet du savoir, elle est la «Parole faite chair». Jésus proclame: «Je suis la Vérité..» (Jn 14,6), il affirme qu’en Lui, Dieu devient la vérité de notre vie et nous appelle à une rencontre qui nous fait vivre. Il veut «que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité». (1 Timothée 2; 4).

SOURCE


30 août 2018

CONNAÎTRE LES RÉALITÉS QU'ON NE VOIT PAS

La foi est une façon de posséder ce que l’on espère, un moyen de connaître des réalités qu’on ne voit pas.

He 11,1

Posté par ucem à 17:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24 août 2014

TRANSFORMATION(S) EN PROFONDEUR

J'avais déjà noté que tout ce que j'aimais jusqu'à il y a un an ou deux, perdait de sa saveur mais depuis le retour de la retraite à l'Abbaye de l'Oelenberg, je n'ai qu'un seul élan, me débarrasser de toutes mes affaires sauf le strict nécessaire, ma Bible et quelques livres.
Les conversations habituelles m'ennuient, jusqu'à la nourriture dont je ne parvenais pas à me détourner qui me dégoûte en dehors des fruits et légumes frais.
Je n'aspire qu'au silence, à la solitude, à la nature, à la prière.
Impression d'avoir été restaurée et détournée de tout ce qui faisait ma vie d'avant, transformée dans les profondeurs de mon être.
Mon âme est tombée amoureuse du Seigneur...

26 mars 2014

LE CANTIQUE DES CANTIQUES - DIVO BARSOTTI

Ce matin, je me suis procuré ce livre : http://pmcdn.priceminister.com/photo/973279761.jpg
Depuis que j''ai lu Le Cantique des Cantiques, depuis que je l'ai écouté, je ne cesse d'y penser. Je pense à notre mariage à venir, je pense au Christ, à son épouse l'Eglise, je pense au souffle coupé par la beauté, à la stupeur que je ressens sans la comprendre. C'est un peu comme si, par ses mots, ses images, ses sons, j'accédais... je ne sais pas très bien à qui, à quoi. J'y pense sans cesse comme à une porte qui viendrait de s'ouvrir, une porte que je ne soupçonnais pas.