22 juillet 2019

ENSEIGNEMENT DE BARNABAS NWOYE EN ALSACE

VIDEO

Lors de son premier déplacement en France au château de Frankenbourg, lieu où se serait converti Clovis, Barnabas Nwoye révèle le contenu très fort des messages que le Christ lui donne depuis 1995. Séminariste nigérian, reconnu par son évêque, il parcourt le monde pour faire connaitre la chapelet du précieux Sang qui s'attaque à la sorcellerie et à la Franc-maçonnerie, et nous révèle ce qui attend le monde dans un prochain avenir... Il est ici accompagné par le père Kisito, exorciste béninois et une délégation allemande.
www.appel-du-ciel.org


27 mai 2019

LES ATTACHES QUI NOUS EMPÊCHENT D'ACCÉDER AU ROYAUME - PÈRE NICOLAS BUTTET

Le Père Nicolas Buttet nous parle de nos pauvretés et des manières d’esquiver Dieu qui nous empêchent de nous laisser toucher par Lui. Il nous invite à nous laisser saisir totalement par le Christ dans nos existences.

Posté par ucem à 03:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

04 janvier 2019

SUIVRE L'AGNEAU DE DIEU

Jésus est Fils de l'homme, à cause d'Adam et à cause de la Vierge, dont il descend... Il est Christ, l'Oint, le Messie, à cause de sa divinité ; cette divinité est l'onction de son humanité..., présence totale de Celui qui le consacre ainsi... Il est la Voie, parce qu'il nous conduit lui-même. Il est la Porte, parce qu'il nous introduit au Royaume. Il est le Berger, parce qu'il guide son troupeau vers le pâturage et lui fait boire une eau rafraîchissante ; il lui montre la route à suivre et le défend contre les bêtes sauvages ; il ramène la brebis errante, retrouve la brebis perdue, panse la brebis blessée, garde les brebis qui sont en bonne santé et, grâce aux paroles que lui inspire son savoir de pasteur, il les rassemble dans le bercail d'en haut. Il est aussi la Brebis, parce qu'il est victime. Il est l'Agneau, parce qu'il est sans défaut. Il est Grand prêtre, parce qu'il offre le sacrifice. Il est Prêtre selon Melchisédech, parce qu'il est sans mère dans le ciel, sans père ici-bas, sans généalogie là-haut car, dit l'Ecriture, « qui racontera sa génération ? » Il est aussi Melchisédech, parce qu'il est Roi de Salem, Roi de la paix, Roi de la justice... Voilà les noms du Fils, Jésus Christ, « hier, aujourd'hui, toujours le même », corporellement et spirituellement, « et il le sera à jamais ». Amen


Saint Grégoire de Nazianze (330-390) évêque et docteur de l'Église Discours théologique 4 (trad. coll. Les Pères dans la foi, Migne 1995, p. 125 rev.)


(Références bibliques : Mt 24,27 ; Mt 1,16 ; Jn 14,6 ; Jn 10,9 ; Jn 11 ; Ps 22 ; Is 53,7 ; Jn 1,29 ; He 6,20 ; He 6,20 ; He 7,3 ; Is 53,8 ; He 7,2 ; He 13,8)


Source

21 septembre 2018

RECHERCHE D'UN NOUVEAU PÈRE SPIRITUEL

Comment pourrais-je comprendre s'il n'y a personne pour me guider ?

Ac 8, 31

Dans ce passage du Petit Journal, Jésus n’enseigne pas qu’avoir un Père spirituel est chose inutile, mais que Lui, le Christ, doit être le premier directeur spirituel de notre âme :

« Combien je désire le salut des âmes. Écris que je désire répandre ma vie divine dans les âmes humaines et les sanctifier, pourvu qu’elles veuillent seulement accepter ma grâce. Les plus grands pécheurs arriveraient à une haute sainteté, si seulement ils avaient confiance en ma miséricorde. Mon royaume sur Terre est ma vie dans l’âme humaine. Écris que je suis moi-même directement le directeur des âmes – et indirectement je les dirige par le prêtre et je mène chacune à la sainteté par un chemin qui n’est connu que de moi. »

(Petit Journal de sainte Faustine, n° 1784.)

Source

30 août 2018

LA TRISTESSE DU CHRIST

En dernier lieu, comme rien n'’a échappé à sa prescience éternelle, il a prévu la variété dans l’Église, son corps mystique, la variété, dis-je, des tempéraments chez ses membres. Et bien que, pour supporter le martyre, la nature ne puisse rien sans la grâce, puisque selon la parole de l’'Apôtre," personne ne peut dire : Jésus est Seigneur, sinon dans l’'Esprit," Dieu n'’accorde cependant pas sa grâce aux hommes pour supprimer momentanément les fonctions et les obligations de la nature, mais ou bien il donne à la nature de se mettre au service de la grâce initiale –et la bonne action se produira avec d’'autant plus d'’aisance  ou bien, au cas où la nature serait portée à résister, vaincue cependant et domptée par la grâce, son mérite dans l’'action sera d’'autant plus recommandable que l’'action était plus difficile. Aussi, prévoyant qu'’ils seraient nombreux ceux qui, ayant un corps plus délicat, connaîtraient une terreur extrême devant tout risque de tourment, afin que leur esprit ne s'’effondre pas en comparant leur âme timorée avec l’'audace des martyrs les plus vaillants, et que, dans la crainte d’'être vaincus par la force, ils ne se livrent pas spontanément, le Christ a voulu relever leur esprit par l’'exemple de sa souffrance, de sa tristesse, de son dégoût et de sa peur sans égale. Et, à qui connaîtrait ces faiblesses, il a voulu dire comme par la voix très parlant des faits : " Reprends courage, ô pusillanime", ne perds pas espoir. Tu es rempli de crainte et de tristesse, tu es ébranlé par le dégoût et la peur devant le supplice que l’'on te prépare cruellement." Aie confiance. J'’ai vaincu le monde  "moi qui plus que toi craignis outre mesure, qui éprouvé plus de tristesse, qui fus davantage en proie au dégoût et à l’'horreur dans la perspective de la si atroce passion qui approchait. Laissons au brave ses mille martyrs au grand cœoeur : qu'’il se réjouisse de les imiter. Quant à toi, mon agnelet, tout timide et chancelant, sois heureux de m'’avoir pour unique berger et suis-moi, je suis ton guide. Tu te défies de toi : mets en moi ton espoir. Vois, je te précède sur ce chemin si effroyable. Saisis la frange de mon vêtement. Tu sentiras qu"’il en émane une force de salut capable d'’arrêter le flux de sang qui s'’écoule de ton esprit en vaines craintes ; elle rendra ton esprit plus allègre, car tu te souviendras que tu mets tes pas dans les miens à moi, qui suis fidèle, et ne souffrirai pas que tu sois tenté au-delà de te ce que tu peux porter, mais avec la tentation je te donnerai de pouvoir tenir bon, sans compter que "cette petite difficulté passagère produira en toi un immense poids de gloire." "Les souffrances du temps présent sont, en effet, sans commune mesure avec la gloire future qui se révélera en toi." Rumine ces pensées, et reprends courage. Quant à ces vains fantômes des ténèbres, effroi, tristesse, peur et dégoût, disperse-les par le signe de ma croix. Va de l’'avant d'’un pas assuré, traverse toutes les adversités, fidèle et confiant que si je combats pour toi tu seras victorieux, et, si c’est moi qui te récompense, tu seras couronné des lauriers de la victoire. Ainsi donc, parmi les autres raisons pour lesquelles notre Sauveur a daigné revêtir les dispositions de la faiblesse humaine, celle dont je viens de parler était unique et non sans intérêt, à savoir que, devenu faible avec les faibles, il pourrait guérir les autres faibles par sa propre faiblesse. Leur bien lui tenait tellement à cœoeur que tout le déroulement de son agonie n'’avait, semble-t-il, d’'autre but plus manifeste que d’'offrir au soldat craintif qu'’il faut entraîner au martyre une technique pour le combat et une ligne de conduite pour la mêlée. Car pour enseigner à l'’homme assailli par la crainte d’'un danger imminent qu'’il doit demander aux autres de veiller et de prier, tout en plaçant, de son côté, sa confiance en Dieu seul ; pour signifier en même temps qu'’il "foulerait seul, sans compagnon, l’'austère pressoir de la croix," ordonnant à ces mêmes trois apôtres qu'’il avait emmenés avec lui, à l’'écart des huit autres, presque jusqu'’au pied du Mont, de s'’arrêter là, de tenir bon et de veiller avec lui, lui-même s'’écarte d’'eux "à la distance d'’un jet de pierre."

S. Thomas More, La tristesse du Christ, Éd. Pierre Téqui, 1990, p. 39-41

Posté par ucem à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


17 novembre 2015

PRIER POUR LES VICTIMES ET LEURS PROCHES MAIS AUSSI POUR CEUX QUI LES ONT TUÉS

Nous ne voyons pas avec les yeux de Dieu, nous voyons avec nos yeux et ce n'est pas à nous de juger qui que ce soit, c'est la raison pour laquelle je crois qu'il est de notre devoir de prier "aussi" pour les terroristes et leurs proches. Nous sommes tout près de la date d'ouverture de l'année de la Miséricorde divine. Le christ a bien dit, " Eh bien ! moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent" Mt 5,44 AELF

11 septembre 2014

RÊVE

J'ai rêvé du Christ, pour la première fois de ma vie (le 11 sept).
Il est appuyé, la tête contre un tableau accroché au mur du couloir dans lequel nous nous trouvions.
Je ne voyais pas ce qu'il y avait sur le tableau.
Il avait une peine terrible.
Je ne sais comment je la ressentais.
Il ne disait rien mais je savais qu'il éprouvait une peine accablante.
Puis, il se tournait face à moi, les bras le long du corps, en tournant ses mains percées vers moi pour que je réalise devant qui je me trouvais.
Dans ses mains des trous, très ronds, très rouges, très nets.
C'était étrange.
Au moment où je réalise qui Il est, je me réveille avec le coeur qui bat à tout rompre.

Posté par ucem à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 avril 2014

REGINA CAELI LAETARE

Antienne mariale, prière chrétienne chantée en latin, dédiée à la Vierge Marie et associée à la joie de la Résurrection du Christ. C'est l'une des quatre hymnes mariales du catholicisme (avec le Salve Regina, l'Alma Redemptoris Mater et l'Ave Regina cœlorum).

Cette prière est chantée du dimanche de Pâques jusqu'au dimanche de la Trinité (qui suit celui de la Pentecôte). Elle termine la prière des Complies et remplace la prière de l'Angélus à h 0, 12 h 0 et 19 h 0. À partir de l'Ascension, les paroles latines du Regina Caeli « Resurrexit sicut dixit » peuvent être remplacées par « Jam [ou : Iam] ascendit sicut dixit ».

Français

Reine du ciel, réjouissez-vous, alléluia
car Celui que vous avez mérité de porter dans votre sein, alléluia
est ressuscité comme Il l'a dit, alléluia
Priez Dieu pour nous, alléluia.

V. Soyez dans la joie et l'allégresse, Vierge Marie, alléluia.
R. Parce que le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.

Prions
Dieu, qui, par la Résurrection de Votre Fils, notre Seigneur Jésus-Christ, avez bien voulu réjouir le monde. Faites- nous parvenir, par la prière de la Vierge Marie, sa mère, aux joies de la vie éternelle. Par le Christ notre Seigneur. Amen.

Latin

Regina Cœli, laetare, alleluia:
quia quem meruisti portare, alleluia.
Resurrexit, sicut dixit, alleluia.
Ora pro nobis Deum, alleluia.

V. Gaude et laetare, Virgo Maria, alleluia.
R. Quia surrexit Dominus vere, alleluia.

Oremus
Deus, qui per resurrectionem Filii tui, Domini nostri Jesu Christi, mundum laetificare dignatus es: praesta, quaesumus; ut, per ejus Genitricem Virginem Mariam, per­petuae capiamus gaudia vitæ. Per eumdem Christum Dominum nostrum. Amen

Source

***

Pape François :

"penser à la joie de Marie, la mère de Jésus"

18 décembre 2013

UN PEU D'HUMOUR

https://scontent-b-ams.xx.fbcdn.net/hphotos-ash3/q71/994366_641987005823103_1930458917_n.jpg

Posté par ucem à 15:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 novembre 2013

LA MESSE DU MERCREDI

Je ne suis pas allée à la messe samedi et dimanche, je n'y suis pas allée non plus.
J'en avais pourtant envie., alors pourquoi ?
Samedi, j'étais fatiguée et me suis persuadée que j'irai le lendemain. Dimanche est passé comme une étoile filante.
Quand l'heure de la messe du soir est arrivée, je n'y suis pas allée.
Pourquoi, mais pourquoi ?!?
J'ai un mal fou à sortir de chez moi.
Je vis en pleine ville, je ne supporte plus d'y vivre alors je recule toujours plus tard le moment de me retrouver dehors au milieu des voitures, dans cet air irrespirable.
Le fait est que je sors pour aller à un cours hebdomadaire alors, pourquoi pas pour aller à la messe ?
D'un côté, c'est le prof qui m'attend et de l'autre le Christ.
Ca devrait me donner des ailes.
Ca a dû me travailler parce que ce matin, au lieu de rentrer à la maison, je suis allée à la messe..
Ca m'a pris d'un coup, là, comme ça.
J'avais dix minutes de retard et ça ne m'a pas empêchée d'y aller quand même.
Il fallait que j'y aille, pas pour me rattraper mais par besoin.
Il fallait que j'y sois.
Le prêtre a lu la parabole des talents.
J'aime ce prêtre.
Quand il lit la Parole, il la rend vivante.
J'aime ces petites messes de semaine.
Avant de sortir, je suis allée admirer la crèche et ça fortement remuée.
J'aime cette période de l'année, penser que le Christ est venu jusqu'à nous. 
Que deviendrait le monde sans lui ?
Je suis rentrée à la maison, toute émue.
Mon Dieu que je suis lente à venir vers toi.
Il doit y avoir une raison à ça.
Tu es patient et moi impatiente, irritée par ma propre lenteur.
Beaucoup de choses à guérir en moi.

Posté par ucem à 15:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,