23 mai 2021

SOLENNITÉ DE LA PENTECÔTE

« Par lui, les cœurs s’élèvent, les faibles sont conduits par la main, ceux qui progressent deviennent parfaits, » affirme saint Basile, et saint Cyrille de Jérusalem d’ajouter :

« L’Esprit vient avec la tendresse d’un défenseur véritable, car il vient pour sauver, guérir, enseigner, conseiller, fortifier, réconforter, éclairer l’esprit de celui qui le reçoit, et ensuite, par celui-ci, chez les autres. »

Dom Dominique-Marie

Source


27 avril 2021

SE DÉTACHER DE SOI-MÊME - IL FAUT BÂTIR SUR LE ROC : DIEU

confessionnal

C'est sur Dieu seul qu'il faut bâtir, en reconnaissant que tu es faible et nu sans lui. Un tel dépouillement est bien le signe que l'union à laquelle Dieu t'appelle est tout sauf une petite consolation qui viendrait en plus du reste, pour compléter le tableau d'une vie honorable. Il s'agit bien de la confiance vitale que le pauvre et le malheureux mettent en Dieu, comme on le voit si bien dans les psaumes. Plus est nu et dépouillé l'esprit qui se jette en Dieu, plus il sera capable de comprendre combien Dieu est tout pour lui. Il n'y a pas de demi-mesure. Devant le péché, il ne s'agit donc pas tant de prendre la décision de revenir à une vie plus honnête, mais de faire reposer ta vie sur le seul fondement solide : Dieu.

Laisse Dieu être Dieu en toi, Petit traité de la liberté intérieure, Jean-Marie Gueullette, Editions Cerf, p.71

***

Cf Maître Eckhart p.58

Sermon 19

Sta in porta domus domini et loquere verbum

Notre Seigneur dit : « A la porte de la maison de Dieu, tiens-toi et proclame la parole et profère la parole ! » Le Père céleste dit une parole et la dit éternellement, et dans cette parole il consume toute sa puissance et dit sa nature divine pleinement dans cette Parole, et toutes créatures. La Parole gît cachée dans l’âme, de sorte qu’on ne la sait ni ne l’entend, à moins qu’on ne lui ménage une écoute dans le fond, autrement elle n’est pas entendue ; plutôt, toutes les voix et tous les bruits il faut qu’ils disparaissent et il faut que ce soit là un calme limpide, un silence. De ce sens je ne parle pas davantage. Maintenant « tiens-toi à la porte. » Celui qui s’y tient, ses membres sont ordonnés. Il veut dire que la partie supérieure de l’âme doit se tenir debout constamment. Tout ce qui est ordonné, il faut que ce soit ordonné sous ce qui est au-dessus de lui. Aucune créature ne plaît à Dieu à moins que la lumière naturelle de l’âme, d’où elle prend son être, ne l’illumine et que la lumière de l’ange n’illumine la lumière de l’âme et ne la prépare et dispose à ce que la lumière divine puisse y opérer ; car Dieu n’opère pas dans les choses corporelles, il opère dans l’éternité. C’est pourquoi il faut que l’âme soit rassemblée et tirée vers le haut, et il faut être un esprit. Là Dieu opère, là plaisent à Dieu toutes les œuvres. Jamais aucune œuvre ne plaît à Dieu qu’elle ne se trouve opérée là. Maintenant « tiens-toi à la porte dans la maison de Dieu. » La maison de Dieu est l’unité de son être ! Ce qui est un, cela se garde le plus volontiers seul. C’est pourquoi l’unité se tient auprès de Dieu et tient Dieu dans sa totalité et ne lui ajoute rien. Là il réside dans l’extrême de lui-même, dans son esse, tout en lui, nulle part hors de lui. Mais, quand il se diffuse, il se diffuse à l’extérieur. Son acte de se diffuser, c’est sa bonté, comme j’ai dit maintenant à propos de connaissance et d’amour. La connaissance délie, car la connaissance est meilleure que l’amour. Mais deux sont meilleurs qu’un, car la connaissance porte l’amour en elle. L’amour s’éprend follement de la bonté et s’y attache, et dans l’amour je suis ainsi attaché à la porte, et l’amour serait aveugle s’il n’y avait connaissance. Une pierre aussi a de l’amour, et son amour recherche le fond. Si je suis attaché à la bonté, dans le premier acte de diffuser, et si je le [= Dieu] prends là où il est bon, alors je prends la porte, je ne prends pas Dieu. C’est pourquoi la connaissance est meilleure, car elle dirige l’amour. Mais amour veut désir, appropriation. Quant à la connaissance, elle n’ajoute pas une seule pensée, plutôt : elle délie et se sépare et court de l’avant et touche Dieu nu et le saisit uniquement dans son être.

« Seigneur, il convient à ta maison qu’elle soit sainte », là où on te loue, et qu’elle soit une maison de prière « dans la longueur des jours ». Je ne vise pas les jours d’ici-bas : lorsque je dis longueur sans longueur, c’est une longueur ; une largeur sans largeur, c’est une largeur. Lorsque je dis tout le temps, je vise alors [un] au-dessus du temps, plutôt : tout à fait au-dessus d’ici-bas, comme j’ai dit maintenant, là où il n’est ni ici ni maintenant. Une femme posa une question à Notre Seigneur, où devait-on prier. Alors Notre Seigneur dit : « Le temps viendra et c’est à présent où les vrais adorateurs prieront en esprit et en vérité. Parce que Dieu est esprit, on doit le prier en esprit et en vérité. » Ce que la vérité est elle-même, nous ne le sommes pas, plutôt : nous sommes certes vrais, [mais il y a] en cela quelque chose de non vrai. Ainsi n’en est-il pas en Dieu. Plutôt : dans le premier jaillissement, là où la vérité jaillit et s’élance, à la porte de la maison de Dieu, l’âme doit se tenir et doit proclamer et proférer la parole. Tout ce qui est dans l’âme doit parler et louer, et cette voix personne ne doit l’entendre. Dans le silence et dans le repos comme j’ai dit maintenant des anges, qui résident près de Dieu dans le chœur de la sagesse et de l’embrasement – là Dieu dit dans l’âme et se dit pleinement dans l’âme. Là le Père engendre son Fils, et a si grand plaisir dans la Parole et éprouve en sus si grand amour qu’il ne cesse jamais de dire en tout temps la Parole, c’est-à-dire au-dessus du temps. Cela vient bien à nos propos que de dire : « A ta maison convient sainteté » et louange, et qu’il n’y ait rien d’autre là que ce qui te loue. Nos maîtres disent : Qu’est-ce qui loue Dieu ? Le fait l’égalité. Ainsi tout ce qui est égal à Dieu de ce qui est dans l’âme, cela loue Dieu ; lorsque quelque chose est inégal à Dieu, cela ne le loue pas ; comme une image loue son maître qui en lui a imprimé tout l’art qu’il a dans son cœur et qu’il l’a même faite égale à lui. L’égalité de l’image loue son maître sans parole. Ce que l’on peut louer avec des paroles ou prier avec la bouche, cela est une petite chose. Car Notre Seigneur dit une fois : « Vous priez, mais vous ne savez pas ce que vous priez. Viendront de vrais orants, ils adoreront mon Père en esprit et en vérité. » Qu’est-ce que la prière ? Denys dit : Une élévation intellectuelle vers Dieu, voilà qui est prière. Un païen dit : Là où est esprit et unité et éternité, c’est là que Dieu veut opérer. Là ou chair est contre esprit, là où dispersion est contre unité, là où temps est contre éternité, là Dieu n’opère pas ; il ne peut rien en faire. Plus : tout plaisir et satisfaction et joie et bien-être que l’on peut avoir ici-bas, il faut que tout cela disparaisse. Qui veut louer Dieu, il lui faut être sain et être rassemblé et être un esprit et nulle part être au dehors, plutôt : [il lui faut être] emporté vers le haut tout égal dans l’éternelle éternité et par delà toutes choses. Je ne vise pas [seulement] toutes les créatures qui sont créées, plutôt : tout ce qui serait en son pouvoir, s’il le voulait, l’âme doit le dépasser. Aussi longtemps quelque chose est au-dessus de l’âme et aussi longtemps quelque chose est devant Dieu qui n’est pas Dieu, elle ne vient pas dans le fond « dans la longueur des jours ». Or saint Augustin dit : Lorsque la lumière de l’âme, dans laquelle les créatures prennent leur être, illumine celles-ci, il appelle cela un matin. Quand la lumière de l’ange illumine la lumière de l’âme et l’inclut en soi, il appelle cela un milieu de matinée. David dit : « Le sentier de l’homme droit croît et grandit jusqu’au plein midi. » Le sentier est beau et désirable et plaisant et familier. Plus : lorsque la lumière divine illumine la lumière de l’ange et [que] la lumière de l’âme et la lumière de l’ange s’incluent dans la lumière divine, il appelle cela le midi. Alors le jour est en son plus haut et en son plus long et en son plus parfait, lorsque le soleil se tient en son plus haut et verse son éclat dans les étoiles et [que] les étoiles versent leur éclat dans la lune, de sorte que cela se trouve ordonné sous le soleil. Ainsi la lumière divine a-t-elle inclus en soi la lumière de l’ange et la lumière de l’âme, de sorte que tout cela se tient ordonné et dressé vers le haut, et loue ainsi Dieu pleinement. Alors il n’est plus rien qui ne loue Dieu, et tout se tient égal à Dieu – plus c’est égal plus c’est plein de Dieu – et loue pleinement Dieu. Notre Seigneur dit : « J’habiterai avec vous dans votre maison. » Nous prions notre aimable Seigneur Dieu pour qu’il habite avec nous ici-bas, afin que nous en venions à habiter avec lui éternellement ; qu’à cela Dieu nous aide. Amen.

***

Cf : Le Seigneur t'annonce qu'il te fera lui-même une maison. 2 S 7, 11 AELF

10 mars 2021

NE LAISSONS PAS JÉSUS À LA PORTE - LETTRE DE SAINT JACQUES APÔTRE 4

Deux recommandations : ne pas juger, ne pas jalouser.

Nous jalousons, jugeons les autres quand nous posons sur eux un regard qui n'est pas le regard de Dieu. Soit on envie ce qui est bien chez les autres et nous les jalousons, soit nous jugeons ce qui est mal en eux et nous les condamnons.

Dieu n'est pas ainsi. Dieu aime.

Approchons-nous de lui pour aimer comme lui.

Appuyons-nous sur ce verset : Approchez-vous de Dieu, et lui s’approchera de vous (...) Jc 4, 8 AELF

Il y a une différence entre être à la porte d'une maison et être à l'intérieur. Dieu s'est approché de nous, il est à la porte de notre coeur mais il n'y entre pas son notre accord. C'est à nous à nous approcher de lui et à lui ouvrir la porte pour qu'il entre et demeure en nous : Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi. Ap 3, 20 AELF

Ne laissons pas Jésus à la porte, quel que soit l'état de notre coeur. C'est lui qui viendra mettre de l'ordre dans notre coeur et dans notre vie.

Lorsque nous prions, nous lisons la Parole de Dieu, quand nous aimons les autres, nous nous approchons de Lui et Lui se fait tout proche de nous.

Approchons-nous de Jésus pour nous réchauffer : Pour moi, il est bon d'être proche de Dieu... Ps 72, 28 AELF

***

Source

Résolution : Aujourd'hui, choisir un jour de cette semaine pour aller à la messe, en plus de ce dimanche.

***

Vous êtes pleins de convoitises et vous n’obtenez rien, alors vous tuez ; vous êtes jaloux et vous n’arrivez pas à vos fins, alors vous entrez en conflit et vous faites la guerre. Vous n’obtenez rien parce que vous ne demandez pas vous demandez, mais vous ne recevez rien ; en effet, vos demandes sont mauvaises, puisque c’est pour tout dépenser en plaisirs. Jc 4, 2-3 AELF

Adultères que vous êtes. Ne savez-vous pas que l’amour pour le monde rend ennemi de Dieu ? Donc celui qui veut être ami du monde se pose en ennemi de Dieu. Ou bien pensez-vous que l’Écriture parle pour rien quand elle dit : Dieu veille jalousement sur l’Esprit qu’il a fait habiter en nous ? Jc 4, 4-5 AELF

Approchez-vous de Dieu, et lui s’approchera de vous. Pécheurs, enlevez la souillure de vos mains ; esprits doubles, purifiez vos cœurs. Jc 4, 8 AELF

Abaissez-vous devant le Seigneur, et il vous élèvera. Jc 4, 10 AELF

Vous devriez dire au contraire : « Si le Seigneur le veut bien, nous serons en vie et nous ferons ceci ou cela. » Jc 4, 11 AELF

Frères, cessez de dire du mal les uns des autres ; dire du mal de son frère ou juger son frère, c’est dire du mal de la Loi et juger la Loi. Or, si tu juges la Loi, tu ne la pratiques pas, mais tu en es le juge. Jc 4, 15 AELF

***

Ne jugez pas, pour ne pas être jugés ; de la manière dont vous jugez, vous serez jugés ; de la mesure dont vous mesurez, on vous mesurera. Mt 7,12 AELF

En vérité, la hargne tue l’insensé, la jalousie fait mourir le sot. Jb 5, 2 AELF

Conduisons-nous honnêtement, comme on le fait en plein jour, sans orgies ni beuveries, sans luxure ni débauches, sans rivalité ni jalousie… Rm 13, 13 AELF

Dieu ne regarde pas comme les hommes : les hommes regardent l’apparence, mais le Seigneur regarde le cœur. " 1 Sm 16, 7 AELF

Quant à nous, nous aimons parce que Dieu lui-même nous a aimés le premier. 1 Jn 4, 19 AELF

Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi. Ap 3, 20 AELF

Que votre parole soit “oui”, si c’est “oui”, “non”, si c’est “non”. Ce qui est en plus vient du Mauvais. Mt 5, 37 AELF

Pour moi, il est bon d'être proche de Dieu... Ps 72, 28 AELF

09 juillet 2020

LUISA PICCARRETA - LE LIVRE DU CIEL

Or tu dois savoir que Je ne considère pas l’action externe de la créature, mais l’intention qui forme la vie de l’action et qui est comme l’âme de l’action et devient comme le voile de l’intention.

Il en est comme de l’âme avec le corps.

Ce n’est pas le corps qui pense, parle, bat, travaille et marche, mais l’âme qui donne vie à la pensée, la parole, le mouvement, de sorte que le corps est le voile de l’âme.

En la couvrant, il s’en fait le porteur, mais la partie vitale, l’action, le pas vient de l’âme.

Telle est l’intention, vie véritable des actions.

Or si tu appelles ma Divine Volonté comme Vie de ton esprit, battement de ton cœur, action de tes mains, etc, tu formeras la Vie de l’Intelligence de ma Volonté dans ton esprit, la Vie de Ses actions dans tes mains, Son pas Divin dans tes pieds, de telle sorte que tout ce que tu feras servira de voile à la Vie Divine qu’avec ton intention tu as formée dans l’intérieur de tes actes.

Mais quelle est cette intention ?

C’est ta volonté faisant appel à la Mienne et qui se vide d’elle-même et forme le vide dans son acte afin de céder la place à l’action de ma Volonté qui se faisant voile Elle-même cache dans les actions même les plus ordinaires et naturelle l’Action extraordinaire d’un Dieu.

Si bien que de l’extérieur on ne voit que des actions communes, mais que si l’on ôte le voile du vouloir humain on y trouve la Vertu Opérante de l’Action Divine.

Et ce qui forme la sainteté de la créature ce n’est pas la diversité des actions, ni les œuvres qui font du bruit, non, mais la vie ordinaire, les actions nécessaires de la vie que la créature doit accomplir pour vivre.

Toutes ces actions sont les voiles qui cachent notre Volonté et elles se transforment en un champ d’action où Dieu lui-même s’abaisse afin de devenir Lui-même Acteur de ses Actions Divines.

Et tout comme le corps voile l’âme, la volonté humaine voile Dieu.

Elle Le cache et forme au moyen des actions ordinaires la chaîne des Actions extraordinaires de Dieu dans l’âme.

Par conséquent, sois attentive, appelle ma Volonté en tout ce que tu fais et ma Volonté jamais ne te refusera son acte afin de former en toi, autant qu’il est possible, la plénitude de sa Sainteté.

Source

***

A propos de l'Intention

(Mais tu cherches au fond de moi la vérité, Ps 50, 8)

29 mai 2020

SAINT JOHN HENRY NEWMAN

« Sine dominico non possumus » : sans nous réunir en assemblée le dimanche pour célébrer l'Eucharistie, nous ne pouvons pas vivre ! Martyrs d’Abitène en 304

Nos esprits sont en général mieux éveillés et plus stimulés à l'église [qu’en un lieu privé]... C'est là que nous voyons « Jésus Christ, manifesté de manière évidente, crucifié parmi nous. » Les rituels que nous contemplons imposent à nos yeux la vérité invisible. La disposition même des lieux, la lumière tamisée, les bas-côtés, l'autel avec ses décorations pieuses sont des figures de l'invisible et stimulent notre foi chancelante. Il semble que nous voyions les parvis célestes avec les anges qui chantent, les Apôtres et les prophètes qui écoutent lorsque nous lisons leurs écrits au moment prescrit.

Et c'est ainsi que la simple présence à l'église le dimanche peut, par la grâce divine, être efficace, même dans le cas de ceux qui ne se sont pas abandonnés à lui – non pour leur salut (car nul ne peut être sauvé par une simple pratique passagère ou sans une vie de foi), mais cela peut aller jusqu'à faire une brèche dans leur rêve de péché et leur apporter des idées et des notions qui seront peut-être le germe d'un bien futur. Même pour eux, dis-je, qui vivent selon le monde, la simple assistance à l'office dominical dans l’église constitue un rappel constant pour leur conscience en leur faisant entrevoir les choses invisibles et en les arrachant dans une certaine mesure à l’esclavage de Mammon ou de Bélial.

Et c'est pourquoi la première chose que fait Satan lorsqu'il désire la perte d'une âme, c'est de la persuader de profaner le jour du Seigneur. Et si venir à l'église une fois par semaine a un tel effet, même pour un esprit irrésolu ou charnel, combien plus impressionnants et stimulants sont les offices pour les hommes sérieux qui y viennent chaque jour ou fréquemment ! Une telle fréquentation est à n'en pas douter une sauvegarde, comme l'étaient, dit-on, les amulettes, une petite chose selon toute apparence, mais porteuse d'efficacité.

Je l'affirme avec assurance, celui qui respecte le dimanche finira par devenir un homme différent de ce qu'il était, Dieu travaillant avec lui. Il y aura plus d'aspirations célestes dans son cœur. Il tiendra le monde sous ses pieds : il sera imperméable à ses opinions, à ses menaces, à ses flatteries, à ses railleries.

Source


11 mai 2020

L'ORAISON, PRIÈRE INTÉRIEURE

 Quand l'Esprit a fait sa demeure dans un homme, celui-ci ne cesse plus de prier, car l'Esprit prie constamment en lui. 

Alors, "qu'il soit en état de veille ou de sommeil, la prière ne s'arrête jamais dans son âme et soit qu'il mange ou boive, qu'il soit allongé ou qu'il accomplisse un travail et même quand il est plongé dans le sommeil, le parfum de la prière respire spontanément dans son coeur." Isaac le Syrien

***

L'Oraison, ce n'est pas "fabriquer de la Prière", mais rejoindre en nous quelqu'un déjà en train de prier, (Jésus qui prie son Père). Père Caffarel

Source

06 mai 2020

PJ 73 - LA MISÉRICORDE ENVERS LE PROCHAIN

Écris ceci pour les nombreuses âmes qui se désolent parfois de ne pas avoir les moyens matériels de faire des actes de miséricorde. Or, la miséricorde en esprit a bien plus de mérite ; elle n’exige ni permission, ni trésor, et elle est accessible à toutes les âmes. PJ 1317

30 avril 2020

PJ 1044-1048 - L'ANNIVERSAIRE DE LA CANONISATION DE SOEUR FAUSTINE

Soudain, j’ai été remplie de la présence de Dieu et je me suis vue à Rome, dans la chapelle du Saint-Père, et, en même temps, dans notre chapelle (...). La foule était si nombreuse que je ne pouvais l’embrasser du regard. Tous participaient à la célébration avec une très grande joie. (...). Soudain, j’ai été emportée près de Jésus et placée sur l’autel, à côté du Seigneur, et mon esprit a été rempli d’une si grande félicité que je ne peux ni la concevoir, ni la décrire. PJ 1044-1048

Source

25 avril 2020

PJ 462 - CONFIANCE

Je comprends bien maintenant que ce qui unit le plus étroitement l’âme à Dieu, c’est le renoncement à soi-même, c’est-à-dire l’union de notre volonté à celle de Dieu. C’est cela qui donne à l’âme la vraie liberté, aide l’esprit à se recueillir profondément, rend légères toutes les peines de la vie, et douce, la mort. PJ 462

04 février 2020

PJ 210 - LA FOI, L'ESPÉRANCE, L'AMOUR

Je prie ardemment le Seigneur de daigner affermir ma foi pour que, dans la grisaille de la vie quotidienne, je ne me laisse pas gouverner par ma nature humaine, mais par l’esprit. Ah ! comme tout tire l’homme vers la terre, mais une foi vivante maintient l’âme dans des sphères supérieures et donne à l’amour-propre la place qui lui revient, c’est-à-dire la dernière ! PJ 210