01 avril 2017

L'ESPRIT SAINT RESTAURE L'ICÔNE DE DIEU EN L'HOMME - PÈRE DANIEL ANGE

https://www.la-boutique-des-chretiens.com/ImgFiches/croix-esprit-saint_1775_1.jpg

Source

Lors d’une journée de formation pour jeunes, organisée le dimanche 17 février à Florence par les « Sentinelles du Matin de Pâques », le père Daniel Ange, fondateur de l’Ecole d’Evangélisation Jeunesse Lumière, a proposé une réflexion intitulée : « Les saints de l’an 2000, pourquoi ne pas les réveiller ? »

Parlant de l’Eglise comme un terrain pour grandir en sainteté, il a rappelé que l’Eglise est faite de « trois continents différents mais reliés entre eux : l’Eglise sur terre, au purgatoire et au ciel ».

Le P. Daniel Ange a expliqué que « l’Eglise de la terre est le lieu de la pentecôte où l’Esprit fabrique les saints », « le purgatoire est l’Eglise du Carême, de l’ultime purification » ; et enfin que « l’Eglise du Ciel est l’Eglise de la Pâque éternelle ».

« L’Eglise sur terre est dans la nuit, mais son ciel est constellé d’étoiles que sont les saints, a-t-il poursuivi. Le purgatoire n’est plus la nuit, c’est déjà l’aurore. Et le ciel est le soleil de midi de Jésus ressuscité ».

Abordant le mystère eschatologique de l’Eglise, il a ensuite dit : « L’Eglise n’a ni début ni fin car l’Eglise prototype est la Sainte Trinité qui existe depuis toujours, et sera la Jérusalem céleste. L’Eglise est éternelle sans début ni fin ».

Quant aux saints, a-t-il ajouté, ils sont « les étoiles qui éclairent la nuit sur terre, nous indiquant notre avenir, l’endroit vers lequel nous allons, et qui montrent le chemin vers l’Orient, l’endroit où se lève le soleil ».

« Les saints sont dans l’éternelle jeunesse de Jésus » et « ne sont jamais des hommes et des femmes d’hier, mais des hommes et des femmes de demain, de l’avenir évangélique de l’Eglise ».

« Après le séisme du péché, Jésus est venu verser son sang, pour nous rendre toute la gloire de Dieu, et les saints nous donnent la preuve que l’œuvre de Jésus n’a pas été un échec », « que le sang de Jésus a porté ses fruits », a-t-il affirmé.

« Un saint a le visage de Jésus. Et tous les saints, ensemble, forment l’unique immense visage de Jésus ».

Mais en même temps, « chaque saint est un chef-d’œuvre de l’Esprit Saint, ajoute le Père Daniel Ange, lequel est comparé à un iconographe qui vient restaurer l’icône vivante de Jésus en nous ».

Evoquant l’exemple de Jean-Paul II, le père Daniel Ange a rappelé que le pape appelait souvent les jeunes à « être les saints du troisième millénaires » et que « les grâces de sainteté ne sont données qu’à une Eglise de prière ».

« Nous sommes déjà saints et tout le problème est de devenir ce que nous sommes déjà. Toute notre vie nous est donnée pour cela : développer notre code génétique baptismal », a-t-il expliqué.

« Lorsque Jésus dit que seuls les enfants entrent dans le royaume des cieux, il veut dire par là que toute ma vie est une croissance vers ma nouvelle enfance, mon enfance éternelle, a-t-il expliqué. Dieu est devenu un petit enfant pour me donner son enfance ».

« Et comment est-il devenu enfant ? », s’est-il interrogé, « Dans le sein de Marie ! Donc moi aussi, je choisis de grandir dans l’enfance divine là où Dieu lui-même a grandi dans sa vie humaine », et « je reçois la vie divine là où Jésus lui-même a reçu la vie humaine », a-t-il dit en mettant l’accent sur l’importance de Marie dans ce cheminement vers la sainteté.

Parlant enfin des Ecoles d’évangélisation, le père Daniel Ange a expliqué que ces écoles sont, au fond, des « Ecoles de divinisation », parce que la vie fraternelle « est un chemin extraordinaire de sainteté car on y apprend à avoir un regard prophétique les uns sur les autres, à y sceller un pacte de confiance réciproque, car je suis jaloux de la sainteté de mes frères, car on ne va pas au ciel seul mais tous ensemble ».

Le P. Daniel Ange a fondé Jeunesse Lumière en septembre 1984. Il s’agit de la première école catholique internationale de prière et d’évangélisation en Europe (avec celle de l’Emmanuel à Paray Le Monial).

L’école a été reconnue canoniquement comme association privée de fidèles par l’archevêque d’Albi, le 10 septembre 1994. Elle est par ailleurs reconnue de facto par le Conseil pontifical pour les laïcs.

Les Sentinelles du Matin de Pâques sont un groupe de jeunes issus de différentes conditions, né après la Journée mondiale des jeunes de Rome, en 2000, lorsque le pape Jean-Paul II avait appelé les jeunes à être les premiers témoins auprès de leurs contemporains, les « sentinelles du matin » du nouveau millénaire.

Le groupe a des liens très étroits avec Jeunesse Lumière. Il a été fondé par un jeune homme qui fréquentait cette école, Gianni Castorani, aujourd’hui séminariste. A son retour en Italie, celui-ci avait fait part de son expérience au Cardinal Ennio Antonelli qui l’avait alors encouragé à lancer une initiative semblable à Florence. Un noyau de garçons et filles s’est alors formé, ces derniers donnant leur disponibilité au Seigneur et au diocèse pour évangéliser d’autres jeunes de leur âge, tout en suscitant la renaissance d’une nouvelle sensibilité missionnaire parmi les jeunes chrétiens à Florence.

Source

Enregistrer

Posté par ucem à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


28 février 2017

PRIÈRE À L'ESPRIT SAINT - TU AS DÉJÀ OUVERT LES CHEMINS

Esprit du Christ ressuscité, Saint-Esprit,
si nous savions ce que nous pouvons te demander
pour prier comme il faut !
Mais voilà que les balbutiements
de notre prière passent par le creuset de notre pauvreté,
de notre petite foi.

Alors Toi, le Dieu vivant,
tu entres dans notre âme de pauvre,
tu entres dans notre faiblesse et tu lis en nos coeurs
nos intentions authentiques.
Et ton Esprit vient au-dedans de nous, il vient exprimer
l’inexprimable à travers d’humbles paroles, et des soupirs,
et des silences.
Et tu nous dis : ’’ Ne te préoccupe de rien, ne t’inquiète pas
de ton peu de capacité à prier.
Sache-le, dans ton attente priante,
j’ai déjà ouvert les chemins’’.

Ainsi, tu nous donnes de comprendre
que tu appelles chacun par son nom,
que tu éveilles des jaillissements intérieurs,
que tu as déposé en chacun un don unique, irremplaçable.
Nos yeux s’ouvrent et, dans la pauvre prière,
nous comprenons que l’homme ne se réalise
qu’en présence de Dieu.

Auteur : Frère Roger de Taizé

Posté par ucem à 03:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

26 février 2017

PRIÈRE À L'ESPRIT SAINT - PENTECÔTE

L’Esprit,
quand il demeure dans un homme,
ne le quitte pas dès lors
que cet homme est devenu prière.
Car l’Esprit lui-même
ne cesse de prier en lui.
Que cet homme dorme ou qu’il veille,
la prière désormais
ne s’en va pas de son âme.

Qu’il mange, qu’il boive, qu’il dorme,
quoi qu’il fasse,
et jusque dans le sommeil profond,
les parfums et l’encens de la prière
s’élèvent sans peine de son coeur.

La prière ne le quitte plus.

Auteur : Saint Isaac le Syrien

Posté par ucem à 03:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

25 février 2017

PRIÈRE À L'ESPRIT SAINT - NOSTALGIE DE DIEU

Mon âme languit après le Seigneur, et je Le cherche avec des larmes.

Comment pourrais-je ne pas Te chercher ? Toi le premier, Tu m’as trouvé. Tu m’as donné de vivre la douceur de ton Saint-Esprit, et mon âme T’a aimé.
Tu vois, Seigneur, ma peine et mes larmes... Si Tu ne m’avais pas attiré par ton amour, je ne Te chercherais pas, comme Je Te cherche. Mais ton Esprit m’a donné de Te connaître, et mon âme se réjouit que, Toi, Tu sois mon Dieu et mon Seigneur, et, jusqu’aux larmes, je languis après Toi.
Mon âme languit après Dieu, et elle Le cherche avec des larmes.
Seigneur miséricordieux, Tu vois ma chute et ma douleur ; mais, humblement, j’implore ta clémence : répands sur le pécheur que je suis la grâce de ton Saint-Esprit, Son souvenir porte mon esprit à trouver de nouveau ta miséricorde.
Seigneur, donne-moi ton humble Esprit pour que je ne perde pas à nouveau ta grâce, et que je ne me lamente pas comme Adam qui pleurait Dieu et le Paradis perdU

Auteur : Saint Silouane de l’Athos

24 février 2017

PRIÈRE DU PARDON DANS L'ESPRIT SAINT - JEAN PLIYA

En Ton Nom, Seigneur Jésus, et par la puissance de Ton Esprit, pour le gloire de Dieu Ton Père et notre Père, je Te demande avec toute la foi et la sincérité de mon cœur la grâce de m'aider à pardonner. De moi-même, je ne puis pardonner vraiment comme Tu nous le demandes, car sans Toi, nous ne pouvons rien faire.
C'est pourquoi, confiant en Ton Amour et en la puissance de Ton Sang qui nous a donné accès à Ta miséricorde, j'ai décidé de pardonner sans condition, du fond de mon cœur à toutes les personnes qui m'ont offensé, blessé, persécuté, fait de la peine, intentionnellement ou non.
Je pardonne toutes les fautes qu'elles ont commises contre moi par leurs actes ou leurs paroles. Je pardonne toutes les déceptions qu'elles m'ont causées du fait de leur caractère, de leurs attitudes et de leurs réactions. Je pardonne à tous ceux qui m'ont détesté ou rejeté.
Je pardonne en particulier à… tout le mal qu'ils m'ont fait. Je libère ces personnes de toute dette envers moi, sans condition aucune, pour toujours, et j'accepte de Te prier pour elles.
Je Te prie, Seigneur Jésus, de les bénir et de les combler de Ta grâce pour l'éternité. Toi qui es miséricordre, guéris-les et libère leur cœur par les mérites de Tes saintes blessures et de Ta croix victorieuse. Remplis-les de Ta paix, de Ta joie et de Ton Amour. Je Te rends grâce et gloire de ce que Tu m'exauces maintenant.

Jean Pliya, Prier comme un enfant de Roi

Source


26 octobre 2015

SPIRITUALITÉ CARTUSIENNE

« La grâce du Saint Esprit rassemble les solitaires pour en faire une communion dans l'amour, à l'image de L'Eglise, une et répandue en tout lieu. »

La vie communautaire

11 septembre 2015

LA PRIÈRE DU COEUR - PRIÈRE DE JÉSUS

Seigneur Jésus-Christ, Fils du Dieu vivant, prends pitié de moi pécheur.

***

La « Prière du Cœur » ne court aucun risque d'être une répétition vaine. Elle est la constatation indéfiniment renouvelée qu'une rencontre nouvelle va avoir lieu entre le Cœur purifiant de Jésus et mon cœur souillé.

La « Prière du Cœur » n'est pas un but à atteindre. Elle est une manière d'être, une manière de se mettre à l'écoute et d'avancer. C’est avoir la certitude que nous sommes aimés. C'est parce que Jésus m'aime que je puis m'adresser à Lui en toute sécurité et confiance. Cette Prière à Jésus, « Jésus, Fils du Dieu vivant, prends pitié de moi pécheur » , met l'esprit, le cœur et le corps en communion avec Dieu.

Théophane le Reclus (1815-1894), Évêque russe et Saint de l'Église orthodoxe du XIXe siècle a dit : « La prière de Jésus n’est pas un talisman. Son pouvoir provient de notre foi en Jésus, et d’une union profonde de notre esprit et de notre cœur avec lui. Si nous sommes dans ces dispositions, l’invocation du nom de Jésus sera efficace ; mais la simple répétition des mots ne signifie rien. ».

sOURCE

17 février 2015

INTERCESSION DE L'ESPRIT SAINT

L'esprit vient au secours de notre faiblesse. Nous ne savons que demander pour prier comme il faut ; mais l'Esprit lui-même intercède pour nous en gémissements ineffables, et Celui qui sonde les coeurs sait quel est le désir de l'Esprit, et que son intercession pour les saints correspond aux vues de Dieu.

Rom 8, 26-27

AELF

16 février 2015

QUAND L'ESPRIT NOUS POUSSE À L'ACTION SANS PRÉVENIR

Dimanche, nous n'avons pas pu aller à la messe de onze heures.

A cette heure, nous étions dans le train qui nous emmenait chez ***

Des anniversaires à fêter, une solitude à bousculer doucement, des bricoles à faire, de bons moments à partager.

Nous avions prévu de rentrer suffisamment tôt pour aller à la messe de 18h30Au moment des annonces, nous apprenons que nous avons jusqu'au lendemain midi pour rapporter les rameaux.

 

Le Lundi, j''ai lutté toute la matinée, tiraillée entre l'envie de rester bien tranquillement à la maison et la nécessité de confier ces rameaux bénis.

Sursaut.

In extremis.

Une douche et me voilà dehors.

Sur le chemin qui mène à l'église quelqu'un m'interpelle sur le trottoir d'en face.

Zut.

Je suis pressée.

Je réponds par un signe de la main.

Si seulement j'avais un peu d'argent sur moi, je pourrais lui proposer d'aller boire un café après.

Je n'ai pas de liquide sur moi et je continue à filer, aussi vite possible.

Pourvu que j'arrve à tant.

C'est fait.

Le sacristain est au téléphone.

D'un geste, il m'indique où déposer mes rameaux.

Mission accomplie.

Je repars, tout aussi rapidement en espérant croiser à nouveau la personne.

Justement, la voilà installée à une table du café, à l'angle de la rue, dehors, en train de fumer sa cigarette.

A la maison, les enfants (grands) m'attendent, le repas n'est pas prêt, j'ai deux ou trois courses à faire et je leur ai dis que je faisais l'aller-retour.

Tant pis, cette fois, je prends le temps. de m'arrêter pour discuter.

Elle m'offre un café, celui que j'aurais voulu lui proposer.

Echange qui devient vite très personnel.

Comme ce qu'elle me raconte me touche, je la prends dans mes bras, comme une maman l'aurait fait.

Je n'ai pas eu le temps de réfléchir à ce que je faisais.

Quand le coeur a quelque chose à exprimer, il n'y va pas par quatre chemins.

On se connaît à peine pourtant.

Il fait beau, frais, elle m'a confié ses blessures, on termine sur des choses plus légères. 

Je prends congé, je fais les trois courses initialement prévues et je rentre chez moi avec de petites ailes dans le dos, de celles qui poussent quand on a la joie au coeur d'avoir pu faire un petit quelque chose pour quelqu'un sans se poser dix mille questions.

 

Je suis sortie brusquement de chez moi alors qu'il était presque trop tard sans que je comprenne ni pourquoi ni comment.

Je suis sortie pour les rameaux mais pas seulement.

 

Posté par ucem à 15:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,