01 octobre 2020

LE CHRÉTIEN BAPTISÉ, PRÊTRE, PROPHÈTE ET ROI

(...) Messie ou Christ signifie, en hébreu ou en grec, celui qui a reçu l'onction, celui à qui l'on verse de l'huile parfumée sur la tête pour qu'il soit sacré comme roi et consacré comme prêtre et prophète. Le chrétien, par le saint-chrême le jour de son baptême, a lui aussi reçu de Dieu cette onction. À l'image du Christ, je suis prêtre pour prier et porter à Dieu les prières des hommes, prophète pour apporter aux hommes la Bonne Nouvelle du salut et roi pour servir les prochains que Dieu me confie. “Rendons grâce à Dieu qui nous entraîne sans cesse en son cortège triomphal dans le Christ, et qui répand par nous en tout lieu le parfum de sa connaissance. Car nous sommes pour Dieu la bonne odeur du Christ.” *
* 2 Co 2,14-15


14 septembre 2020

ÉVANGILE SELON SAINT JEAN

Ils (les enfants de Dieu) ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu. Jn 1, 13

Jésus répondit : « Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Jn 3, 5

L'AMOUR INFINI DE DIEU SE MANIFESTE PAR UN ACTE Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Jn 3, 16

LA JOIE PARFAITE Celui à qui l’épouse appartient, c’est l’époux ; quant à l’ami de l’époux, il se tient là, il entend la voix de l’époux, et il en est tout joyeux. Telle est ma joie : elle est parfaite. Jn 3, 29

En effet, celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, car Dieu lui donne l’Esprit sans mesure. Jn 3, 34

QU'EST-CE QUI DONNE UN SENS À NOTRE VIE ? FAIRE LA VOLONTÉ DU PÈRE QUI EST LA VRAIE NOURRITURE Jésus leur dit : « Ma nourriture, c’est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre. Jn 4, 34

Lorsqu’ils arrivèrent auprès de lui, ils l’invitèrent à demeurer chez eux. Il y demeura deux jours. Jn 4, 40

JÉSUS NE FAIT RIEN D'AUTRE QUE LA VOLONTÉ DU PÈRE Moi, je ne peux rien faire de moi-même ; je rends mon jugement d’après ce que j’entends, et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas à faire ma volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé. Jn 5, 30

Les disciples voulaient le prendre dans la barque ; aussitôt, la barque toucha terre là où ils se rendaient. Jn 6, 21

JÉSUS NE FAIT RIEN SANS RENDRE GRÂCE D'ABORD Alors Jésus prit les pains et, après avoir rendu grâce, il les distribua aux convives ; il leur donna aussi du poisson, autant qu’ils en voulaient.  Jn 6, 11 Cependant, d’autres barques, venant de Tibériade, étaient arrivées près de l’endroit où l’on avait mangé le pain après que le Seigneur eut rendu grâce. Jn 6, 23

L'AUTRE RIVRE, LE TRAVAIL, LA NOURRITURE L’ayant trouvé sur l’autre rive, ils lui dirent : « Rabbi, quand es-tu arrivé ici ? » Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : vous me cherchez, non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé de ces pains et que vous avez été rassasiés. Travaillez non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle, celle que vous donnera le Fils de l’homme, lui que Dieu, le Père, a marqué de son sceau. » Jn 6, 25-27

NOUS NE SOMMES CAPABLES DE RIEN PAR NOUS-MÊMES C’est l’esprit qui fait vivre, la chair n’est capable de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie. Jn 6, 63

Jésus leur dit : « N’est-ce pas moi qui vous ai choisis, vous, les Douze ? Et l’un de vous est un diable ! » Jn 6, 70

Posté par ucem à 11:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 juin 2020

MON ÂME EST BOULEVERSÉE

Jn 12 27

Posté par ucem à 23:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 mai 2020

LA SAMARITAINE - LES TROIS SOIF

icône La Samaritaine

Le Christ et la Samaritaine - Icône contemporaine

« Je sais qu’il vient, le Messie, celui qu’on appelle Christ. Quand il viendra, c’est lui qui nous fera connaître toutes choses. » Jésus lui dit : « Je le suis, moi qui te parle. » Jn 4, 25-26

***

« Si tu savais le don de Dieu » cette phrase de l’évangile devient la lumière de l’Esprit Saint dans la vie de la samaritaine qui se situe autour de la soif, des trois soif : que connait tout être humain « soif de se désaltérer, soif d’aimer, soif d’adorer », mais aussi celle du Christ « soif de pouvoir donner à boire à notre humanité ».

De la même manière que Jésus se nourrit de la volonté de son Père, ainsi il se désaltère de la soif des hommes. Ce n’est qu’en rencontrant des êtres assoiffés, des êtres de désir, qu’il peut faire « couler de son sein des fleuves d’eau vive » ; la vie « en Esprit et en vérité. »

Les désirs de notre âme ont devant Dieu un grand prix. Dieu a soif de notre soif.  Jésus nous révèle ici qu’on lui procure un avantage quand on lui demande quelque bien. Il a plus de joie à donner que les autres à recevoir.

 Jésus fatigué s’assit au bord de la route. C’est pour nous que jésus fait de la route, c’est pour nous qu’il révèle sa force, mais aussi sa fatigue. J’ai soif, supplie Jésus sur la Croix : cette soif est sans doute la manifestation la plus intime de sa passion pour l’homme.  

Soif d’être désaltéré Se désaltérer, c’est être rendu à soi-même (s’altérer = devenir un autre / se dés-altérer = ne plus être un autre) : « il m’a dit tout ce que j’ai fait. »Cette femme, en buvant les paroles de Jésus, peut enfin être elle-même, assumer son histoire, sans honte ni détour. Elle est si heureuse de pouvoir enfin être elle-même, qu’elle en devient rayonnante, au point d’intriguer les habitants de sa ville, qui voudront du coup eux aussi s’approcher du puits-Jésus.

Soif d’aimer et d’être aimé De façon étonnante, Jésus aide cette femme comme il veut aider chacun de nous à être vraie sur notre histoire, sans pour autant la condamner, ni lui demander de changer quoi que ce soit ! Il ne lui demande pas de revenir à son à ses premiers maris. Il lui permet simplement d’assumer sa situation actuelle sans peur des avis des autres. Et c’est efficace ! Elle qui venait en cachette à ce puits à une heure où elle serait sûre d’être seule, elle va ensuite inviter tous les habitants de la ville à venir avec elle rencontrer Jésus.

On peut dire ici que cette femme peu recommandable fut la première missionnaire dans l’Évangile de Jean. C’est à elle que Jésus a donné la capacité d’être elle-même, sans honte.

Soif d’adorer C’est la soif qui nous paraît la plus étrangère dans notre culture actuelle. Qui se pose aujourd’hui la question de savoir qui adorer et où ? la question de l’adoration semble reléguée dans l’insignifiance.

A  regarder de plus près, la question de savoir ce qui est le plus important, ce qui doit passer avant tout le reste, est bien au cœur des inquiétudes de nos jours. Alors que « chacun se prosterne – même sans le savoir – devant des petits dieux qu’il adore à mesure de l’énergie et du temps qu’il met à les poursuivre. Ce par quoi il se sent absolument concerné, de manière ultime. Que ce soit le football ou l’écran, la famille ou le boulot, le pouvoir ou l’argent, la reconnaissance sociale ou l’engagement… » désigner de façon concrète ce que chacun adore, même sans le savoir…

Quelle soif puis-je offrir à celle du Christ ?

Comme il a rencontré la samaritaine, Thérèse d’Avila… il veut nous rencontrer aujourd’hui par cette interrogation, surtout en ces moments difficiles que nous traversons. Si, en Jésus, Dieu a soif de nos soifs (se désaltérer / aimer / adorer), où en suis-je  de ces trois quêtes fondamentales ?

Je vous invite à prendre du temps cette semaine et  d’habiter cette question, sans y répondre trop vite : quelle soif puis-je offrir à celle du Christ ?

Annoncer l’Évangile demande donc de cheminerfaire route avec, jusqu’à éprouver les mêmes peines, les mêmes difficultés et épreuves de ceux vers qui nous somme envoyés. Impossible d’évangéliser ‘de l’extérieur’ : c’est en chemin que surviennent les rencontres où le Christ partage en plénitude l’eau véritable : l’Esprit Saint, et la vraie nourriture : la parole de Dieu. La catéchèse dite « de cheminement » trouve là ses lettres de noblesse.

Source


07 janvier 2020

JE SUIS LIBRE DE MES PEURS

Mais il leur dit : "C'est moi. N'ayez plus peur." Jn , 6, 20

Posté par ucem à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

27 novembre 2019

JANUSZ KORCZAK - Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime Jn 15, 13

Les enfants ont le droit d'être traités par les adultes avec tendresse et respect, comme des égaux.

Janusz Korczak

Posté par ucem à 15:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

26 novembre 2019

BIBLE

Ô Seigneur, notre Dieu, qu'il est grand ton nom par toute la terre ! Jusqu'aux cieux, ta splendeur est chantée par la bouche des enfants, des tout-petits : rempart que tu opposes à l'adversaire, où l'ennemi se brise en sa révolte. Pr 8, 3

De nature, ils sont inconsistants, tous ces gens qui restent dans l’ignorance de Dieu : à partir de ce qu’ils voient de bon, ils n’ont pas été capables de connaître Celui qui est ; en examinant ses œuvres, ils n’ont pas reconnu l’Artisan. Mais c’est le feu, le vent, la brise légère, la ronde des étoiles, la violence des flots, les luminaires du ciel gouvernant le cours du monde, qu’ils ont regardés comme des dieux. S’ils les ont pris pour des dieux, sous le charme de leur beauté, ils doivent savoir combien le Maître de ces choses leur est supérieur, car l’Auteur même de la beauté est leur créateur. Et si c’est leur puissance et leur efficacité qui les ont frappés, ils doivent comprendre, à partir de ces choses, combien est plus puissant Celui qui les a faites. Car à travers la grandeur et la beauté des créatures, on peut contempler, par analogie, leur Auteur. Sg 13, 1-5

La sagesse commence avec la crainte du Seigneur, connaître le Dieu saint, voilà l’intelligence ! Pr 9, 10

Donc, les deux sœurs envoyèrent dire à Jésus : « Seigneur, celui que tu aimes est malade. » Jn 11, 3

En apprenant cela, Jésus dit : « Cette maladie ne conduit pas à la mort, elle est pour la gloire de Dieu, afin que par elle le Fils de Dieu soit glorifié. » Jn 11, 4

Jésus lui dit : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? » Jn 11, 25-26

Ayant dit cela, elle partit appeler sa sœur Marie, et lui dit tout bas : « Le Maître est là, il t’appelle. » Jn 11, 28

 

 

 

25 novembre 2019

BIBLE

J'aurai mon bouclier auprès de Dieu, le sauveur des coeurs droits. Ps 7, 11

C’est elle que j’ai aimée et recherchée depuis ma jeunesse, j’ai cherché à la prendre pour épouse, je suis devenu l’amant de sa beauté. Sg 8, 2

Elle est initiée aux mystères de la science de Dieu, c’est elle qui décide de ses œuvres. Sg 8, 4

Veut-on devenir juste ? Les labeurs de la Sagesse produisent les vertus : elle enseigne la tempérance et la prudence, la justice et la force d’âme, et rien n’est plus utile aux hommes dans l’existence. Sg 8, 4

J’ai donc résolu d’amener la Sagesse à partager ma vie, car je savais qu’elle serait ma conseillère pour bien agir, mon réconfort dans les soucis et la tristesse. Sg 8, 9

Quand j’entrerai chez moi, je me reposerai près d’elle, car sa compagnie est sans amertume ; partager sa vie ne cause pas de peine, seulement plaisir et joie. Sg 8, 16

N’est-ce pas la Sagesse qui appelle, la raison qui élève sa voix ? En haut de la montée, sur la route, postée à la jonction des chemins, près des portes, aux abords de la cité, à l’entrée des passages (...) Pr 8, 1-3

– La sagesse vaut mieux que les perles : rien ne l’égale. Pr 8, 11

La crainte du Seigneur, c’est la haine du mal. Je hais l’orgueil, l’arrogance, le chemin du mal et la bouche perverse. Pr 8, 13

Moi, j’aime ceux qui m’aiment, ceux qui me recherchent me trouvent. Pr 8, 17

Qui me trouve a trouvé la vie, c’est une bienveillance du Seigneur. Pr 8, 35

Qui m’offense se fait tort à lui-même : me haïr, c’est aimer la mort ! Pr 8, 36

Ceux qui tombent, tu les reprends peu à peu, tu les avertis, tu leur rappelles en quoi ils pèchent, pour qu’ils se détournent du mal et croient en toi, Seigneur. Sg 12, 2

Ainsi, tu modères le châtiment de nos ennemis, pour nous apprendre à méditer ta bonté lorsque nous jugeons, et à compter sur ta miséricorde lorsque nous sommes jugés. Sg 12,22

Le portier lui ouvre, et les brebis écoutent sa voix. Ses brebis à lui, il les appelle chacune par son nom, et il les fait sortir. Jn 10, 3

Moi, je suis la porte. Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra entrer ; il pourra sortir et trouver un pâturage. Jn 10, 9

Moi, je suis le bon pasteur, le vrai berger, qui donne sa vie pour ses brebis. Jn 10, 11

Voici pourquoi le Père m’aime : parce que je donne ma vie, pour la recevoir de nouveau. Jn 10, 17

Mais vous, vous ne croyez pas, parce que vous n’êtes pas de mes brebis. Jn 10, 26

Le Père et moi, nous sommes UN. Jn 10, 30

 

30 juin 2019

L'ESPRIT DE VÉRITÉ

Jn 14, 15-18

Posté par ucem à 03:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,