13 avril 2017

FÊTE DE LA MISÉRICORDE DIVINE À L'ÉGLISE SAINT SULPICE À PARIS

L'association pour la Miséricorde Divine organise comme chaque année la Fête de la Miséricorde Divine à l'église Saint-Sulpice, ne ratez pas ce grand événement ! Les 22 et 23 avril 2017.
Cette année nous aurons la joie d'accueillir les Petits Chanteurs à la Croix de Bois, l'abbé Hervé Grosjean, le père Daniel-Ange et Monseigneur Thierry Scherrer, évêque du diocèse de Laval

Les 22 et 23 avril 2017

Église Saint Sulpice

Avec :

L'abbé Hervé Grosjean Mgr Thierry Scherrer Père Daniel Ange Petits Chanteurs à la Croix de Bois
Abbé Grosjean  -  Mgr Thierry  Scherrer  -  Père Daniel Ange  -  Petits chanteurs de la Croix de bois

Au programme: 

Samedi 22 Avril 2017 : 

•16h00 : Confessions et vénération des reliques de sainte Faustine, saint Jean-Paul II et du bx Michel Sopocko ;

•17h30 : Enseignement de l’abbé Hervé Grosjean ;

•18h45 : Messe du jour, présidée par l’abbé Hervé Grosjean et animée par les Petits Chanteurs à la Croix de Bois

•20h15 : Adoration et Procession du Très-Saint-Sacrement. Clôture de la Neuvaine à la Miséricorde.

Dimanche 23 avril 2017 : Fête de la Miséricorde Divine 

• 13h00 : Messe solennelle de la Miséricorde Divine, présidée par Mgr Thierry Scherrer, évêque de Laval et animée par les Petits Chanteurs à la Croix de Bois ;

• 14h30 : Adoration silencieuse du Saint-Sacrement  ;

• 15h00 : Heure de la Miséricorde avec chapelet à la Miséricorde Divine et procession du Saint-Sacrement ;

• 15h45 : Enseignement du Père Daniel Ange.

Venez partager avec nous la joie de la Miséricorde  !

Source : Pour la miséricorde divine - Jésus, j'ai confiance en toi

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


01 avril 2017

L'ESPRIT SAINT RESTAURE L'ICÔNE DE DIEU EN L'HOMME - PÈRE DANIEL ANGE

https://www.la-boutique-des-chretiens.com/ImgFiches/croix-esprit-saint_1775_1.jpg

Source

Lors d’une journée de formation pour jeunes, organisée le dimanche 17 février à Florence par les « Sentinelles du Matin de Pâques », le père Daniel Ange, fondateur de l’Ecole d’Evangélisation Jeunesse Lumière, a proposé une réflexion intitulée : « Les saints de l’an 2000, pourquoi ne pas les réveiller ? »

Parlant de l’Eglise comme un terrain pour grandir en sainteté, il a rappelé que l’Eglise est faite de « trois continents différents mais reliés entre eux : l’Eglise sur terre, au purgatoire et au ciel ».

Le P. Daniel Ange a expliqué que « l’Eglise de la terre est le lieu de la pentecôte où l’Esprit fabrique les saints », « le purgatoire est l’Eglise du Carême, de l’ultime purification » ; et enfin que « l’Eglise du Ciel est l’Eglise de la Pâque éternelle ».

« L’Eglise sur terre est dans la nuit, mais son ciel est constellé d’étoiles que sont les saints, a-t-il poursuivi. Le purgatoire n’est plus la nuit, c’est déjà l’aurore. Et le ciel est le soleil de midi de Jésus ressuscité ».

Abordant le mystère eschatologique de l’Eglise, il a ensuite dit : « L’Eglise n’a ni début ni fin car l’Eglise prototype est la Sainte Trinité qui existe depuis toujours, et sera la Jérusalem céleste. L’Eglise est éternelle sans début ni fin ».

Quant aux saints, a-t-il ajouté, ils sont « les étoiles qui éclairent la nuit sur terre, nous indiquant notre avenir, l’endroit vers lequel nous allons, et qui montrent le chemin vers l’Orient, l’endroit où se lève le soleil ».

« Les saints sont dans l’éternelle jeunesse de Jésus » et « ne sont jamais des hommes et des femmes d’hier, mais des hommes et des femmes de demain, de l’avenir évangélique de l’Eglise ».

« Après le séisme du péché, Jésus est venu verser son sang, pour nous rendre toute la gloire de Dieu, et les saints nous donnent la preuve que l’œuvre de Jésus n’a pas été un échec », « que le sang de Jésus a porté ses fruits », a-t-il affirmé.

« Un saint a le visage de Jésus. Et tous les saints, ensemble, forment l’unique immense visage de Jésus ».

Mais en même temps, « chaque saint est un chef-d’œuvre de l’Esprit Saint, ajoute le Père Daniel Ange, lequel est comparé à un iconographe qui vient restaurer l’icône vivante de Jésus en nous ».

Evoquant l’exemple de Jean-Paul II, le père Daniel Ange a rappelé que le pape appelait souvent les jeunes à « être les saints du troisième millénaires » et que « les grâces de sainteté ne sont données qu’à une Eglise de prière ».

« Nous sommes déjà saints et tout le problème est de devenir ce que nous sommes déjà. Toute notre vie nous est donnée pour cela : développer notre code génétique baptismal », a-t-il expliqué.

« Lorsque Jésus dit que seuls les enfants entrent dans le royaume des cieux, il veut dire par là que toute ma vie est une croissance vers ma nouvelle enfance, mon enfance éternelle, a-t-il expliqué. Dieu est devenu un petit enfant pour me donner son enfance ».

« Et comment est-il devenu enfant ? », s’est-il interrogé, « Dans le sein de Marie ! Donc moi aussi, je choisis de grandir dans l’enfance divine là où Dieu lui-même a grandi dans sa vie humaine », et « je reçois la vie divine là où Jésus lui-même a reçu la vie humaine », a-t-il dit en mettant l’accent sur l’importance de Marie dans ce cheminement vers la sainteté.

Parlant enfin des Ecoles d’évangélisation, le père Daniel Ange a expliqué que ces écoles sont, au fond, des « Ecoles de divinisation », parce que la vie fraternelle « est un chemin extraordinaire de sainteté car on y apprend à avoir un regard prophétique les uns sur les autres, à y sceller un pacte de confiance réciproque, car je suis jaloux de la sainteté de mes frères, car on ne va pas au ciel seul mais tous ensemble ».

Le P. Daniel Ange a fondé Jeunesse Lumière en septembre 1984. Il s’agit de la première école catholique internationale de prière et d’évangélisation en Europe (avec celle de l’Emmanuel à Paray Le Monial).

L’école a été reconnue canoniquement comme association privée de fidèles par l’archevêque d’Albi, le 10 septembre 1994. Elle est par ailleurs reconnue de facto par le Conseil pontifical pour les laïcs.

Les Sentinelles du Matin de Pâques sont un groupe de jeunes issus de différentes conditions, né après la Journée mondiale des jeunes de Rome, en 2000, lorsque le pape Jean-Paul II avait appelé les jeunes à être les premiers témoins auprès de leurs contemporains, les « sentinelles du matin » du nouveau millénaire.

Le groupe a des liens très étroits avec Jeunesse Lumière. Il a été fondé par un jeune homme qui fréquentait cette école, Gianni Castorani, aujourd’hui séminariste. A son retour en Italie, celui-ci avait fait part de son expérience au Cardinal Ennio Antonelli qui l’avait alors encouragé à lancer une initiative semblable à Florence. Un noyau de garçons et filles s’est alors formé, ces derniers donnant leur disponibilité au Seigneur et au diocèse pour évangéliser d’autres jeunes de leur âge, tout en suscitant la renaissance d’une nouvelle sensibilité missionnaire parmi les jeunes chrétiens à Florence.

Source

Enregistrer

Posté par ucem à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,