14 novembre 2019

SPIRITUALITÉ DE LÉONIE MARTIN, SERVANTE DE DIEU ET SOEUR DE SAINTE THÉRÈSE DE LISIEUX

Spiritualité de Léonie MARTIN, servante de Dieu et soeur de Sainte Thérèse de Lisieux. Extraits d'émissions de RCF Alençon en partenariat avec le sanctuaire Louis et Zélie Martin d’Alençon. Invité Guy Fournier, diacre et administrateur du sanctuaire Louis et Zélie Martin.


05 janvier 2019

POURQUOI JE T'AIME, Ô MARIE

Oh ! Que j'aime, Marie, ton éloquent silence ! Pour moi c'est un concert, doux et mélodieux qui me dit la grandeur d'une âme qui n'attend son secours que des Cieux.

Sainte Thérèse de Lisieux

Source

Posté par ucem à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

31 juillet 2016

L'IMITATION DE JÉSUS-CHRIST

C'était le livre le plus lu après la Bible, ce fut le livre de chevet de Thérèse de Lisieux, et pourtant il est aujourd'hui un peu oublié. En cette semaine thérésienne, la Foi prise au mot part donc à la découverte de l'Imitation de Jésus-Christ, un traité ascétique écrit vers la fin du XIVe siècle. Qui en est le mystérieux auteur et dans quel contexte fut-il écrit ? Que contient-il et comment expliquer qu'il ait connu un tel succès ? Thérèse de Lisieux ne dit-elle pas dans l'Histoire d'une Âme qu'elle le connaissait presque par coeur ? Pourquoi est-il aujourd'hui un peu oublié ? Faut-il le redécouvrir ? Pour mieux découvrir l'Imitation de Jésus-Christ, deux invités : le père Max Huot de Longchamp, théologien spécialiste de la littérature mystique et auteur de nombreux ouvrages de spiritualité et Ghislain Waterlot, professeur de Philosophie et d'éthique à l'Université de Genève qui depuis 6 ans travaille sur la question de l'expérience religieuse et mystique.
La Foi prise au Mot du 27/09/2015.

22 mai 2016

MOI SI J'AVAIS COMMIS TOUS LES CRIMES POSSIBLES

Parole: Thérèse Martin de Lisieux
Musique : Ephraïm (Gérard Croissant), diacre de la communauté des Béatitudes
Chorale de grenoble, CD n°3 : Totus Tuus, piste n°20.

1 - Moi, si j'avais commis, tous les crimes possibles,
Je garderais toujours la même confiance,
Car je sais bien que cette multitude d'offenses,
N'est qu'une goutte d'eau dans un brasier ardent. (bis)

2 - Oui, j'ai besoin d'un coeur, tout brûlant de tendresse,
Qui reste mon appui, et sans aucun retour,
Qui aime tout en moi, et même ma faiblesse
Et ne me quitte pas, ni la nuit ni le jour. (bis)

3 - Non, je n'ai pu trouver, nulle autre créature,
Qui m'aimât à ce point, et sans jamais mourir
Car il me faut un Dieu qui prenne ma nature
Qui devienne mon frère et qui puisse souffrir. (bis)

4 - Je ne sais que trop bien que toutes nos justices
N'ont devant ton regard pas la moindre valeur
Et pour donner du prix à tous mes sacrifices
Oui, je veux les jeter jusqu'en ton divin coeur. (bis)

5 - Non, tu n'as pas trouvé créature sans tache
Au milieu des éclairs tu nous donnas ta loi
Et dans ton Coeur Sacré ô Jésus je me cache
Non, je ne tremble pas car ma vertu c'est toi. (bis)


15 juin 2014

PRIÈRE DE SAINTE THÉRÈSE DE L'ENFANT JÉSUS - QU'IL VIVE ET QU'IL AGISSE EN MOI

Voici ma prière : je demande à Jésus de m’attirer dans les flammes de son amour, de m’unir si étroitement à lui, qu’il vive et agisse en moi. Je sens que plus le feu de l’amour embrasera mon cœur, plus je dirai : « Attirez-moi », plus aussi les âmes qui s’approcheront de moi (pauvre petit débris de fer inutile, si je m’éloignais du brasier divin), plus ces âmes « courront avec vitesse à l’odeur des parfums » de leur Bien-Aimé (Ct 1,4 LXX)…

Ma Mère chérie, maintenant je voudrais vous dire ce que j’entends par l’odeur des parfums du Bien-Aimé. Puisque Jésus est remonté au ciel, je ne puis le suivre qu’aux traces qu’il a laissées, mais que ces traces sont lumineuses, qu’elles sont embaumées ! Je n’ai qu’à jeter les yeux dans le saint Évangile, aussitôt je respire les parfums de la vie de Jésus et je sais de quel côté courir. Ce n’est pas à la première place, mais à la dernière que je m’élance ; au lieu de m’avancer avec le pharisien, je répète, remplie de confiance, l’humble prière du publicain. Mais surtout j’imite la conduite de Marie Madeleine ; son étonnante ou plutôt son amoureuse audace, qui charme le cœur de Jésus, séduit le mien.

Oui, je le sens, quand même j’aurais sur la conscience tous les péchés qui se peuvent commettre, j’irais le cœur brisé de repentir me jeter dans les bras de Jésus, car je sais combien il chérit l’enfant prodigue qui revient à lui (cf Lc 15,11s). Ce n’est pas parce que le bon Dieu, dans sa prévenante miséricorde, a préservé mon âme du péché mortel que je m’élève à lui par la confiance et l’amour.

Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus (1873-1897), carmélite, docteur de l’Église
Manuscrit autobiographique C

Posté par ucem à 09:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,