30 août 2018

CONNAÎTRE LES RÉALITÉS QU'ON NE VOIT PAS

La foi est une façon de posséder ce que l’on espère, un moyen de connaître des réalités qu’on ne voit pas.

He 11,1

Posté par ucem à 17:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


11 août 2018

SAINT AUGUSTIN

«Ayez une seule âme et un seul coeur, tendus vers Dieu»

Posté par ucem à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

17 janvier 2018

LES CANTIQUES SPIRITUELS - EXTRAITS - JEAN TAULER

De la nudité intérieure et de l’abandon que nous devons faire
 de nous-mêmes et de toutes choses

 Il me plaît de chanter à nouveau la nudité intérieure.
 La vraie pureté est exempte de pensées.
 Il n’y a plus de pensée, là où il n’y a plus rien de mien.
 
 Je suis réduit à rien. 
 Quand on est arrivé à la nudité d’esprit, il n’y a plus de souci à avoir.
  Nul mal ne saurait désormais me troubler.
 Je me délecte tellement dans la pauvreté que je ne puis plus m’occuper des choses et des images qui m’entourent.
 Que dis-je ? Le moi ne m’appartient plus, j’en suis dégagé, je suis libre.
  
 Je suis réduit à rien.

 Quand on est arrivé à la nudité d’esprit, il n’y a plus de souci à avoir.
 Comment me suis-je délivré des images, me demandez-vous ?
 Cela s’est fait quand j’ai trouvé en moi la véritable unité.
 Mais qu’est-ce que la véritable unité ?
 C’est quand rien ne m’a ému, ni l’adversité, ni le bonheur. (...)
  
 Je suis réduit à rien.

 Or, cet éblouissement m’a donné des forces sans mesure, car j’avais pénétré Tout.
 En sa présence je ne puis pas vieillir.
 Ma jeunesse, comme celle de l’aigle, se renouvelle sans cesse ;
 tellement toutes mes puissances ont été éteintes et englouties.

SOURCE

Posté par ucem à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 avril 2017

LE DIEU CRÉATEUR

(:::) Seigneur, Dieu tout-puissant, quand je veux te comprendre,
Ta grandeur m’éblouit et vient me le défendre.
Quand ma raison s’élève à ton infinité
Dans le doute et la nuit je suis précipité,
Et je ne puis saisir, dans l’ombre qui m’enlace
Qu’un éclair passager qui brille et qui s’efface.
Mais j’espère pourtant, car là-haut tu souris!
Car souvent, quand un jour se lève triste et gris,
Quand on ne voit partout que de sombres images,
Un rayon de soleil glisse entre deux nuages
Qui nous montre là-bas un petit coin d’azur;
Quand l’homme doute et que tout lui paraît obscur,
Il a toujours à l’âme un rayon d’espérance;
Car il reste toujours, même dans la souffrance,
Au plus désespéré, par le temps le plus noir,
Un peu d’azur au ciel, au coeur un peu d’espoir.

(1868)

Guy de Maupassant, Poésie Diverses

Posté par ucem à 14:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


28 février 2017

PRIÈRE À L'ESPRIT SAINT - TU AS DÉJÀ OUVERT LES CHEMINS

Esprit du Christ ressuscité, Saint-Esprit,
si nous savions ce que nous pouvons te demander
pour prier comme il faut !
Mais voilà que les balbutiements
de notre prière passent par le creuset de notre pauvreté,
de notre petite foi.

Alors Toi, le Dieu vivant,
tu entres dans notre âme de pauvre,
tu entres dans notre faiblesse et tu lis en nos coeurs
nos intentions authentiques.
Et ton Esprit vient au-dedans de nous, il vient exprimer
l’inexprimable à travers d’humbles paroles, et des soupirs,
et des silences.
Et tu nous dis : ’’ Ne te préoccupe de rien, ne t’inquiète pas
de ton peu de capacité à prier.
Sache-le, dans ton attente priante,
j’ai déjà ouvert les chemins’’.

Ainsi, tu nous donnes de comprendre
que tu appelles chacun par son nom,
que tu éveilles des jaillissements intérieurs,
que tu as déposé en chacun un don unique, irremplaçable.
Nos yeux s’ouvrent et, dans la pauvre prière,
nous comprenons que l’homme ne se réalise
qu’en présence de Dieu.

Auteur : Frère Roger de Taizé

Posté par ucem à 03:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

26 février 2017

PRIÈRE À L'ESPRIT SAINT - PENTECÔTE

L’Esprit,
quand il demeure dans un homme,
ne le quitte pas dès lors
que cet homme est devenu prière.
Car l’Esprit lui-même
ne cesse de prier en lui.
Que cet homme dorme ou qu’il veille,
la prière désormais
ne s’en va pas de son âme.

Qu’il mange, qu’il boive, qu’il dorme,
quoi qu’il fasse,
et jusque dans le sommeil profond,
les parfums et l’encens de la prière
s’élèvent sans peine de son coeur.

La prière ne le quitte plus.

Auteur : Saint Isaac le Syrien

Posté par ucem à 03:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

25 février 2017

PRIÈRE À L'ESPRIT SAINT - NOSTALGIE DE DIEU

Mon âme languit après le Seigneur, et je Le cherche avec des larmes.

Comment pourrais-je ne pas Te chercher ? Toi le premier, Tu m’as trouvé. Tu m’as donné de vivre la douceur de ton Saint-Esprit, et mon âme T’a aimé.
Tu vois, Seigneur, ma peine et mes larmes... Si Tu ne m’avais pas attiré par ton amour, je ne Te chercherais pas, comme Je Te cherche. Mais ton Esprit m’a donné de Te connaître, et mon âme se réjouit que, Toi, Tu sois mon Dieu et mon Seigneur, et, jusqu’aux larmes, je languis après Toi.
Mon âme languit après Dieu, et elle Le cherche avec des larmes.
Seigneur miséricordieux, Tu vois ma chute et ma douleur ; mais, humblement, j’implore ta clémence : répands sur le pécheur que je suis la grâce de ton Saint-Esprit, Son souvenir porte mon esprit à trouver de nouveau ta miséricorde.
Seigneur, donne-moi ton humble Esprit pour que je ne perde pas à nouveau ta grâce, et que je ne me lamente pas comme Adam qui pleurait Dieu et le Paradis perdU

Auteur : Saint Silouane de l’Athos

23 février 2017

SAINT TIKHON DE ZADONSK

Mon Dieu,
donne-moi un cœur pour t’aimer
et des yeux pour te voir.
Donne-moi des oreilles
pour entendre ta voix
et des lèvres pour parler de toi.

Donne-moi le goût pour t’apprécier,
l’odorat pour sentir ton parfum,
donne-moi des mains pour te toucher
et des pieds pour te suivre.

Sur la Terre et dans le Ciel,
je ne désire que toi, mon Dieu !
Tu es mon seul désir,
ma consolation,
la fin de toutes mes angoisses
et de toutes mes souffrances.

saint Tikhon de Zadonsk (1724-1783)

Posté par ucem à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

16 février 2017

LA PRIÈRE EST NÉCESSAIRE

Selon le dessein providentiel de Dieu, il est donné à tout ce qui existe le moyen de parvenir à sa fin comme il convient à sa nature.
Pour obtenir ce qu’ils espèrent de Dieu, les hommes ont reçu aussi un moyen adapté à la condition humaine. Cette condition veut que l’homme se serve de la prière pour obtenir d’autrui ce qu’il espère, surtout si celui à qui il s’adresse lui est supérieur. C’est pourquoi il est recommandé aux hommes de prier pour obtenir de Dieu ce qu’ils
espèrent recevoir de lui. Mais la nécessité de la prière est différente selon qu’il s’agit d’obtenir quelque chose d’un homme ou de Dieu.
Quand la prière s’adresse à un homme, elle doit d’abord exprimer le désir et le besoin de celui qui prie. Il faut aussi qu’elle fléchisse, jusqu’à le faire céder, le cœur de celui qu’on implore. Or ces deux éléments n’ont plus de place dans la prière faite à Dieu. En priant, nous n’avons pas à nous inquiéter de manifester nos désirs ou nos besoins à Dieu qui connaît tout. C’est ainsi que le psalmiste
dit au Seigneur :
"Tout mon désir est devant toi". Et nous lisons dans l’Évangile :
"VotrePère sait que vous avez besoin de tout cela". Il ne s’agit pas non plus
d’infléchir, par des paroles humaines, la volonté divine à vouloir ce que d’abord elle ne voulait pas, car il est dit au
livre des Nombres :
"Dieu n’est pas comme un homme, pour qu’il mente, ni fils d’Adam, pour qu’il change", et au livre de Samuel :
"Il n’est pas sujet au repentir".
Pourtant la prière est nécessaire à l’homme pour obtenir une grâce de Dieu ; et cela en raison de celui-là même qui prie, afin qu’il considère ses propres déficiences et qu’il infléchisse son cœur à désirer avec ferveur et piété ce qu’il espère obtenir par la prière. Voilàcomment l’homme se rend capable de recevoir.
Une autre différence distingue la prière faite à Dieu de celle qu’on adresse à un homme. La prière adressée à un homme exige au préalable un certain degré de familiarité grâce à laquelle on aura accès auprès de celui qu’on implore. Tandis que la prière à Dieu nous rend par elle-même familiers de Dieu, puisque notre âme s’y élève vers lui, s’entretient affectueusement avec lui et l’adore en esprit et en vérité.
Cette intimité acquise en priant incite l’homme à se remettre en prière avec confiance. C’est pourquoi il est dit dans le psaume : "J’ai crié", c’est-à-dire j’ai prié avec confiance, "parce que tu m’as exaucé, mon Dieu". Reçu dans l’intimité de Dieu par une première prière, le psalmiste prie ensuite avec une confiance accrue. Ainsi l’assiduité ou
l’insistance dans la demande n’est-elle pas importune lorsque nous prions Dieu, mais elle est bien plutôt agréée de Dieu ; car "il faut toujours prier, dit l’Évangile, et ne jamais se lasser" ; et ailleurs le Seigneur nous invite à demander : "Demandez et vous recevrez, dit-il, frappez et l’on vous ouvrira."
Saint THOMAS D’AQUIN
Source