09 août 2019

LA CONTEMPLATION DANS LA VIE QUOTIDIENNE PJ 193

Mon coeur est la demeure permanente de Jésus. Personne n'y a accès que Lui. C'est en Jésus que je puise la force de combattre les difficultés et les contrariétés. Je désire passer en Jésus pour pouvoir me donner parfaitement aux âmes. Sans Jésus, je ne pourrais m'approcher des âmes, car je sais ce que je suis moi-même. J'absorbe Dieu en moi pour le donner aux âmes. PJ 193


22 juin 2019

QUAND TU ÉTAIS SOUS LE FIGUIER, JE T'AI VU

Jn50,1

Évangile selon saint Jean 1, 45-51

1. Dans ce passage, nous avons beaucoup à apprendre du personnage de Nathanaël. Jésus se réjouit de trouver en lui un « israélite sans détour ». Pour que Jésus le dise, il devait être un homme profondément droit, qui dit et qui fait ce qu’il pense. Il est aussi assez sceptique, il ne croit pas ce que lui dit Philippe, mais sa curiosité est suffisamment éveillée pour qu’il le suive. Ce n’est pas Philippe qui convainc Nathanaël, mais c’est Jésus qui touche son cœur. La meilleure évangélisation ne consiste pas à convaincre, mais à témoigner de notre rencontre avec le Christ, pour inciter les gens à le chercher. Ensuite c’est Dieu qui ouvre et qui touche les cœurs. Qui mieux que lui connaît le cœur de chacun et sait comment y rentrer ? Quand Nathanaël entend le compliment que lui fait Jésus, il reste sur la défensive : « d’où me connais-tu ? » Les paroles qu`il prononce montre que c`est un homme qui a construit plusieurs barrières autour de son cœur : il fait preuve de rationalisme, de scepticisme, la tendance à la méfiance est forte en lui. Mais Jésus le connaît et il sait comment faire tomber ces barrières.

2. Jésus a su piquer sa curiosité, en lui montrant qu'il le connaît et qu’il l’apprécie. Il ne s'avoue pas vaincu face aux réactions de défense de Nathanaël , au contraire : « Avant que Philippe t’appelât quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu ». Qui sait ce qui s’est passé sous le figuier, seul Nathanaël et Jésus le savent, mais cela devait être quelque chose de très intime pour que Nathanaël réagisse en disant « Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d’Israël ». Jésus a fait tomber ses barrières et l’amène à la conversion en lui montrant qu’il est celui à qui rien n’est caché, qui vit dans l’intimité de l’homme, qui connaît tous ses désirs, toutes ses pensées et tous les mouvements de son cœur. La rencontre entre Nathanaël et Jésus nous montre que Dieu nous connaît mieux que nous-mêmes, et qu’il est attentif au moindre mouvement intérieur de notre âme. Ne mettons pas d’obstacle entre lui et nous, n’ayons pas peur, ne faisons pas preuve d’incrédulité face à l'annonce de l’Évangile, mais ouvrons nous à la présence de Dieu. Et si nous n’y arrivons pas, Nathanaël nous montre que Jésus sait comment nous chercher et comment ouvrir notre cœur et que, comme lui, nous pourrons répondre, si nous sommes sincères avec nous-même.

Source

27 mai 2019

AIME-MOI TEL QUE TU ES

Je connais ta misère, les combats et les tribulations de ton cœur, je vois bien la faiblesse et les infirmités de ton corps ; je sais ta lâcheté, tes péchés, tes défaillances ; je te dis quand même : « donne-moi ton cœur, aime-Moi tel que tu es. »
Si tu attends d’être un ange pour te livrer à l’amour, tu ne m’aimeras jamais. Même si tu retombes souvent dans ces fautes que tu ne voudrais jamais connaître : même si tu les lâches dans la pratique de la vertu, ce n’est pas une raison de ne pas m’aimer !
Aime-moi tel que tu es. A chaque instant et dans quelque situation que tu te trouves, dans la ferveur ou la sécheresse, dans la fidélité ou l’infidélité.

Aime-moi tel que tu es. Je veux l’amour de ton cœur imparfait. Si pour m’aimer tu attends d’être parfait tu ne m’aimeras jamais. Ne crois-tu pas que je pourrais faire de chaque grain de sable du désert une créature vivante toute radieuse de pureté, de noblesse et de beauté ? Ne pourrais-je pas d’un seul signe de ma volonté faire surgir du néant des milliers de saints, mille fois plus parfaits et plus aimants que ceux que j’ai créés ? Ne suis-je pas le Tout Puissant ? Tu vois il me plait de laisser pour jamais dans le néant ces êtres merveilleux et de leur préférer ton pauvre amour !

Mon enfant, laisse moi t’aimer, Je veux ton cœur. Je compte bien te former, mais en attendant je t’aime tel que tu es. Et je souhaite que tu fasses de même. Je désire voir du fond de ta misère, monter l’amour. J’aime en toi jusqu’à ta faiblesse ! J’aime l’amour des pauvres. Je veux que de ta pauvreté et de tes limites, s’élève continument ce cri : « Seigneur, je t’aime ! » Tu sais c’est le chant de ton cœur qui m’importe. Qu’ai-je besoin de ta science et de tes talents ? Ce ne sont pas des vertus que je te demande ; et si je t’en donnais, tu es si faible que bientôt l’amour-propre s’y mêlerait. Ne t’inquiète pas de cela.
J’aurais pu te destiner à de grandes choses : non tu seras le serviteur inutile. Je te prendrai même le peu que tu as car je t’ai créé pour l’amour. Moi, Je te dis : « Aime ! » L’amour te fera faire tout le reste sans que tu y penses : ne cherche qu’à remplir le moment présent de ton amour.

Aujourd’hui, vois-tu, Je me tiens à la porte de ton cœur comme un mendiant, moi le Seigneur des Seigneurs.
Je frappe et je t’attends. Hâte-toi de m’ouvrir. Ne fais pas de ta misère un prétexte. Ta pauvreté, tes limites, si tu les connaissais pleinement, tu mourrais de douleur. Mais tout cela n’est rien. Dis-toi bien que la seule chose qui pourrait me blesser le cœur ce serait de te voir douter et manquer de confiance.

Je veux que tu penses à moi à chaque heure du jour et de la nuit. Je ne veux pas que tu fasses l’action la plus insignifiante pour un motif autre que l’amour.
Quand il te faudra souffrir, je te donnerai la force. Tu m’as donné l’amour, Moi je te donnerai d’aimer au-delà de ce que tu as pu rêver.

Mais souviens-toi : « AIME-MOI TEL QUE TU ES ». N’attends pas d’être un saint pour te livrer à l’amour, sinon tu ne m’aimeras jamais.

D’après un texte de Saint Augustin (IV° siècle)
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

04 février 2019

PSAUME 72 - III

Office des lectures

21 Oui, mon cœur s’aigrissait,
j’avais les reins transpercés.
22 Moi, stupide, comme une bête,
je ne savais pas, mais j’étais avec toi.

Source : AELF

Posté par ucem à 14:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

11 août 2018

SAINT AUGUSTIN

«Ayez une seule âme et un seul coeur, tendus vers Dieu»

Posté par ucem à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

02 mai 2016

LE SILENCE DE SAINT JOSEPH

Le silence c'est le coeur qui écoute..

Paul VI

***

Enfin, c'est « l'heure de saint Joseph ». C'est à dire le moment où Dieu veut que soit reconnu, aimé, honoré, celui qui a pris soin du Christ sur Terre. C'est pourquoi ce film nous conduit à marcher sur les pas de l'humble patriarche du silence. De Nazareth à Béthléem, de Cotignac à Espaly et jusqu'à Montréal, au Canada, c'est l'occasion de mieux connaître « l'ombre de Dieu le Père ». Un film qui répond à des questions essentielles : que savons-nous de saint Joseph ? Pourquoi l'appelle-t-on l'homme juste ? Pourquoi Joseph, époux et père est-il un modèle pour notre siècle ? Voici un film captivant qui nous fait découvrir sous un jour nouveau le père de Jésus, le modeste charpentier qui, écrivait Paul Claudel, « ne portait pas une auréole sur la tête mais une vieille casquette en peau de lapin ». Un film réalisé par Armand Isnard. Une coproduction CAT Productions et KTO - 2011.
Documentaire du 18/03/2011

Posté par ucem à 03:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

31 décembre 2015

PROJET DE PÉLERINAGE

https://scontent-ams2-1.xx.fbcdn.net/hphotos-xat1/v/t1.0-9/11059957_879164152176528_5509180604391156451_n.jpg?oh=7501ea9945d2ca10297dcbd58dbbdfc3&oe=563C87BC

Source

Posté par ucem à 03:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

11 septembre 2015

LA PRIÈRE DU COEUR - PRIÈRE DE JÉSUS

Seigneur Jésus-Christ, Fils du Dieu vivant, prends pitié de moi pécheur.

***

La « Prière du Cœur » ne court aucun risque d'être une répétition vaine. Elle est la constatation indéfiniment renouvelée qu'une rencontre nouvelle va avoir lieu entre le Cœur purifiant de Jésus et mon cœur souillé.

La « Prière du Cœur » n'est pas un but à atteindre. Elle est une manière d'être, une manière de se mettre à l'écoute et d'avancer. C’est avoir la certitude que nous sommes aimés. C'est parce que Jésus m'aime que je puis m'adresser à Lui en toute sécurité et confiance. Cette Prière à Jésus, « Jésus, Fils du Dieu vivant, prends pitié de moi pécheur » , met l'esprit, le cœur et le corps en communion avec Dieu.

Théophane le Reclus (1815-1894), Évêque russe et Saint de l'Église orthodoxe du XIXe siècle a dit : « La prière de Jésus n’est pas un talisman. Son pouvoir provient de notre foi en Jésus, et d’une union profonde de notre esprit et de notre cœur avec lui. Si nous sommes dans ces dispositions, l’invocation du nom de Jésus sera efficace ; mais la simple répétition des mots ne signifie rien. ».

sOURCE

27 avril 2013

MON JOUG EST LÉGER

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.
Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez du repos pour vos âmes.
Car mon joug est aisé, et mon fardeau léger.

Matthieu 11.30-12.5