16 juillet 2018

MISSION MARIE MÈRE DES PRÊTRES

Ce lundi, nous fêtons Notre-Dame du Mont Carmel. C'est assez unique que l'Eglise universelle propose à la dévotion de tous les croyants un vocable de la sainte Vierge propre à une ordre religieux, le carmel. C'est sans doute parce que c'est aussi la fête de tous ceux qui portent le scapulaire de ND du Mont Carmel, auquel de nombreuses grâces sont attachées.
La dernière apparition de Marie à Lourdes est aussi un 16 juillet.
Mais pour nous, c'est aussi l'occasion de nous rappeler que sainte Thérèse d'Avila, en réformant le Carmel, lui a donné une touche spécifique : celle de prier pour les prêtres. Ecoutons-la :

"[Voici le] but principal pour lequel Notre-Seigneur nous a réunies dans cette maison.
[...] Travaillons à être telles que nos prières puissent aider ces serviteurs de Dieu [les prédicateurs et les théologiens]. […] Pensez-vous, mes filles, qu'il faille peu de vertu pour traiter avec le monde, vivre au milieu du monde, s'occuper des affaires du monde, s'adapter, ainsi que je l'ai dit, à la conversation du monde, et demeurer intérieurement étranger au monde, ennemi du monde, se conduire comme si l'on vivait au fond d'un désert, enfin pour être des anges bien plus que des hommes ! […]
N'allez donc pas croire que ces hommes dont nous parlons n'aient besoin que d'un faible secours de Dieu pour soutenir la lutte redoutable dans laquelle ils sont engagés ; une grâce abondante, au contraire, leur est nécessaire" (Chemin de la perfection, chapitre 3)

Et le numéro 128 des constitutions actuelles des carmélites stipule :
"Cette communion avec l’Eglise particulière se manifeste dans l’estime et l’obéissance filiale envers l’Evêque ; dans la sollicitude pour les problèmes et les projets du diocèse ; et dans la prière pour tous ses membres, spécialement pour les Prêtres" (Constitutions n°128).

Source


01 juillet 2018

LA GARDE D'HONNEUR - JUILLET 2018

Juillet est le mois traditionnellement dédié au Précieux Sang. Cette dévotion  nous rappelle l’infinie miséricorde de Jésus qui a versé son Sang pour nous sauver. Mais Jésus ne nous sauve pas sans nous, encore faut-il notre participation  en vivant conforme à la Volonté de Dieu et à ses enseignements. C’est au cœur de notre quotidien, dans nos  « fiat »  et « amen », nos acceptations et nos « oui » répétitifs que nous nous sanctifions et devenons dignes de sa Miséricorde : « non pas ma volonté, mais TA Volonté Seigneur ! Amen, Amen ! » 

                     

 Amen ! 

L’Amen est une note tombée de l’éternelle harmonie des cieux sur notre terre désolée pour la pacifier et la réjouir ! Ce cantique exprime, en un seul mot, l’acquiescement filial, soumis, confiant, généreux et plénier du cœur fidèle à tous les desseins de la Providence et à toutes les dispositions de Dieu. 

Hélas, bien souvent, nous nous cabrons comme des révoltés quand des épreuves surviennent ou que les évènements de nos vies ne se déroulent pas selon nos plans  ou à notre avantage. C’est oublier un peu vite que Jésus, de son Incarnation à son dernier soupir, a toujours dit « Amen » à la volonté de son Père : Dieu a  décrété qu’Il naitrait dans une étable : Amen ! Qu’Il gagnerait  chaque jour son pain à la sueur de son front : Amen ! Qu’Il serait persécuté, trahi, cloué au gibet pour sauver ses frères : Amen ! Le chemin était rude, le calice amer, les angoisses poignantes, et pourtant le Cœur de Jésus, dans sa filiale obéissance, n’a fait que se soumettre dans un Amen continu !

Qui peut troubler celui qui dit Amen à tout ce que Dieu ordonne ? Qui peut entraver celui dont la volonté est totalement fondue en celle de Dieu ? Qui peut abattre ou désoler une âme ainsi pleinement donnée et unie au Seigneur ? Personne, car celui qui adhère à Dieu ne fait qu’un avec Lui, c’est ce qu’ont expérimenté tous les saints. Participant en quelque sorte à l’immortalité divine, l’âme est équilibrée dans toutes ses puissances, elle triomphe de tous les obstacles, elle règne victorieusement sur le monde et sur elle-même, affermie qu’elle est dans la paix.

Ainsi donc, quel que soit l’évènement qui viendra nous surprendre ou même peut-être assombrir notre vie, sachons dire Amen. Dans l’insuccès comme dans la réussite, Amen ! Dans la tristesse comme dans la joie, Amen ! En santé ou en maladie, Amen ! Dans les contrariétés qui exerceront notre patience, Amen ! De quelques procédés qu’useront nos supérieurs envers nous ou Dieu lui-même, Amen !...

Imitons fidèlement le Cœur de Jésus, nous en tirerons une paix et une liberté incomparables ! (sr Marie du Sacré Cœur Bernaud)

Bel et saint été à tous !

Fêtes principales du mois :

3 :  St Thomas
6 :  1er vendredi dédié au Sacré Cœur de Jésus et Ste Maria Goretti
11 : St Benoît, Co-patron de l’Europe
16 : Notre Dame du Mont Carmel
22 : Ste Marie Madeleine,  Protectrice de la Garde d’honneur (indulgence plénière)
23 : Ste Brigitte, Co-Patronne de l’Europe
25 : St Jacques, Apôtre
26 : St Joachim et Ste Anne
29 : Ste Marthe
31 : St Ignace de Loyola

 Pour approfondir la dévotion au Sacré Coeur de Jésus :

"Demeurez dans Son Amour" Editions du Sacré-Cœur à Tours, 
Imprimatur de Mgr Rivière
prix 15 €  (+ 2€ de port)  - 172pages

Soucieuse de la sanctification des Gardes d’Honneur, la fondatrice avait écrit de véritables petites catéchèses pleines de bon sens à la portée de tous. Un trésor spirituel  rassemblé par thème dans ce livre et introduit par des extraits de sa vie. Rédigées en pleine répression religieuse due à la séparation de l’Eglise et de l’Etat et aux courants d’idées modernistes rejetant Dieu - ce qui n’est pas sans faire écho aux crises que nous vivons en ce début de 3ème millénaire - ces instructions  s’adressent à tous les catholiques sans exception. 
Chacun pourra y  puiser des bénéfices inestimables et s’épanouir pleinement dans une authentique vie de foi « en demeurant dans Son Amour ! »  
En vente dans toutes les librairies ou par tél : 09 51 96 47 90 

« Aimez ce Cœur souffrant » 
Editions du Sacré-Cœur à Tours, 
prix 12 € (+ 2€ de port) - 105 pages 

Nous connaissons tous le message de Jésus à ste Marguerite-Marie : « Voilà ce Cœur qui a tant aimé les hommes qu’il n’a rien épargné jusqu’à s’épuiser et se consommer pour leur témoigner son amour. Et pour reconnaissance, je ne reçois de la plupart que des ingratitudes …. ». Aujourd’hui, peu de nos contemporains, même parmi les catholiques, se sentent interpelés par la souffrance que nos péchés provoquent au Cœur de Jésus et par conséquent ne se sentent plus concernés par un devoir de réparation.

Si chacun de nous mesurait de quel amour extraordinaire Jésus nous a aimés (jusqu’à mourir sur la croix pour nous sauver), plus que tout autre dévotion ou pratique,  nous ne désirerions que l’aimer en retour !

L’offense est partout, dans tous les domaines de la vie (personnelle, familiale, sociale et aussi en Eglise)  et les réponses d’amour pour consoler  le Cœur blessé de Jésus sont hélas peu manifestes alors que des solutions simples, à la portée de tous existent. Il n’est pas nécessaire de renverser des montagnes, Dieu nous attend dans les petites choses qui composent nos vies. C’est tout l’enjeu de ce livre : aimer, consoler et réparer tout ce qui blesse le Sacré Cœur de Jésus. 
En vente dans toutes les librairies ou par tél : 09 51 96 47 90

Source

Editions du Sacré Coeur

La garde d'honneur du Sacré Coeur

17 octobre 2017

SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE ET LE SACRÉ COEUR DE JÉSUS

" Je prépare à la France un déluge de grâces lorsqu’elle sera consacrée à mon divin coeur. "

Voici les mots prononcés par Sainte Marguerite-Marie Alacoque afin de propager la dévotion au Sacré-Cœur.

A l’âge de 24 ans, après avoir visité plusieurs couvents, elle entre au monastère de La Visitation à Paray-le-Monial où elle explique qu’une voix lui a dit « C’est ici que je te veux ».

Le 27 décembre 1673, elle reçoit sa première « grande » apparition du Cœur Sacré de Jésus. Alors qu’elle se tient devant le Saint Sacrement, Jésus-Christ lui montre son cœur couronné d’épines et surmonté d’une croix.

Jésus veut faire connaître son Cœur, avec tous les trésors d’amour, de grâce, de miséricorde, de sanctification et de salut [ voyez ici les 12 promesses du Sacré Cœur ].

Pour cela, il faut absolument porter et exposer l’image du divin Cœur sur soi, pour y imprimer son amour, le remplir de ses dons, y détruire toutes les mouvances négatives.

C’est parce qu’il veut notre cœur que Jésus montre Son Cœur !

Vous aussi, ouvrez votre cœur
à Notre Seigneur et accueillez le Sien près du vôtre.
Confiez-lui vos espérances en toute confiance,
en toute humilité et avec tout votre amour !

voici pour vous l'image du Sacré-coeur, à porter auprès de vous.

Source : Alliance divine miséricorde