06 avril 2013

PARCOURS ALPHA #8

Le week-end du Parcours Alpha vient de se terminer.
Le thème était :


L'esprit saint

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/91/Rembrandt_Harmensz._van_Rijn_-_The_Return_of_the_Prodigal_Son.jpg/467px-Rembrandt_Harmensz._van_Rijn_-_The_Return_of_the_Prodigal_Son.jpg

 

Le fils prodique


Je suis repartie avec une chose qui ne pourra m'être enlevé : la certitude d'être aimée de Dieu.
Après l'amour qui s'envole, celui qui se dérobe, celui qui n'ont pas pu éclore, celui qui m'a été refusé voilà que je reviens chez moi avec un amour solide qui ne disparaîtra pas.
Après toutes ces années de soif et de famine, je me trouve consolée et rassasiée.
Ce n'est pas le Seigneur qui refusait de me répondre, c'est moi faisait obstruction à son amour par le sentiment de honte et d'indignité.
Vouloir une chose de toutes ses forces, de toute son âme et se trouver incapable de l'accepter.
Il m'est revenu en mémoire cette peur panique que j'avais de sauter du bateau au quai quand mon père tirait sur l'amarre pour raccourcir la distance à franchir. Il en restait toujours une et elle me paraissait insurmontable. Alors, je trépignais, furieuse contre moi-même de me trouver si faible et si impuissante, tandis qu'il était furieux contre cette petite fille si peu hardie, si peu confiante. Je crois que je n'ai jamais pu me pardonner d'avoir tant déçu mon père.
Vouloir et ne pas pouvoir recevoir que l'on veut.
Toutes ces années, c'était comme vivre en apnée, s'étouffer tout en étant à l'air libre et se trouver incapable d'accepter d'inspirer l'air qui nous manque à en mourir.
C'est fou ce que l'on peut se leurrer sur son propre compte. On peut se croire confiant et réaliser combien on est terrifié, combien on est devenu méfiant à cause des blessures qui n'ont jamais cicatrisé.

Il y a eu beaucoup de témoignages, de larmes, d'amour, de prières, d'enseignements, de louanges.
Tous les participants étaient beaux et incroyablement aimables. Les équipiers aussi.
Voir la peine et la souffrance des autres m'a bouleversée et j'imagine ce que Dieu doit ressentir de nous voir si empêtrés dans nos vies alors qu'il nous attend, qu'il nous pardonne, qu'il nous aime infiniment.
Il y aurait beaucoup de choses à écrire à propos de ce qui s'est passé, des rencontres, des partages, des témoignages, de la présence de Dieu, de son action, de son amour, de sa puissance. Je ne crois pas que j'en dévoilerai davantage car c'est difficile à raconter. Le mieux, c'est de le vivre.
Je souhaite à celles et ceux qui liraient ce billet, de se lancer dans l'aventure.
Il n'y a rien à perdre bien au contraire.
Parmi tout ce que j'ai reçu, il y a eu l'amour et l'affection des uns et des autres, parfois plus profonde, plus percutante que celle de mon entourage habituel.

Par amour fraternel, soyez pleins d'affection les uns pour les autres  par honneur, usez de prévenances réciproques.
Romains 12:10

Recevoir l'Esprit Saint, a été un événement d'une très grande intensité.

***

Edit du 20 mai

En écoutant Vassula Ryden nous expliquer qu'on ne peut recevoir l'Esprit Saint qu'après avoir confessé tous ses péchés, je me demande ce que j'ai reçu et si je l'ai réellement reçu. C'est douloureux de ne pas savoir. Qui est dans le vrai ? Les catholiques, les protestants ? Où trouver un éclairage dans la Bible quand on n'en connaît que des bribes ?

Depuis quelques temps, j'essaye de faire une liste des péchés que j'ai commis, parfois consciemment, parfois dans l'ignorance la plus totale. La liste est longue comme un jour sans pain... Faut-il vraiment tous les confier à un prêtre ? Ne peut-on pas faire ça en tête à tête avec Dieu ? Pour le moment, c'est ce que je fais mais je dois avouer que pendant le fameux week-end dont je parlais plus haut, j'ai dit quelque chose à la personne qui priait pour moi et l'enclume que j'avais sur la poitrine s'est envolée. À ce jour, elle n'est pas revenue...