03 juillet 2017

PRIÈRE DE SAINT GRÉGOIRE DE NAREK

O Toi l'unique Dieu céleste, Trés-haut, Bienfaiteur,
à Toi appartient la puissance,
à Toi le pardon,
à Toi la guérison,
à Toi la libéralité.

C'est à Toi qu'appartiennent les faveurs, à Toi seul les dons gratuits,
à Toi l'expiation, à Toi la protection,
à Toi les solutions incompréhensibles,
à Toi les inventions insoupçonnées,
à Toi les mesures incommensurables:
Tu es le commencement et Tu es la fin.

Car jamais les ténèbres de la colére n'obscurcissent la lumière de ta miséricorde: Tu n'es point assujetti à une misère quelconque;
Tu dépasses toutes paroles.

Tourne-Toi vers moi,
moi qui tremble d'effroi dans le cachot sans fond de ma fosse pleine de boue,
chargé des chaînes de mes péchés, blessé et transpercé par les traits et les flèches de l'Accusateur .

Image infinie au-delà de toute estimation,
incommensurable largeur de gloire,
Espace sans limite~d'irrésistible puissance,
Immensité absolue, ~.
inépuisable Bienfaisance de miséricorde
« C'est Toi qui changes en aurore les ombres de la mort»,
Toi qui es descendu volpntairement au Tartare qui maintenait captives dans ses replis les âmes,
où la porte de la prière même était verrouillée.
Tu as arraché de là le butin accumulé des âmes exilées: par le glaive impérieux de ta parole victorieuse
Tu as tranché le lien destructeur de la mort
et dissipé les angoisse du péché
Tourne-Toi vers moi,
moi qui tremble d'effroi dans le cachot sans fond de ma fosse pleine de boue,
chargé des chaînes de mes péchés, blessé et transpercé par les traits et les flèches de l'Accusateur .

Toi qui es toujours, Seigneur bienfaisant,
Toi qui es Lumière parmi les ténèbres,
Toi qui es Trésor de bénédiction, Miséricordieux, Compatissant,
Ami des hommes,
Puissant, Inénarrable, Inscrutable, Indicible,
Tout-puissant :
Toi qui rends possible avec une telle aisance tout ce qui est impossible,
Feu qui dévores les broussailles des péchés,
Rayon qui brûles et pénètres l'univers dans un grand mystère,

souviens-Toi de moi en ta miséricorde, ô Béni, et non en ta justice;
en ton pardon, et non en tes sanctions;
en ta longanimité plutôt qu'en ta rigueur.
Lorsque Tu pèseras le poids de mes péchés, veuille le faire avec ta suavité et non avec ta justice.

Approche-Toi de moi, ô bonté,
Ote le vent mauvais de mon trouble mortel,
Afin que se repose en moi ,
Ton souffle de paix : l’Esprit Tout-puissant !

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/40/Grigor_Narekatsi_1.jpg

Source

Saint Grégoire de Narek (la foi  prise au mot - KTO)

Enregistrer


24 février 2017

FIGURES CHRÉTIENNES ANNONÇANT LA VENUE DU CHRIST

Adam

Pour l'Avent et le temps de Noël, la Foi prise au mot propose une traversée de l'Ancien Testament à la découverte des figures dont la tradition chrétienne a considéré qu'elles annonçaient le Christ. En effet, depuis des siècles, la tradition chrétienne a lu l'Ancien Testament à la lumière du Nouveau Testament et a considéré qu'un certain nombre de personnages, de situations, de moments préparaient ou annonçaient cette venue du Messie. Ainsi parle-t-on du Christ comme le Nouveau Moïse ou parle-t-on de la venue d'un prophète comme Élie. Pour commencer cette série, La foi prise au mot s'arrête sur Adam. Qui est Adam et que représente-t-il ? Pourquoi parle-t-on du Christ comme Nouvel Adam ? Pour en parler, le Frère Philippe Lefebvre, dominicain, professeur d'Ancien Testament à l'Université de Fribourg (Suisse) et le Père Olivier Artus, professeur d'Ancien Testament à l'Institut Catholique de Paris, et membre de la Commission biblique pontificale.
La Foi prise au Mot du 01/12/2013.

Joseph

Deuxième volet de sa série d'Avent sur les personnages de la Bible qui annoncent la venue du Christ, et après avoir fait découvrir la figure d'Adam, La foi prise au mot s'arrête cette fois-ci sur Joseph, présent dans le livre de la Genèse : qui est ce personnage vendu par ses frères et quel rôle joue-t-il dans les derniers chapitres de la Bible ? Qui est ce patriarche ? Que nous apprend la Bible de lui ? Pourquoi peut-on considérer que quelque chose de lui préfigure le Christ ? Pour éclairer ce sujet, le père Philippe Lefebvre, dominicain et professeur d'Ancien Testament à l'Université de Fribourg (Suisse), présent dans chaque émission de cette série d'Avent sera accompagné par Père André Wénin, prêtre du diocèse de Namur, professeur d'Ancien Testament à l'Université catholique de Louvain.
La Foi prise au Mot du 08/12/2013

Moïse

Pour cette troisième émission de sa série d'Avent sur les personnages de la Bible qui préfigurent la venue de Jésus, La foi prise au mot s'arrête cette fois sur Moïse. Moïse est en effet le grand législateur d'Israël, celui qui a donné sa loi au peuple hébreu. Il est un des prophètes les plus éminents de l'Ancien Testament. Mais quel rôle a-t-il joué ? Pourquoi tient-il une place aussi centrale dans le judaïsme ? Pourquoi a-t-on pu le considérer comme la préfigure du Christ ? N'appelle-t-on pas parfois le Christ le Nouveau Moïse ? Alors, comment parler de celui par qui le Peuple élu a échappé à la main des Egyptiens ? Pour parler de ce si grand prophète, le père Philippe Lefebvre, o.p., professeur d'Ancien Testament à l'Université catholique de Louvain est cette fois-ci accompagné de Didier Luciani, professeur d'Ancien Testament à l'Université catholique de Louvain.
La Foi prise au Mot du 15/12/2013.

David

Après Adam, Joseph et Moïse, c'est à David que s'intéresse ce quatrième volet de la série d'Avent de La foi prise au mot sur les personnages de la Bible qui préfigurent le Christ. David, dernier fils de Jessé, est reconnu et oint par le prophète Samuel. Plus tard, c'est lui qui se propose de combattre le géant philistin Goliath et en vient à bout avec pour seule arme sa fronde. Mais que sait-on de plus sur ce roi d'Israël que le Seigneur a mis à la tête de son peuple ? Pourquoi fait-il partie de ces personnages qui préfigurent le Christ ? Pourquoi la tradition reconnaît-elle en lui une préfigure et non en Saül, son prédécesseur, ou en Salomon, son sage successeur ? Pour répondre à ces questions, le père Philippe Lefebvre (o.p.), professeur d'Ancien Testament à l'Université de Fribourg, en Suisse, continue d'apporter son éclairage comme il le fait depuis le début de cette série. Il est cette fois-ci accompagné d'Éléna Di Pede, professeur d'Ancien Testament à l'Université de Lorraine.
La Foi prise au Mot du 22/12/2013.

Elie

Pour clore cette série d'Avent sur les personnages de la Bible qui préfigurent la venue du Christ, La foi prise au mot s'arrête sur la figure d'Elie. Celui-ci n'est-il pas en effet considéré comme l'un des plus grands prophètes du judaïsme ? D'ailleurs, les contemporains de Jésus n'attendaient-ils pas un prophète comme lui ? " Es-tu Élie ? ", demande-t-on régulièrement à Jésus. Qui est donc ce personnage et pourquoi son retour est-il aussi important pour le judaïsme ? Prophète d'Israël au IXe siècle avant J.-C., il réalise de nombreux prodiges avant de s'envoler aux cieux dans un tourbillon. Pour expliquer les raisons qui font de lui l'annonciateur du Messie, le Père Philippe Lefebvre, dominicain et bibliste, revient sur ce thème en compagnie de Marie-Noëlle Thabut, elle aussi bibliste.
La Foi prise au Mot du 29/12/2013.

23 février 2017

VOCATION

" Appel ", c'est l'autre nom de la vocation. Dans la perspective chrétienne, cet appel peut conduire à s'engager dans la prêtrise ou la vie religieuse ou consacrée. Mais comment Dieu appelle-t-il ? Comment répond-on à cet appel ? Comment y rester fidèle? Quelle forme cet appel peut-il recouvrir ? Pour cerner le mystère de cet appel, deux invités viennent apporter leur expérience : le père Jean-Luc Garin qui fut au contact de nombreux jeunes avant d'être nommé responsable du séminaire de Lille, et la soeur Marie-Yonide, Fille de la Charité, responsable des novices dans sa congrégation. Mieux qu'une recette toute faite qui donnerait les solutions pour remplir séminaires et communautés, " La foi prise au mot " pose les bases pour comprendre comment cet appel à se donner au Seigneur et à son Eglise est toujours d'actualité. Abordant la question de la liberté du chrétien par rapport à l'appel qu'il reçoit à donner sa vie au Christ et à l'Eglise et aux obstacles qui peuvent jalonner son parcours vers l'engagement religieux, ces deux invités apportent un éclairage profond sur ce défi posé à l'Eglise en France : recevoir en son sein des jeunes désireux de suivre le Christ dans un don total.
La Foi prise au Mot du 23/06/2013.

Enregistrer

07 février 2017

LE DON DES LARMES

Cette semaine La Foi prise au mot suit la proposition d´une de nos fidèles téléspectatrices nous suggérant de parler du «?don des larmes?». Dans une époque où les larmes se cachent désormais, on est surpris de voir combien les personnages de la Bible ou les grands saints de la tradition chrétienne pleurent. Le fameux «?don des larmes?» est d´ailleurs vu comme une grâce spirituelle. Que signifient tous ces pleurs?? Que représentent les larmes dans la vie spirituelle?? Et que dire d´un temps, le nôtre, qui ne pleure plus? alors que toute notre tradition spirituelle - qu´elle soit juive puis chrétienne - valorise les pleurs? Les larmes sont tellement importantes que la tradition spirituelle chrétienne en a fait un don spirituel, une grâce majeure, comme si pleurer nous rapprochait en quelque sorte de Dieu. Pour répondre à ces questions, nous recevons Catherine Chalier, philosophe, et le père Dominique Salin, jésuite.
La Foi prise au Mot du 29/01/2017.

31 juillet 2016

L'IMITATION DE JÉSUS-CHRIST

C'était le livre le plus lu après la Bible, ce fut le livre de chevet de Thérèse de Lisieux, et pourtant il est aujourd'hui un peu oublié. En cette semaine thérésienne, la Foi prise au mot part donc à la découverte de l'Imitation de Jésus-Christ, un traité ascétique écrit vers la fin du XIVe siècle. Qui en est le mystérieux auteur et dans quel contexte fut-il écrit ? Que contient-il et comment expliquer qu'il ait connu un tel succès ? Thérèse de Lisieux ne dit-elle pas dans l'Histoire d'une Âme qu'elle le connaissait presque par coeur ? Pourquoi est-il aujourd'hui un peu oublié ? Faut-il le redécouvrir ? Pour mieux découvrir l'Imitation de Jésus-Christ, deux invités : le père Max Huot de Longchamp, théologien spécialiste de la littérature mystique et auteur de nombreux ouvrages de spiritualité et Ghislain Waterlot, professeur de Philosophie et d'éthique à l'Université de Genève qui depuis 6 ans travaille sur la question de l'expérience religieuse et mystique.
La Foi prise au Mot du 27/09/2015.


02 octobre 2015

LA MISÉRICORDE DIVINE

Le pape Jean-Paul II a institué en l'an 2000 le dimanche après Pâques Dimanche de la Miséricorde, en réponse à la demande du Seigneur à Sainte Faustine : " Je désire que la fête de la Miséricorde soit un recours et un refuge pour toutes les âmes, et surtout pour les pauvres pécheurs. En ce jour les entrailles de ma miséricorde sont ouvertes, je déverse tout un océan de grâces sur les âmes qui s'approcheront de la source de ma Miséricorde. " Que signifie la miséricorde de Dieu ? Comment s'est-elle révélée ? Lumières sur la miséricorde avec le père Chocholski, qui a été le secrétaire général du 1er Congrès mondial de la Miséricorde, à Rome en 2008.
La Foi prise au Mot du 01/05/2011.

***

Lettre encyclique de Pape Jean-Paul II sur la miséricorde divine :

Dives in misericordia

***

Sites :

Le message de la Miséricorde

Pour la Miséricorde Divine, Jésus j'ai confiance en toi (veillée à Saint Sulpice, Paris VIe)

***

Le petit journal de Sainte Faustine pdf

Neuvaine à la Miséricorde divine

Le chapelet de la Miséricorde divine

01 mars 2015

LES VERTUS CARDINALES - LA FORCE

La force est une vertu. Le sait-on encore ? La trouver dans la liste des vertus auxquelles s'attache la série de Carême de " La foi prise au mot ", est une surprise : pourquoi cet éloge de la force alors que le christianisme s'inscrit dans la tradition du Messie faible d'Isaïe, de l'agneau immolé ? Comment dire que la force est vertu quand Jésus proclamait heureux les pauvres, heureux les doux, heureux les miséricordieux ? Quelle définition de la force faut-il alors avoir ? Le thème est d'une grande actualité et ne manquera pas d'intéresser tous ceux qui cherchent à se mettre à la suite du Christ et, plus largement, tous ceux qui cherchent à mettre cette vertu en oeuvre dans leur vie. Dans un échange autant vivant que passionnant, le père Alain Thomasset, jésuite, président de l'ATEM (Association des Théologiens pour l'Étude de la Morale) donne la réplique au père François Potez, curé de la paroisse Notre-Dame-du-Travail, à Paris.

sOURCE

Posté par ucem à 17:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

22 février 2015

LES VERTUS CARDINALES - LA TEMPÉRANCE

Pour l'entrée en Carême, La Foi prise au mot lance sa série traditionnelle. En écho à la série sur les 7 péchés capitaux diffusée au cours du Carême 2013, Régis Burnet s'attaque cette fois aux 7 vertus, en essayant, encore une fois, de leur donner une actualité. Les quatre vertus cardinales (Tempérance, Force, Justice, Prudence) puis les trois vertus théologales (Charité, Espérance et Foi) serviront ainsi de thèmes à chacune des sept émissions. Le P. François Potez, curé de Notre Dame du Travail, à Paris, reviendra sur chacune de ces vertus en les dépoussiérant de leur image " pieusarde " et bourgeoise. Bien comprise, la vertu n'est-elle pas le meilleur moyen de parvenir au bonheur comme l'ont enseigné de nombreux philosophes et de nombreux saints ? Pour commencer, voici la tempérance, à laquelle Chantal Delsol, membre de l'Académie des Sciences morales et politiques, adjoint un écho social, complété par le point de vue spirituel du père Potez.

SOURCE

21 février 2015

MARIE NOËL

Un peu de prose et de poésie dans " La foi prise au mot ", ce n'est pas tous les jours. Cette semaine, Régis Burnet propose de découvrir l'oeuvre et la figure de l'écrivain et poétesse Marie Noël. Un nom connu de certains mais pas forcément d'un public très large. Pourtant, cette femme est une grande dame de la littérature dont l'essence chrétienne de l'oeuvre est évidente. Si vous ne la connaissez pas, ne vous attendez pas à de la poésie tendre ou mièvre : plus qu'une autre, Marie Noël a su mettre en mot les orages du monde et les chagrins d'une âme désespérée. Et si vous la connaissez, vous serez certainement heureux de la retrouver à travers les deux invités de cette émission, deux passionnées de Marie Noël : Marie-Noëlle Hôpital, Docteur en Lettres modernes, elle-même poète à ses heures, et Chrystelle Claude, chercheuse en Lettres modernes.

Cortège pour l'enfant mort

L'enfant frêle qui m'était né,

Tantôt nous l'avons promené

L'avons sorti de la maison

Au gai soleil de la saison ;

 

L'avons conduit en mai nouveau,

Le long des champs joyeux et beaux ;

 

Au bourg avec tous nos amis,

L'avons porté tout endormi...

 

Mais en vain le long du chemin

Ont sonné les cloches, en vain,

 

Tant il était ensommeillé,

Tant qu'il ne s'est pas réveillé,

 

Au milieu des gens amassés,

Quand sur la place il a passé.

 

D'autre que moi, cet aujourd'hui,

A l'église ont pris soin de lui.

 

C'est le bedeau qui l'a borde

Dans son drap blanc d'argent brodé.

 

C'est le curé qui l'a chanté

Avec ses chantres à côté

 

C'est le dernier qui l'a touché,

Le fossoyeur qui l'a couché

 

Dans un berceau très creux, très bas,

Pour que le vent n'y souffle pas

 

Et a jeté la terre sur lui

Pour le couvrir pendant la nuit

 

Pour lui ce que chacun pouvait,

Tant qu'il a pu, chacun l'a fait

 

Pour le bercer, le bénir bien

Et le cacher au mal qui vient.

 

Chacun l'a fait... Et maintenant

Chacun le laisse au mal venant

 

Allez-vous en ! Allez-vous en !

L'heure sombre arrive à présent.

 

Le soir tombe, allez ! Partez tous !

Vos petis ont besoin de vous.

 

Rentrez chez vous et grand merci !

...Mais il faut que je reste ici.

 

Avec le mien j'attends le soir,

J'attends le froid, j'attends le noir

 

.Car j'ai peur que ce lit profond

Ne soit pas sûr, ne soit pas bon.

 

J'attends dans l'ombre, j'attends

Pour savoir.... s'il pleure dedans....

***

Marie Noël

 

24 décembre 2014

LE PREMIER NOËL

Pour rester un peu dans l'ambiance de Noël, en lien avec nos frères orientaux pour qui la fête de l'Épiphanie est la grande fête de l'Incarnation, "La foi prise au mot" décide cette semaine de revenir sur l'événement historique du premier Noël. En partenariat avec la revue "Le Monde de la Bible", qui consacre son dernier numéro à cet évènement aux répercussions universelles, Régis Burnet revient sur l'historicité de cette fête de la Nativité. Que sait-on de l'événement historique de la naissance de Jésus et comment les évangiles le présentèrent ? Que sait-on des premières célébrations liturgiques de Noël ? Et quand commencèrent les pèlerinages à Bethléem ? Marie-Françoise Baslez, professeur d'histoire des religions (Paris IV-Sorbonne) et Aurélien Caillaud, chargé d'études et de recherche en histoire de l'archéologie française en Afrique du Nord à l'Institut national d'histoire de l'art (INHA) éclairent la question dans un échange enrichi de nombreuses images.
La Foi prise au Mot du 04/01/2015.

Posté par ucem à 03:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,