24 février 2017

PRIÈRE DU PARDON DANS L'ESPRIT SAINT - JEAN PLIYA

En Ton Nom, Seigneur Jésus, et par la puissance de Ton Esprit, pour le gloire de Dieu Ton Père et notre Père, je Te demande avec toute la foi et la sincérité de mon cœur la grâce de m'aider à pardonner. De moi-même, je ne puis pardonner vraiment comme Tu nous le demandes, car sans Toi, nous ne pouvons rien faire.
C'est pourquoi, confiant en Ton Amour et en la puissance de Ton Sang qui nous a donné accès à Ta miséricorde, j'ai décidé de pardonner sans condition, du fond de mon cœur à toutes les personnes qui m'ont offensé, blessé, persécuté, fait de la peine, intentionnellement ou non.
Je pardonne toutes les fautes qu'elles ont commises contre moi par leurs actes ou leurs paroles. Je pardonne toutes les déceptions qu'elles m'ont causées du fait de leur caractère, de leurs attitudes et de leurs réactions. Je pardonne à tous ceux qui m'ont détesté ou rejeté.
Je pardonne en particulier à… tout le mal qu'ils m'ont fait. Je libère ces personnes de toute dette envers moi, sans condition aucune, pour toujours, et j'accepte de Te prier pour elles.
Je Te prie, Seigneur Jésus, de les bénir et de les combler de Ta grâce pour l'éternité. Toi qui es miséricordre, guéris-les et libère leur cœur par les mérites de Tes saintes blessures et de Ta croix victorieuse. Remplis-les de Ta paix, de Ta joie et de Ton Amour. Je Te rends grâce et gloire de ce que Tu m'exauces maintenant.

Jean Pliya, Prier comme un enfant de Roi

Source


14 février 2017

PARTIR - MÉDITATION SPIRITUELLE D'YVES RAGUI, JÉSUITE

Partir

Quand on a décidé de partir à la recherche de Dieu, il faut faire ses bagages, seller son âne et se mettre en route. La montagne de Dieu est à peine visible dans le lointain... A l'aube, il faut partir.

C'est un grand départ. Il faut dire adieu. A quoi? A tout et à rien. A rien, car ce monde que l'on quitte sera toujours là près de nous, en nous, jusqu'à notre dernier souffle, toujours aussi près de nous. A tout, car, en partant à la recherche de l'absolu, nous coupons les ponts avec tout ce qui pourrait nous en détourner. La séparation, finalement, n'est pas dans l'éloignement mais dans le détachement

Oui, quand tu veux prier, il faut ouvrir ta maison et dénouer ton âme en Dieu. Chaque genre de vie demande un détachement. Il faut que se détache d'elle-même et se dénoue l'âme des époux, l'âme des fiancés. Autrement il n'y a pas d'amour possible, mais un égoïsme cherché dans l'autre. A l'extrême pointe de l'amour se trouve l'amour de Dieu, don total et réciproque de l'un à l'autre. Mais pour l'homme Dieu est l'Autre, l'autre qui finalement se révèlera, dans l'amour, comme l'être de notre être.

Qu'emporter avec soi ? Tout soi-même et rien de moins. Étrange réponse après avoir dit qu'il faut tout laisser et surtout se laisser soi-même. Et pourtant c'est vrai, il faut s'emporter tout entier. Beaucoup ne partent qu'en apparence. Ils n'emportent avec eux qu'un fantôme d'eux-mêmes, une maquette abstraite. Ils se mettent eux-mêmes en sécurité avant de se mettre en route...

C'est déjà une sorte de saint qui s'embarque pour l'expédition, un personnage modelé d'après les traités de la perfection. Ils envoient un double d'eux-mêmes tenter l'aventure et s'étonnent ensuite de ne retirer de tout cela que déception.

En partant, il faut mettre sur son âne tout ce qu'on possède et partir avec tout ce qu'on est, sa carcasse, son esprit, son âme, il faut tout prendre, les grandeurs et les faiblesses, le passé de péché, les grandes espérances, les tendances les plus basses et les plus violentes... tout, tout, car tout doit passer par le feu.

Comme le bout du chemin se perd en Dieu et que personne ne connaît le chemin sinon celui qui vient de Dieu, Jésus Christ, il faut, tout en écoutant les maîtres que nous rencontrons, fixer les yeux sur lui seul. Il est la voie, la vérité et la vie. Lui seul d'ailleurs a parcouru le chemin dans les deux sens. Il faut mettre notre main dans la sienne et partir.

Extraits de  "Chemins de la contemplation" - DDB 1969, pp. 28-30

Yves Raguin, jésuite -

SOURCE

29 avril 2016

PRIÈRES ET NEUVAINE À SAINT MICHEL ARCHANGE

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782848911045.jpg

Emilie Bonvin

Posté par ucem à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

28 mars 2015

PRÉPARATION AU SACREMENT DE CONFIRMATION

Le credo

***

Enfer et damnation

https://p8.storage.canalblog.com/88/58/1085220/103126903.jpeg

http://pmcdn.priceminister.com/photo/Von-Balthasar-Hans-Urs-Esperer-Pour-Tous-Livre-754458900_ML.jpg

Vous avez un seul devoir, celui d'espérer jusqu'au bout. (Cf Vertus théologales)

(La plus haute forme de l'espérance, c'est le désespoir surmonté. Georges Bernanos)

L'enfer et le salut, réalité collective

Purgatoire


09 mars 2015

RETRAITE SUR LE CANTIQUE DES CANTIQUES

http://www.librairie-emmanuel.fr/I-Grande-150316-retraite-sur-le-cantique-des-cantiques.net.jpg

 

Ce texte dense et magnifique de Christian de Chergé est celui d'une retraite prêchée en 1990 à des Petites soeurs de Jésus, à Mohammedia au Maroc. Il se présente comme un commentaire des sept cris soit de la Bien-aimée soit du Bien-aimé, dans le Cantique des cantiques, qu'accompagne la méditation des lettres aux « sept Églises » d'Asie dans l'Apocalypse aux chapitres 2 et 3. Ce texte a la forme de sept entretiens, à partir des sept « cris » : Qu'il me baise d'un baiser de sa bouche ; Attire-moi ! ; Lève-toi.. Viens-t'en ! ; Reviens ! ; Ouvre-moi ! ; Reviens, reviens ! ; Pose-moi comme un sceau sur ton coeur. Afin qu'à l'instar des Petites soeurs de Jésus qui ont suivi cette retraite le lecteur puisse entendre pour lui-même ces « cris » et les laisser résonner dans sa propre vie, Christian Salenson propose un accompagnement par des commentaires éclairants et des propositions de méditation

Source

03 janvier 2015

PÈRE ANDRÉ-MARIE

Les repères des « humaines saisons »
Effacent les formes de la vie en nous.
Ton silence s’est levé.
Mais l’obstination de tous les bonheurs,
De tous les possibles que tu savais,
Eclaire en moi les ombres de ton passage.
Je me mets à croire aux « toujours ».
Ces toujours qu’il me faut inventer
Et laisser naître à l’intérieur de moi.
Je suis l’obligé de cette relation
Que la vie, en moi, tente de créer
Avec toute la création.
Si hier, tu as été ma mère,
Découvrirai-je un jour à quel point
Il me reste à être la vraie mère
De celui que je dois devenir
Au creux silencieux du maternel en moi ?

Père André-Marie

Maman (tome II)

Posté par ucem à 21:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 décembre 2014

JOURNÉE DE RETRAITE SILENCIEUSE AU MONASTÈRE DE LA VISITATION

Retraite de l'Avent organisée par le Centre d'Etudes Religieuses

photos et texte à venir