22 mai 2019

ENTRE DIEU ET MOI, POURQUOI LES SAINTS ? COLLÈGE DES BERNARDINS

Les saints sont-ils un obstacle à ma relation avec Dieu ? « Nous disons bien ce vieil adage : mieux vaut s’adresser à Dieu qu’à ses saints ! »

Cette conférence veut montrer comment les saints ravivent notre vocation à la sainteté rappelée par le Concile Vatican II et leur rôle dans notre vie de foi ; comment ces maitres spirituels nous font progresser dans notre désir d’union intime avec le Seigneur, notamment à travers la prière d’oraison.

ECOUTER


29 novembre 2018

LAUDES

Quand tu criais sous l’oppression, je t’ai sauvé ; +
je répondais, caché dans l’orage,
je t’éprouvais près des eaux de Mériba. Ps 80, 8

Parole de Dieu : (Rm 14, 17-19)

Le royaume de Dieu ne consiste pas en des questions de nourriture ou de boisson ; il est justice, paix et joie dans l’Esprit Saint. Celui qui sert le Christ de cette manière-là plaît à Dieu, et il est approuvé par les hommes. Recherchons donc ce qui contribue à la paix, et ce qui nous associe les uns aux autres en vue de la même construction.

Et toi, petit enfant, tu seras appelé
   prophète du Très-Haut : *
tu marcheras devant, à la face du Seigneur,
   et tu prépareras ses chemins Lc 1, 76

Intercession

Pour tous nos frères, prions le Maître de la vie :

Ceux qui s’éveillent, 
— qu’ils s’éveillent à toi.

Ceux qui vont au travail, 
— qu’ils travaillent pour toi.

Ceux qui restent dans leur maison, 
— qu’ils y restent avec toi.

Ceux qui rentrent du travail, 
— qu’ils se reposent auprès de toi.

Ceux qui sont malades ou désespérés, 
— qu’ils se tournent vers toi.

Ceux qui vont passer la mort, 
— qu’ils meurent en toi.

Oraison

Nous te prions, Seigneur, toi qui es la vraie lumière et le créateur de la lumière : garde-nous attentifs à ta loi pour que nous vivions dans ta clarté.

AELF : Laudes

19 octobre 2018

COMMENTAIRE DE SAINT PADRE PIO DE PIETRELCINA

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 12,1-7

« Soyez sans crainte »

La véritable raison pour laquelle tu ne réussis pas toujours ta méditation, la voici –- et je ne me trompe pas ! Tu commences ta méditation dans l'agitation et l'anxiété. Cela suffit pour que tu n'obtiennes jamais ce que tu recherches, car ton esprit n'est pas concentré sur la vérité que tu médites et il n'y a pas d'amour dans ton cœur. Cette anxiété est vaine. Tu n'en retireras qu'une grande fatigue spirituelle et une certaine froideur de l'âme, surtout au niveau affectif. Je ne connais à cela nul autre remède que celui-ci : sortir de cette anxiété. C'est en effet un des obstacles majeurs à la pratique religieuse et à la vie de prière. Elle nous fait courir pour nous faire trébucher. Je ne veux vraiment pas te dispenser de la méditation simplement parce qu'il te semble que tu n'en retires aucun profit. Au fur et à mesure que tu feras le vide en toi-même, que tu te débarrasseras de cet attachement dans l'humilité, le Seigneur te fera le don de l'oraison qu'il garde dans sa main droite.

Source

23 mars 2018

EXPÉRIENCE SPIRITUELLE - SAINTE THÉRÈSE D'AVILA

« Mon âme se recueillit soudain et me parut tout entière comme un clair miroir, sans envers, ni côtés, ni haut, ni bas qui ne fussent clarté, et au centre m’apparut le Christ Notre Seigneur, tel qu’il m’arrive de le voir. Il me semblait le voir dans toutes les parties de mon âme aussi clairement que dans un miroir, et ce miroir lui-même, je ne saurais dire comment, se sculptait tout entier dans le Seigneur lui-même, par une communication que je ne saurais expliquer, très amoureuse. Je sais que chaque fois que je me rappelle cette vision, j’en tire de grands bienfaits, surtout quand je viens de communier. On me fit entendre que lorsque l’âme est en état de péché mortel, ce miroir se couvre d’un épais brouillard qui le rend très noir, on ne peut donc se représenter ce Seigneur ni le voir, lui qui, toujours présent, nous donne l’être. » (Vida 40,5)

Source

01 mai 2016

LE CHAPELET EST UN CHEMIN D'ORAISON

"À travers la litanie des Pater et des Ave, le chapelet offre ainsi un chemin d'oraison, donnant de parcourir successivement les mystères joyeux, lumineux, douloureux et glorieux de la vie de Jésus et de Marie. Au gré de la contemplation, de l'avancement spirituel, de la lourdeur ou de la légèreté de l'âme, l'attrait se fera plus fort soit vers la méditation des mystères, soit vers la  récitation simple des Pater et des Ave baignée dans la lumière des visages de Dieu et de Marie. Au fond cela importe peu, si ce n'est de demeurer en leur compagnie."

Dom Pateau, Père Abbé de Fontgombault

Source


18 octobre 2015

LES SPLENDEURS DE L'ORAISON - CANTIQUE L.M. GRIGNION DE MONTFORT

LES SPLENDEURS DE L'ORAISON
15 1 - Chrétien, voici le pain des forts, Une manne charmante,
Un magasin plein de trésors, Une source abondante, Un vol de
l'esprit en son Dieu, Un regard de sa face, C'est l'oraison; mais
je dis peu, C'est un trésor de grâce.
15 2 Elle est le bien universel Et de l'homme et de l'ange,
L'honneur qu'on doit à l'Immortel, Sa plus douce louange.
Elle est cet encens tout divin, Ce parfum agréable Qui rend un
culte souverain A cet Etre adorable.
15 3 L'homme avoue et montre en priant Qu'il est plein de
misères, Qu'il attend tout bien excellent Du Père des lumières.
Il sacrifie à sa grandeur, En toute révérence, Son esprit, son
corps et son coeur Et toute sa substance.15 4 C'est là que de
corps et d'esprit L'homme se sacrifie; Il adore avec Jésus-
Christ, Il tremble, il s'humilie, Il adore sa majesté, Il calme
sa justice, Il sollicite sa bonté.
Oh! le grand sacrifice.
15 5 En priant, un pauvre pécheur Monte jusqu'à son trône,
Oblige ce puissant Seigneur A lui faire l'aumône.
Souvent il ôte de sa main Le tonnerre et la foudre Dont il
l'aurait, en souverain, Bientôt réduit en poudre.
15 6 Dieu ne veut pas que sans prier Aucun pécheur l'aborde;
S'il le voit prier et crier, Il fait miséricorde.
Il le fait, d'enfant du démon, Un enfant de Dieu même.
O puisance de l'oraison! O puissance suprême!
15 7 L'oraison est le grand canal Par lequel tout bien passe,
Par lequel un Dieu libéral Communique sa grâce, Sans elle,
l'homme est sans vertu, Sans grâce et sans lumière, Il est
faible, il est abattu.
Oh! qu'elle est nécessaire!15 8 Sans l'oraison, l'homme n'est
rien Qu'un cadavre sans âme, Un roseau sans aucun soutien, Un
noir tison sans flamme.
Un hydropique, un affamé, Un vent de girouette, Enfin, un soldat
désarmé Tout propre à la défaite.
15 9 Sans l'oraison, on ne peut pas Garder son innocence, On
s'affaiblit, on tombe à bas Par sa propre impuissance.
On tombe en la tentation, On tombe dans le crime Et puis dans la
damnation, Et d'abîme et abîme.
15 10 Jésus a prié jour et nuit.
Etait-il nécessaire? Oui, son exemple nous instruit, Il est notre
exemplaire.
Les saints, jour et nuit, comme lui, Offraient ce sacrifice;
C'était leur force et leur appui, Leur plus doux exercice.
15 11 Quoi! Vous ne me demandez rien? Dit-il à ses apôtres.
Je voudrais vous faire du bien, Car mes biens sont les vôtres.
Cherchez donc, et vous trouverez, Je suis votre assurance;
Demandez et vous recevrez Tout bien en abondance.15 12 A prier il
faut persister, Malgré tous les obstacles, Sans se lasser, sans
désister, C'est un des grands oracles.
Et l'un et l'aure Testament, Presqu'en toutes leurs pages,
Confirment ce commandement Par l'exemple des sages.
15 13 L'oraison guérit tous les maux, Même les plus infâmes; Et
délasse après les travaux Tant les corps que les âmes.
Elle tire un bandeau des yeux Que le seul péché forme Pour voir
ce mal pernicieux, Ce monstre si difforme.
15 14 Elle fait voir la vérité, La beauté de la grâce, Le
mensonge et la vanité De ce monde qui passe; Elle transporte une
âme aux cieux Et puis dans les abîmes, Et lui fait voir en tous
ces lieux Des vérités sublimes.
15 15 L'oraison donne la douceur A l'âme impatiente, La diligence
et la ferveur A l'âme nonchalante, Elle est la fournaise de feu
D'une âme courageuse, Qui la rend victime d'un Dieu, Mais victime
amoureuse.
15 16 Sans elle on n'a point arraché De mauvaise habitude, Une
habitude de péché Dont le joug est si rude; Elle est un marteau
tout-puissant Qui frappe et qui fracasse, Elle est un soleil
ravissant Qui fait fondre la glace.
15 17 Elle donne à l'homme mortel La paix, même en la guerre, Et
le fait demeurer au ciel Lorsqu'on le jette à terre.
Elle enrichit sa pauvreté, Non des biens périssables, Mais des
biens de l'éternité Et des biens véritables.
15 18 Elle fait croître ou bien soutient La vertu languissante,
C'est par elle que l'on obtient Une grâce abondante, Pour marcher
à pas de géant Vers Dieu dans cette vie Et monter du fond du
néant Jusque dans la patrie.
15 19 Sur terre il n'est rien de plus doux; C'est la manne
céleste, Laquelle a vraiment tous les goûts, Mais aucun n'est
funeste, Pourvu qu'on la sache expliquer, Car il est nécessaire,
Et puis fortement pratiquer Ce qu'elle enseigne à faire.
15 20 Que de prodiges merveilleux Faisaient nos anciens pères!
Ils ouvraient la terre et les cieux Par leurs seules prières, Par
la prière et par la foi, Ils changeaient de nature; En priant,
ils donnaient la loi A toute créature.
15 21 Quelle gloire pour un pécheur, Cette cendre et poussière,
De parler à Dieu son Seigneur Lorsqu'il fait sa prière,
D'entretenir la majesté De ce Dieu redoutable, Mais avec grande
liberté Sans se rendre coupable! 15 22 Comment vaincrez-vous
Lucifer Qui jette feux et flammes, Qui précipite dans l'enfer
Presque toutes les âmes? C'est par le jeûne et l'oraison, C'est
Jésus qu'il faut croire, Par là vous en aurez raison Et vous
aurez victoire.
15 23 C'est l'oraison qui l'affaiblit, Le désarme et le chasse,
Qui le tourmente et le punit, Le frappe et le terrasse.
Oh! qu'il craint ce pesant fardeau Et cette épée ardente! Qu'il a
d'horreur pour ce bourreau Qui le tue et tourmente!
15 24 Le démon a souvent parlé Par les énergumènes, Disant:
j'enrage et suis brûlé, On redouble mes peines, Quand un homme
est à prier Dieu, Et quand il s'humilie, Il me brûle d'un nouveau
feu, Ma peine est inouïe.
15 25 Prions donc, mais avec ferveur, Dieu le veut pour sa
gloire, Il y va de notre bonheur Et de notre victoire.
Suivant l'exemple de Jésus Et de sa sainte Mère, Nous aurons
toutes les vertus Par la bonne prière.
15 26 Mais quelles sont ses qualités? Voilà votre demande.
Je vais vous les dire, écoutez: La demande est très grande; Prier
bien Dieu n'est pas aisé; Souvent une prière, Bien loin de
l'avoir apaisé, Redouble sa colère.
15 27 Prier dans son coeur le Seigneur, C'est l'oraison mentale;
Le prier de bouche et de coeur, C'est l'oraison vocale.
Pratiquez-les avec plaisir, L'une et l'autre est très bonne, S'il
vous faut quelquefois choisir, C'est celle que Dieu vous donne.
15 28 Faites la meditation, Elle est très assurée; Soyez en
contemplation, Elle est plus relevée, Mais prenez garde
d'affecter Des oraisons sublimes, Dont l'orgueil pourrait vous
jeter Dans le fond des abîmes.
15 29 On connaît la bonne oraison Par une bonne vie, Elle gît en
cette raison, Ou bien c'est tromperie.
Une oraison où l'on voit clair, Une vie exemplaire, Sont deux
soeurs qui marchent de pair Pour connaître et pour faire.
15 30 Mais, qu'y faudra-t-il éviter Afin de la bien faire? Trois
mots: daignez les écouter, C'est pour vous satisfaire.
N'affectez point en contemplant D'oraison relevée, C'est souvent
par ce faux brillant Qu'une âme est réprouvée 15 31 Méditez donc
bien simplement, Sans art qui subtilise, Mais aussi bien
fidèlement; Que la foi vous suffise, Sans désirer voir ni sentir
Rien d'extraordinaire: Ce piège en a bien fait périr, Il est trop
ordinaire.15 32 Mais faites l'oraison surtout De pure patience,
Et la prolongez jusqu'au bout Malgré toute impuissance, Malgré le
corps, malgré l'esprit Et le démon qui crie.
Tenez ferme avec Jésus-Christ Qui prie à l'agonie.
15 33 Si vous voulez être sauvé, Si le salut vous touche, Ayez le
Pater et l'Ave Très souvent dans la bouche, Récitez votre
chapelet Et même le rosaire.
O belle oraison d'un parfait, O divine prière!
15 34 Pour être exaucé du Seigneur, Il faut prier en grâce, Il
n'écoute point le pécheur Qui prie en sa disgrâce; Mais, si vous
êtes en péché, Priez qu'il vous accorde Un coeur contrit et bien
touché, Et la miséricorde.
15 35 Ne demandez rien que de bon, Rien que de salutaire, Pour
Dieu seul et pour son saint nom, L'unique nécessaire; Car ne
penser qu'au temporel Quand on fait sa prière, Sans la soumettre
à l'Éternel, C'est être téméraire.
15 36 Priez Jésus très ardemment Par sa divine Mère, Et par Jésus
très humblement Montez à Dieu son Père Par ces degrés d'humilité
Et de sainte prudence, On ne peut être rebuté, On prie en
assurance.
15 37 Priez avec religion Sans nulle immodestie; La parfaite
adoration Veut que tout l'homme prie, Sans vous tourner, vous
accouder, Sans faire de grimace, Sans parler et sans regarder,
Droit et de bonne grâce.
15 38 Si vous ne priez pas de coeur, Vous priez sans mérite.
Dieu n'en reçoit aucun honneur, Vous êtes hypocrite.
Entrer dans votre cabinet, Fermez sur vous la porte, Priez votre
Père en secret, Cette prière est forte.
15 39 Quitter pour la perfection Son oraison vocale, O faux
prétexte! illusion Subtile et fatale! Faites-la comme le Sauveur;
Elle était sa pratique.
Qui s'en éloigne est un trompeur, Quoiqu'il soit extatique.
15 40 Faites tout ce que vous pourrez Pour prier en cachette,
Sans cesse, quand vous paraîtrez Hors de votre retraite.
Priez partout pour plaire à Dieu, Sans regarder personne; Priez
en tout temps, en tout lieu, Et la prière est bonne.
15 41 Vous prierez charitablement Pour le salut des âmes, Pour
ceux qui par aveuglement Vont tomber dans les flammes, Pour tant
de Turcs et de païens, Pour tant de schismatiques, Pour tant de
malheureux chrétiens Et mauvais catholiques.
15 42 Priez avec attention Sans ailleurs vous distraire; Priez
avec dévotion, Car elle est nécessaire; Sachez que la distraction
Qu'on chasse et qu'on rejette Ne nuit point à l'attention D'une
oraison parfaite.
15 43 Priez avec beaucoup de foi Et grande confiance, Disant
souvent: "Mon Dieu, je crois Ici votre présence." En vous
humiliant toujours, En vous croyant indigne D'obtenir le moindre
secours, Dieu vous en rendra digne.
15 44 Priez toujours en espérant Contre toute espérance; Dieu
n'accorde un don excellent Qu'à la persévérance.
Priez toujours malgré la chair Qui regimbe et s'ennuie, Malgré le
monde et tout l'enfer, Et vous aurez la vie.15 45 C'est de vous
que tout bien descend, O Père des lumières! C'est de vous seul
que je l'attends, O Père de mes pères! Puisque je dois vous
demander Ce qui m'est nécessaire, Daignez donc, mon Dieu,
m'accorder La grâce de le faire.
15 46 Faites descendre dans mon coeur Votre Esprit Saint, mon
Père, Pour y former la vraie ardeur D'une sainte prière, Pour
former des gémissements Qui sont inénarrables, Des soupirs et des
bégaiements Des enfants véritables.
15 47 Mon esprit n'est qu'aveuglement, Je me trompe sans cesse;
Mon coeur n'est qu'endurcissement, Que crime et que faiblesse;
Mais ce mal ne vient que de moi; J'ai laissé la prière.
Seigneur, augmentez-moi la foi, Afin de la bien faire.
15 48 Vous qui donnez abondamment Au corbeau quand il crie,
Exaucez-moi dans ce moment, C'est votre enfant qui prie.
Par votre coeur plein de bonté, Par Jésus et sa Mère, Que je ne
sois pas rebuté, C'est en vous que j'espère.
DIEU SEUL.

17 avril 2015

L'ORAISON EST UNE NÉCESSITÉ VITALE

Elle nous rappelle qui nous sommes (notre identité) et où nous allons (notre finalité).

Le Père Caffarel affirme : "Prier est un besoin vital, comme de respirer, de manger, de dormir, d'exercer ses facultés corporelles et spirituelles. Je dis bien vital. Qui omet de prier dépérit… L'homme est fait pour vivre en Dieu, comme le poisson dans l'eau". Il cite ce témoignage d'un laïc : "L'oraison équilibre ma vie comme la quille équilibre le bateau et lui permet de rester stable, contre vents et marées".

Tout le monde est capable de faire oraison. L'oraison est simple : elle est basée sur le cœur et non sur la raison. Pourvu que l'on ait l'intention d'aimer Dieu et de lui plaire, l'oraison est toujours bonne.

Lire l'intégralité du texte

Posté par ucem à 22:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 octobre 2014

ORAISON - AELF

Dieu éternel et tout-puissant, augmente en nous la foi, l'espérance et la charité ; et pour que nous puissions obtenir que tu promets, fais-nous aimer ce que tu commandes.

Posté par ucem à 15:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,