06 juillet 2020

PSAUME 120

psaume120

Posté par ucem à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


26 juin 2020

LE SEIGNEUR FRAPPE À TOUTES LES PORTES

https://scontent-cdt1-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/s960x960/105020785_1634504803396354_7805634426828063214_o.jpg?_nc_cat=106&_nc_sid=8024bb&_nc_ohc=l_5WlKra1sMAX_EcFPs&_nc_ht=scontent-cdt1-1.xx&_nc_tp=7&oh=00b002df4a9e117e23e1934618a76d9c&oe=5F166E9F

« Le Seigneur frappe à toutes les portes ; personne ne veut Lui ouvrir ; Il appelle, personne ne répond ; Il attend, personne ne vient... Dédommagez-Le; ouvrez-Lui votre cœur ; faites-Le entrer dedans ; donnez-Lui tout. Ne pensez qu’à Lui, n’aimez que Lui, faites tout pour Lui... Jésus n'est pas connu, Jésus n'est pas aimé ! Il est doux d'entendre parler de Jésus mais plus doux d’entendre Jésus Lui-même. Il est doux de penser à Jésus mais plus doux de Le posséder. Il est doux de prêter l’oreille à Jésus mais plus doux de faire Sa Volonté... Regardez Jésus qui descend sur l’Autel pendant la Messe ; Il descend à la parole du prêtre. Croyez qu’Il vient pour vous nourrir et que, avec Lui, rien ne peut vous manquer. Il est là comme un tout petit enfant ; Il y est pour vous ; allez à Lui ! Amen. »

Bienheureuse Mariam Baouardy (1846–1878)

 

19 juin 2020

PRIER LE CHAPELET DANS L'ESPRIT DE LA DIVINE VOLONTÉ

Avant le chapelet ou le rosaire pour se mettre dans l'esprit de la Divine Volonté :

Marie ma mère du Ciel, je t’en prie, mets-moi à l’abri de ton manteau et bénis-moi. Assise sur tes genoux maternels, échange ma volonté humaine avec celle de Dieu et prie avec moi, maman Marie, prie avec nous tous, avec ton Fiat et dans ton Fiat. Offrons tous ensemble, ma mère, avec tous les anges et tous les saints, ce chapelet à notre Père du ciel, en glorification pour toutes ses oeuvres et en réparation pour tout ce que réclame sa justice divine. Que ce chapelet profite à toutes les âmes, celles de nos proches, celles de nos défunts et celles qui sont liées à notre vie de quelque façon que ce soit, mais aussi qu’il profite aux âmes des temps passés, aux âmes des temps futurs et à toutes les âmes du purgatoire. Que par ce chapelet, le règne de la divine volonté vienne régner sur la terre comme il règne au ciel. Amen, Fiat

Source

***

Le livre du ciel

Tome 1 Version audio

15 juin 2020

L'IMITATION DE LA BIENHEUREUSE VIERGE MARIE

L’image contient peut-être : 1 personne
Mater admirabilis
CHAPITRE XX : COMMENT IL FAUT AGIR A L'EXEMPLE DE MARIE

- I. Dans les souffrances et les épreuves.
- II. Dans les travaux et les dangers.
- III. Prière pour demander la confiance et l'abandon en Dieu.

I 1. Mon souvenir vivra dans la suite des siècles, nous dit l'Ecclésiaste en pensant à Marie. Marie humble dans tout et pauvre en toutes choses, modèle de patience et de perfection, du jour de sa naissance à l'heure de sa mort, vécut, pauvre et cachée, une vie de souffrance. Vous qui souffrez, venez à elle, tous les jours,. et tous les jours, cherchez ce que vous pourrez déposer à ses pieds, comme aux pieds d'une mère, en hommage empressé de respect et d'amour.

2. Si vous voulez jouir, au ciel, avec Marie, souffrez la pauvreté, sur terre, avec Marie. Prenez modèle, ensuite, et sur sa pauvreté et sur les exemples de son humilité. Fuyez d'abord les vains amusements des hommes : veillez ensuite à ne jamais offenser, en paroles vaines ou en actes indignes, ni Jésus, votre Dieu, ni Marie, votre mère.

II 3. Ce n'est pas, en effet, faute simple et légère que d'offenser des protecteurs si bienveillants. Ils voient en tous temps, comment vous travaillez et comment vous cherchez à vous corriger, et, selon vos efforts, ils règlent leur secours. Cependant, leur amour surpasse vos malices, et leur bonté, toujours, incite au repentir.

4. Si vous reconnaissez que vous avez erré jusqu'ici, changez votre résolution en mieux. Persévérez dans le bien et sachez rendre grâce pour tous les biens reçus. C'est ainsi que Marie sut agir, en sa vie d'union à Jésus sur la terre. Apprenez, à l'exemple de cette douceur, à supporter ainsi les ennuis de la vie, pour vous soumettre en tout aux desseins inconnus formés par Dieu sur vous, de toute éternité. Jésus alors sera pour vous un protecteur et Marie, une mère amoureuse et fidèle. Soyez, à votre tour, un enfant dévoué, un serviteur fidèle, toujours prêt pour le bien.

PRIÈRE

5. Je vous salue, Marie, vierge pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, dans la sérénité. Je vous salue, seule espérance des pauvres ! Je vous salue, douce mère des orphelins ! Je vous ai révélé, jusqu'ici, à vous seule, mes maux, et je les révélerai, désormais, avec plus d'assurance encore, car je sens qu'une grande vertu se dégage de vous, et que de votre nom exhale un parfum qui embaume le cœur et réconforte l'âme.

6. O doux nom de Marie, nom de grâce et de charme, nom toujours doux à dire et suave à penser, nom formé dans les cieux, nom porté par les anges, nom recommandé par l'Évangile aux hommes, quand il dit, comme pour en faire un éloge : le nom de la vierge choisie était : Marie. (Oraisons mystiques, chap. VI.)

HOMÉLIE : DE L'ACTION ET DE L'EFFORT

I. - L'action est le signe de la vie : vivre c'est agir, dans le domaine de la vie spirituelle, comme dans les régions de la vie corporelle. Mais l'action ne va pas sans effort et l'effort suppose un travail. Y a-t-il plus bel exemple de travail que celui de Marie ? Voyez-la au Temple, à Nazareth, à Jérusalem. Voyez-la tissant la robe sans couture de l'Enfant Jésus, dans le splendide tableau de Mater admirabilis.

II. - Marie travaille dans la prière et dans le recueillement. Bien plus, son travail est une prière. Prier, en effet, c'est élever notre âme vers Dieu. Or, le travail ne doit point nous attacher à la terre, mais nous aider à monter vers le ciel, par l'effort et par l'élan du cœur.

III. - Mais le travail est dur : le labeur est rude. Aussi faut-il joindre au travail, la prière, qui, elle-même, nous emporte sur les ailes de l'amour, vers le ciel, avec Marie.

MÉDITATION : DU CARACTÈRE

Le caractère est ce qui marque d'une empreinte indélébile chaque âme et chaque individu. Au sens originel du mot, le caractère était une impression, au fer rouge, sur un stipe de bois. L'empreinte ainsi marquée croit avec l'arbre et demeure visible. Ainsi doit-il en être pour l'âme. Avoir du caractère, est un éloge pour tout homme : avoir un bon caractère est une magnificence pour la femme. La vertu n'est pas autre chose, car la vertu, elle aussi, est une empreinte durable. Pour avoir du caractère, il faut savoir souffrir. Voyons en Marie notre modèle et notre exemplaire. Quel beau type et quel beau caractère, fait de force et de suavité ! De la Crèche au Calvaire, elle apparaît toujours belle, toujours bonne et toujours forte. Pouvons-nous imaginer plus séduisant
modèle ? Imitons-le toujours.

PRATIQUE - S'habituer à garder l'égalité d'humeur, en toute circonstance.

PENSÉE - Dire souvent avec Marie : Seigneur, qu'il me soit fait selon votre volonté : Fiat mihi secundum verbum tuum.

11 mai 2020

L'ORAISON, PRIÈRE INTÉRIEURE

 Quand l'Esprit a fait sa demeure dans un homme, celui-ci ne cesse plus de prier, car l'Esprit prie constamment en lui. 

Alors, "qu'il soit en état de veille ou de sommeil, la prière ne s'arrête jamais dans son âme et soit qu'il mange ou boive, qu'il soit allongé ou qu'il accomplisse un travail et même quand il est plongé dans le sommeil, le parfum de la prière respire spontanément dans son coeur." Isaac le Syrien

***

L'Oraison, ce n'est pas "fabriquer de la Prière", mais rejoindre en nous quelqu'un déjà en train de prier, (Jésus qui prie son Père). Père Caffarel

Source


06 mai 2020

VIVRE LA COMMUNION SPIRITUELLE

Vivons ensemble un moment de Communion Spirituelle.

Prions avec le Pape François :

« À tes pieds, ô mon Jésus, je m’incline et je t’offre le repentir de mon cœur contrit qui s’abîme dans son néant et Ta sainte présence. Je t’adore dans le Saint Sacrement de ton amour, désireux de te recevoir dans la pauvre demeure que mon cœur t’offre. En attente du bonheur de la communion sacramentelle, je veux te posséder en esprit. Viens à moi, ô mon Jésus, pour la vie et pour la mort. Que ton amour enflamme tout mon être, pour la vie et la mort. Je crois en toi, j’espère en toi, je t’aime. Ainsi soit-il. »

01 mai 2020

DU ROSAIRE

Croyez que chaque Ave Maria dit d’un cœur vraiment pieux, étant d’abord un encens qui réjouit la Trinité sainte, est de plus une flèche qui pénètre le cœur de Jésus, et le blessant d’amour, en fait ruisseler sur sa Mère et sur ceux qui la prient des flots de grâce et de bénédiction ; d’autant que recevant cette louange et cette prière, Marie, toujours si humble et si fidèle, ne les garde point pour elle-même, mais, y joignant les siennes, qui sont sans prix, les transmet intégralement à son Fils qui est son Médiateur et son Dieu.

Mgr Charles Gay, Les Mystères du Rosaire

Source

20 avril 2020

LA CONFIANCE AU COEUR DE JÉSUS OBTIENT TOUT - PRIÈRE À SAINT JOSEPH POUR LES VOCATIONS

« Pour obtenir ce que nous demandons, il faut prier avec confiance, car la confiance au Cœur de Jésus obtient tout. A la confiance, il faut joindre la persévérance qui ne se lasse jamais d’espérer et de prier » (Bx Marie-Joseph Cassant) Prière à Saint Joseph de Sainte Thérèse d'Avila pour les Vocations :

« Ô très glorieux Saint Joseph, nous recourons à ta puissante intercession et nous recommandons les nécessités de notre famille religieuse. Nous savons qu’à Nazareth ta communion de vie avec Jésus et Marie fut tellement profonde qu’ils ne peuvent que consentir à tout ce que tu leur demandes. Nous confions nos personnes et notre avenir. Augmente la ferveur de toutes les religieuses, donne stabilité et persévérance aux novices et aux postulantes. Envoie-nous des aspirantes de valeur. Ô fidèle saint Joseph, nous avons confiance que tu attireras à notre Ordre des jeunes ferventes et généreuses, prêtes à vivre - à l’exemple de la Sainte Famille - l’oraison continuelle, le service attentif, la vie simple et austère, et qui aspirent à la gloire de Dieu et au témoignage de l’Evangile. Tu as su réaliser le dessein de Dieu sur la Sainte Famille, en t’abandonnant toujours avec confiance à sa volonté. Enseigne-nous à travailler avec ardeur pour le bien de notre Ordre comme si tout dépendait de chacune de nous, en espérant avec une grande confiance toute grâce uniquement du Fils de Marie, le Seigneur Jésus, qui vit et règne pour les siècles des siècles. Amen »

Sainte Thérèse d'Avila (1515-1582)

***

Si vous le voulez bien, priez le Seigneur qu'il veuille bien envoyer, selon sa volonté, de nombreux novices vers la communauté des moines cisterciens de l'Abbaye Notre Dame d'Oelenberg.

Que le Seigneur vous bénisse.

17 avril 2020

DEMANDE DE PRIÈRE D'UN MOINE À BARSANUPHE

Barsanuphe et Jean de Gaza

Source

Un jour, un moine ayant demandé à Barsanuphe de prier pour lui et pour ses compagnons, il lui répondit ainsi, en insérant dans ses vœux la citation de ce verset :

« Mes fils bien-aimés, je vous embrasse dans le Seigneur, en le suppliant de vous protéger de tout mal et de vous donner le courage de supporter comme à Job, la grâce comme à Joseph, la douceur comme à Moïse, et la valeur dans les combats comme à Josué fils de Nun, la maîtrise des pensées comme aux juges, le pouvoir d’assujettir les ennemis comme aux rois David et Salomon, la fertilité de la terre comme aux Israélites… Qu’il vous accorde la rémission de vos péchés avec la guérison du corps, comme au paralytique. Qu’il vous sauve des flots comme Pierre et qu’il vous arrache des épreuves comme Paul et les autres apôtres. Qu’il vous protège de tout mal, comme ses fils véritables et qu’il vous accorde ce que votre cœur demande, pour le bien de l’âme et du corps en son nom. Amen »

(Barsanuphe et Jean de Gaza, Epistolaire, 194 : Collection de Textes patristiques, XCIII, Rome, 1991, pp. 235-236)

Source

***

Editions du Cerf

Patristique.org

Hélène Vetter a conçu et réalisé une série d’émissions sur les Pères du désert. Elle vous propose quelques extraits de la correspondance entretenue entre Barsanuphe, Jean de Gaza et aussi quelques autres Pères du désert.

 

11 mars 2020

PRIER À LA MANIÈRE DES PÈRES DU DÉSERT : LES MÉTANIES

Le terme "métanie" vient du grec metanoia qui signifie retournement, conversion. La pratique des métanies remonte à la tradition primitive et orientale des Pères du désert.  

Les apophtegmes des Pères du désert montrent fréquemment des moines, repris par leur abba (père spirituel), faire devant ce dernier une métanie pour reconnaître leur faute et demander pardon. Ce geste a été repris par les liturgies orientales puis les mouvements monastiques. Il désigne d’abord un geste pénitentiel, accompagnant la prière, et existe sous deux formes : les petites métanies où l’on s’incline en touchant le sol de la main droite, et les grandes métanies où l’on se prosterne complètement en touchant le sol du front. L’une et l’autre sont suivies d’un signe de croix.

La métanie est également un geste d’humilité : nous mettant physiquement en contact avec la terre, à partir de laquelle nous avons été créés (Genèse 2,7), elle nous rappelle notre condition de créature et notre fragilité. « La poussière, que tu as ramassée au sol du bout des doigts, symbolise la poussière de la mort, rappel de notre condition mortelle », explique Bernard Dubois, auteur du livre La prière est un jeu d’enfant (Éditions des Béatitudes). Geste qui n’est pas sans rappeler la liturgie occidentale de l’imposition des Cendres au début du Carême : « Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras à la poussière. »

Le signe de notre résurrection dans le Christ

Le fait de se redresser complètement et de tracer sur soi un ample signe de croix signifie que nous sommes relevés, tirés de notre péché et de notre condition mortelle par la Croix du Christ. La métanie exprime par-là la mort et la résurrection que nous sommes appelés à vivre à la suite du Christ. Le mouvement de descente renvoie à la mort et au péché. Il rappelle la kénose, la descente abyssale du Verbe qui « s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix ». (Philippiens, 2,8). Le mouvement de remontée est signe de la Résurrection par le Souffle de l’Esprit de Pentecôte. Faire participer le corps à la prière

Faire participer le corps à la prière

En engageant tout le corps, les métanies lui redonne sa place au sein même de notre vie spirituelle. Les Fraternités de Jérusalem ont repris ce geste dans leur liturgie parce qu’il leur semble important, dans notre culture contemporaine, de faire participer le corps, « Temple de l’Esprit », à la prière. Elles rejoignent en cela l’enseignement du père Alexandre Schmemann, prêtre et théologien russe orthodoxe du XXe siècle : « L’homme tout entier, dans sa chute, s’est détourné de Dieu, l’homme tout entier devra être restauré ; c’est tout l’homme qui doit revenir à Dieu. (…) Pour cette raison, tout l’homme – corps et âme – se repent. Le corps participe à la prière de l’âme, de même que l’âme prie par et dans le corps. Les prosternements, signes psychosomatiques du repentir et de l’humilité, de l’adoration et de l’obéissance, sont donc le rite quadragésimal par excellence » (Le Grand Carême).

La symbolique du souffle

« Le souffle qui t’habite est celui que Dieu a insufflé en Adam : il est le signe que tu es vivant », rappelle Bernard Dubois. Dans les métanies, le sens du souffle est important. D’abord, il donne un sens à la prière : sur l’inspire, on prie : « Seigneur Jésus, Fils de Dieu », puis, sur l’expire, « Prends pitié de moi, pécheur ». L’auteur explique que l’expire représente un lâcher-prise, de ce qui est vicié (le péché, le mal, la mort). L’inspire, au contraire, représente ce qui est pur (l’amour, la vie, le nom de Jésus), tout ce qui est beau, bon, bien, vrai et ce qui est de Dieu (la paix, la joie…).

Cette pratique demande un peu d’entraînement mais pourra se révéler être une aide efficace dans vos futures rencontres avec le Seigneur.

SOURCE