02 mai 2019

UNE TERRE DE SILENCE OÙ L'HOMME TIENT PAROLE

Toi qui entres dans ces lieux,
rappelle-toi qu'ils furent pendant des siècles
une terre de silence où l'homme tient parole.
Pour toi qui les franchis,
c'est encore leur destinée aujourd'hui.
Si tu veux entendre leur message,
comprendre leur histoire,
découvrir leur secret mystérieux,
cesse ton bavardage et ne sois pas pressé.
Ces bois, ces pierres,
ces murs et cette terre,
ces hommes ici présents
t'invitent à cheminer
au meilleur de toi-même.
As-tu jamais pris ce chemin
où le monde entier apparaît dans sa fraîcheur première
neuf et pur
comme l'eau au sortir de sa source ?
As-tu jamais pensé que cette source jaillit
au plus intime de toi-même,
inépuisable, joyeuse et fraternelle ?
Depuis neuf siècles,
Cîteaux et toute la famille cistercienne
n'existent que pour mieux en permettre l'accès.
En parcourant ces lieux,
écoute de tout ton être
Celui qui t'a trouvé avant que tu le cherches :
l'Amour qui coule en toi,
infini et toujours nouveau."

F. Olivier QUENARDEL, Abbé de Cîteaux

27 avril 2019

L'EAU DU PUITS

Une femme, continuellement en brouille avec son mari, demanda à Vincent un avis pour avoir la paix. Vincent lui déclara :

Si vous voulez mettre un terme à vos querelles, allez trouver le portier de notre couvent, et faites-vous donner dans un vase de l’eau du puits qui est au milieu du cloître. Lorsque votre mari rentrera, prenez vite une gorgée de cette eau sans l’avaler, et gardez-la précieusement dans votre bouche. Vous verrez le résultat : votre mari sera doux comme un agneau.

La femme s’exécute. Le mari rentre en grognant, et la femme aussitôt de boire sa gorgée. L’homme, n’obtenant pas de réponse, se tait à son tour ; et, tout heureux de ne pas être pris à partie, il remercie Dieu d’avoir changé le cœur de sa femme et fermé sa bouche, origine de toutes leurs disputes.

Le fait se reproduit plusieurs fois, toujours avec le même succès.

Lorsque la femme vint remercier Vincent, le saint lui déclara :

Le remède que je vous ai enseigné, ce n’est pas l’eau de la citerne, mais le silence. A l’avenir, gardez le silence et vous vivrez en paix.

A Valence, la sentence est passée en proverbe. Quand une femme se plaint de son mari, on lui répond : Prenez l’eau de saint Vincent.

Source

05 janvier 2019

POURQUOI JE T'AIME, Ô MARIE

Oh ! Que j'aime, Marie, ton éloquent silence ! Pour moi c'est un concert, doux et mélodieux qui me dit la grandeur d'une âme qui n'attend son secours que des Cieux.

Sainte Thérèse de Lisieux

Source

Posté par ucem à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


06 septembre 2018

DÉTACHEMENT

La vie est un combat. Ne le savez-vous pas ? S'il faut se renoncer, prendre sa croix, suivre Jésus au calvaire, quoi d'étonnant qu'il faille lutter, souffrir, saigner, pleurer. Vos difficultés viennent de votre entourage, de votre emploi, de vos propres misères physiques et morales, des trois à la fois peut-être. Tracez-vous une bonne fois à leur égard, une ligne de conduite décidée devant Dieu de votre attitude d'âme et dans les rencontres, refusez-vous de discuter. Les monologues alarmistes ne servent à rien. Faites ce que vous pouvez, abandonnez le reste à la miséricorde de Dieu. Dieu sait tout, il peut tout et il m'aime. Voilà qui justifie l'abandon. Vivez dans la chaude lumière du psaume 22 : "le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien." Chaque soir, vous vous endormirez en murmurant : "lui te couvre de ses ailes. Tu trouveras sous son pennage, un refuge. Ayez confiance, il ne vous arrivera jamais rien de mal."

Les portes du silence, Marie-Etienne de Chenevière

29 mai 2018

VIE EUCHARISTIQUE

«Nous sommes choisis, bénis et brisés pour être donnés. Je crois que c’est uniquement en fonction du don que nous pouvons pleinement comprendre le choix, la bénédiction et la brisure... Notre humanité atteint sa plénitude dans le don. Nous devenons de belles personnes lorsque nous offrons ce qu’il nous est possible de donner.»
SOURCE : La vie religieuse, une vie eucharistique
***
Pour être aux pieds du Saint Sacrement pour lire l’Évangile, pour méditer et faire oraison, c’est ce qu’il voulait par-dessus tout !
SOURCE : Une intense vie eucharistique
***
L'Eucharistie, pour Charles de Foucauld, c'est d'abord le sacrement de cette Présence de Jésus. Présence infiniment réelle, vivante, agissante, mais Présence cachée, silencieuse, discrète, gratuite, dans un partage total de ce qui fait la condition des hommes... L'Eucharistie continue cette Présence cachée, silencieuse, vivante..,
C'est "Emmanuel, Dieu avec nous ", "tous les jours jusqu'à la fin du monde".
SOURCE : Charles de Foulcaud, une vie eucharistique
***
 Marie est la figure du disciple. Tu as sans doute remarqué qu’elle n’était pas présente à la Cène, au repas de l’institution de l’eucharistie. Pourtant sa vie toute entière est eucharistique. Jean-Paul II a même dit d’elle qu’elle était « la femme eucharistique ». la formule et osée ! Mais dis-toi que si cette expression vaut pour Marie, elle vaut aussi pour celui qui essaie d’être disciple. Tu connais peut-être ce grand principe que nous ont laissé nos pères dans la foi : tout ce que l’on dit de Marie s’applique à l’Eglise et donc à chacun de ses membres. Marie peut nous accompagner sur le chemin d’une vie eucharistique.
SOURCE : Une vie eucharistique avec Marie
https://farm6.static.flickr.com/5558/14467914309_b89151b3b4.jpg
Christ de Beaune - Christ de pitié

02 février 2017

PRÉSENTATION DE JÉSUS AU TEMPLE

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/16143061_1417615734929238_4978417159611889596_n.jpg?oh=507d8ca5f30ceff9501ac99fff887977&oe=5923E28B

Le silence de Marie

C'est le partage de la Vierge, en ce saint temps d'être en silence. C'est son état, c'est sa voie, c'est sa vie. Sa vie est une vie de silence qui adore la parole Eternelle. En voyant devant ses yeux, en son sein, en ses bras cette même Parole, la Parole substantielle du Père, être muette et réduite au silence par l'état de son enfance elle rentre en un nouveau silence et y est transformée à l'exemple du Verbe Incarné qui est son Fils, son Dieu et son unique amour. Et sa vie se passe ainsi de silence en silence d'adoration en silence de transformation ; son esprit et ses sens conspirant également à former et perpétrer en elle cette vie de silence ; et toutefois un sujet si grand, si présent et si propre à elle serait bien digne de ses paroles et de ses louanges. A qui Dieu appartient-il de plus près qu'à Marie qui est sa mère, et ce qui ne convient qu'à elle, elle est sa Mère en la terre sans Père, comme Dieu est son Père au ciel sans Mère ? Qui a donc plus de droit de parler de lui, qu'elle qui lui tient lieu de père et de mère tout ensemble, et ne partage avec aucun la substance nouvelle dont il l'a revêtue ? Qui connaît mieux l'état, les grandeurs, les bassesses de Jésus que Marie, en laquelle il a reposé neuf mois, et de laquelle il a pris ce petit corps qui couvre la splendeur de la divinité, comme une nuée légère qui cache un soleil, et comme un voile délié qui nous cache le vrai sanctuaire ? Qui parlerait plus dignement, plus hautement, plus divinement de choses si grandes, si profondes, si divines, que celle qui est la Mère du Verbe Eternel, et en laquelle et par laquelle ces choses-là même ont été accomplies et qui est la seule personne que la Trinité a choisie et jointe à soi pour opérer ces merveilles ? Et toutefois elle est en silence, ravie par le silence de son Fils Jésus. Et c'est un des effets sacrés et divins du silence de Jésus, de mettre la très sainte mère de Jésus en une vie de silence ; silence humble, profond et adorant plus saintement et plus disertement la sapience incarnée, que les paroles ni des hommes ni des anges. Ce silence de la Vierge n'est pas un silence de bégaiement et d'impuissance, c'est un silence de ravissement, c'est un silence plus éloquent dans les louanges de Jésus que l'éloquence même. C'est un effet puissant et divin dans l'ordre de la grâce, c'est-à-dire un silence opéré par un silence de Jésus, qui imprime ce divin effet en sa mère, et qui la tire à soi dans son propre silence, et qui absorbe en sa divinité toute parole et pensée de sa créature. Aussi est-ce une merveille de voir qu'en cet état de silence et d'enfance de Jésus tout le monde parle, et Marie ne parle point, le silence de Jésus ayant plus de puissance de la tenir en un sacré silence que les paroles ni des anges ni des saints n'ont de force à la mettre en propos et la faire parler de choses si dignes de louanges et que le ciel et la terre unanimement célèbrent et adorent. Les anges en parlent et entre eux-mêmes et aux pasteurs, et Marie est en silence. Les pasteurs courent et parlent, et Marie est en silence. Les rois arrivent, parlent et font parler toute la ville, tout l'Etat et tout le sacré synode de Judée, et Marie est en retraite et en silence. Tout l'Etat est ému et chacun s'étonne et parle du nouveau roi recherché par les rois, et Marie est en son repos et sacré silence. Siméon parle au Temple et Anne la Prophétesse, et tous ceux qui attendent le salut d'Israël, et Marie offre, donne, reçoit et rapporte son Fils en silence, tant le silence de Jésus a de puissance et d'impression secrète sur l'esprit et le coeur de la Vierge, et la tient puissamment et divinement occupée et ravie en silence. Car aussi durant tout le temps de son enfance, nous n'avons que ces paroles qui nous soient rapportées de la conduite de la Vierge et de sa piété au regard de son Fils, et des choses qui sont dites de lui et accomplies par en lui : « Maria autem conservabat omnia verba haec conferens in corde suo. »

Le cardinal Pierre de Bérulle - Opuscules de piété

Source

02 mai 2016

LE SILENCE DE SAINT JOSEPH

Le silence c'est le coeur qui écoute..

Paul VI

***

Enfin, c'est « l'heure de saint Joseph ». C'est à dire le moment où Dieu veut que soit reconnu, aimé, honoré, celui qui a pris soin du Christ sur Terre. C'est pourquoi ce film nous conduit à marcher sur les pas de l'humble patriarche du silence. De Nazareth à Béthléem, de Cotignac à Espaly et jusqu'à Montréal, au Canada, c'est l'occasion de mieux connaître « l'ombre de Dieu le Père ». Un film qui répond à des questions essentielles : que savons-nous de saint Joseph ? Pourquoi l'appelle-t-on l'homme juste ? Pourquoi Joseph, époux et père est-il un modèle pour notre siècle ? Voici un film captivant qui nous fait découvrir sous un jour nouveau le père de Jésus, le modeste charpentier qui, écrivait Paul Claudel, « ne portait pas une auréole sur la tête mais une vieille casquette en peau de lapin ». Un film réalisé par Armand Isnard. Une coproduction CAT Productions et KTO - 2011.
Documentaire du 18/03/2011

Posté par ucem à 03:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

31 décembre 2015

PROJET DE PÉLERINAGE

https://scontent-ams2-1.xx.fbcdn.net/hphotos-xat1/v/t1.0-9/11059957_879164152176528_5509180604391156451_n.jpg?oh=7501ea9945d2ca10297dcbd58dbbdfc3&oe=563C87BC

Source

Posté par ucem à 03:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,