26 avril 2019

DE LA CONFORMITÉ À LA VOLONTÉ - SAINT ALPHOSE DE LIGUORI

(Par celà) il faut comprendre que quand nous sommes offensés dans notre réputation, dans notre honneur, quoique le Seigneur ne veuille pas le péché , il veut cependant notre humiliation, notre pauvreté et notre mortification.

(...) C'est de Dieu que nous viennent tous les biens et tous les maux, c'est-à-dire toutes les choses qui nous sont fâcheuses et que nous appelons à tort des maux, car ce sont des biens dans le fait, lorsque nous les prenons de sa main. Si erit malum in civitate quod dominus non fecerit ! dit le prophète Amos (m. 6.) et le sage avait dit avant : Bona et mala, vita et mors a Deo sunt (Eccli. XI, 14.). Il est vrai comme je l'ai dit, que quand un homme vous offense injustement, Dieu ne veut pas le péché qu'il commet et il ne prend pas part à la malice de sa volonté, mais il concourt généralement à l'action matérielle par laquelle untel vous frappe ou vous vole, ou vous injurie, en sorte que cette injure que vous souffrez vient de Dieu et Dieu la veut.

(...) Il ne faut pas prendre les peines qui nous arrivent comme si elles étaient l'effet du hasard, ou comme si elles venaient par la seule faute des hommes, il faut encore se persuader que ce qui nous arrive ne vient que par la volonté de Dieu.

(...) Non seulement celui qui agit ainsi fait la volonté de Dieu mais encore il jouit sur la terre d'une paix perpétuelle.

(...) Ceux qui aiment Dieu sont toujours contents car tout leur plaisir consiste à accomplir la volonté de Dieu, dans les choses qui les contrarient.

Oeuvres complète, tome 2, p. 419 ou p. 425 du PDF


CINQUANTE FOIS LE JOUR

Il faut (à cet effet) que vous dirigiez toutes vos pensées et toutes vos prières de manière à demander à Dieu dans les méditations, les communions et dans les visites au Saint Sacrement qu'il vous fasse accomplir sa volonté. Offrez-vous souvent à lui en disant : Ô mon Dieu me voici : faites de moi et de mes biens tout ce que vous voudrez ! C'est là l'exercice de Sainte Thérèse ; au moins cinquante fois le jour elle s'offrait à Dieu, afin qu'il disposât d'elle comme il voudrait.

Saint Alphonse de Liguori