11 mars 2020

PRIER À LA MANIÈRE DES PÈRES DU DÉSERT : LES MÉTANIES

Le terme "métanie" vient du grec metanoia qui signifie retournement, conversion. La pratique des métanies remonte à la tradition primitive et orientale des Pères du désert.  

Les apophtegmes des Pères du désert montrent fréquemment des moines, repris par leur abba (père spirituel), faire devant ce dernier une métanie pour reconnaître leur faute et demander pardon. Ce geste a été repris par les liturgies orientales puis les mouvements monastiques. Il désigne d’abord un geste pénitentiel, accompagnant la prière, et existe sous deux formes : les petites métanies où l’on s’incline en touchant le sol de la main droite, et les grandes métanies où l’on se prosterne complètement en touchant le sol du front. L’une et l’autre sont suivies d’un signe de croix.

La métanie est également un geste d’humilité : nous mettant physiquement en contact avec la terre, à partir de laquelle nous avons été créés (Genèse 2,7), elle nous rappelle notre condition de créature et notre fragilité. « La poussière, que tu as ramassée au sol du bout des doigts, symbolise la poussière de la mort, rappel de notre condition mortelle », explique Bernard Dubois, auteur du livre La prière est un jeu d’enfant (Éditions des Béatitudes). Geste qui n’est pas sans rappeler la liturgie occidentale de l’imposition des Cendres au début du Carême : « Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras à la poussière. »

Le signe de notre résurrection dans le Christ

Le fait de se redresser complètement et de tracer sur soi un ample signe de croix signifie que nous sommes relevés, tirés de notre péché et de notre condition mortelle par la Croix du Christ. La métanie exprime par-là la mort et la résurrection que nous sommes appelés à vivre à la suite du Christ. Le mouvement de descente renvoie à la mort et au péché. Il rappelle la kénose, la descente abyssale du Verbe qui « s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix ». (Philippiens, 2,8). Le mouvement de remontée est signe de la Résurrection par le Souffle de l’Esprit de Pentecôte. Faire participer le corps à la prière

Faire participer le corps à la prière

En engageant tout le corps, les métanies lui redonne sa place au sein même de notre vie spirituelle. Les Fraternités de Jérusalem ont repris ce geste dans leur liturgie parce qu’il leur semble important, dans notre culture contemporaine, de faire participer le corps, « Temple de l’Esprit », à la prière. Elles rejoignent en cela l’enseignement du père Alexandre Schmemann, prêtre et théologien russe orthodoxe du XXe siècle : « L’homme tout entier, dans sa chute, s’est détourné de Dieu, l’homme tout entier devra être restauré ; c’est tout l’homme qui doit revenir à Dieu. (…) Pour cette raison, tout l’homme – corps et âme – se repent. Le corps participe à la prière de l’âme, de même que l’âme prie par et dans le corps. Les prosternements, signes psychosomatiques du repentir et de l’humilité, de l’adoration et de l’obéissance, sont donc le rite quadragésimal par excellence » (Le Grand Carême).

La symbolique du souffle

« Le souffle qui t’habite est celui que Dieu a insufflé en Adam : il est le signe que tu es vivant », rappelle Bernard Dubois. Dans les métanies, le sens du souffle est important. D’abord, il donne un sens à la prière : sur l’inspire, on prie : « Seigneur Jésus, Fils de Dieu », puis, sur l’expire, « Prends pitié de moi, pécheur ». L’auteur explique que l’expire représente un lâcher-prise, de ce qui est vicié (le péché, le mal, la mort). L’inspire, au contraire, représente ce qui est pur (l’amour, la vie, le nom de Jésus), tout ce qui est beau, bon, bien, vrai et ce qui est de Dieu (la paix, la joie…).

Cette pratique demande un peu d’entraînement mais pourra se révéler être une aide efficace dans vos futures rencontres avec le Seigneur.

SOURCE


07 novembre 2018

UN ANCIEN

209 - On demanda à un ancien : "Comment l'âme acquiert-elle l'humilité ?" Il répondit : "En n'étant attentive qu'à ses propres fautes."

Source

05 novembre 2018

ABBA AGATHON

318 - Quand Abba Agathon voyait un frère commettre une faute et que l'envie lui venait de réprimander le frère, il se reprenait lui-même et disait : "Agathon, prends garde de ne pas commettre ce péché." Et après s'être dit cela, il ne réprimandait pas le frère.

Source

04 novembre 2018

ABBA AGATHON

Les frères demandent à Abba Agathon : "Parmi toutes les bonnes actions, quelle est celle qui demande le plus d'efforts ?" Il répond: "Excusez-moi, mais je crois que c'est la prière. Oui, chaque fois que tu veux prier, tes ennemis veulent t'empêcher de le faire. En effet, ils le savent : pour arrêter ta marche vers Dieu, il n'y a qu'un moyen : te détourner de la prière ! Quant tu commences quelque chose de bien, n'importe quoi, si tu continues avec courage, tu trouveras le repos. Mais pour la prière, tu dois combattre tes ennemis jusqu'à la mort."

Source

03 novembre 2018

ABBA CHAMÉ

319 - Abba Chamé disait : "Mon père Abba Anter m'a dit : "Si grands que soient les péchés que j'ai commis, si je fais pénitence, le Seigneur me pardonnera ; mais si mons frère me demande le pardon et que je ne lui pardonne, le Seigneur non ne me pardonnera pas. "

Source

02 novembre 2018

ABBA MACAIRE

51 - Quelqu'un demande à Abba Macaire : "Comment doit-on prier ?" L'ancien répond : "Tu n'as pas besoin de faire de longs discours. Étends seulement mains et dis : "Seigneur, comme tu le veux, comme tu sais, aie pitié !" Et si un combart survient, dis : "Seigneur, au secours !" Le Seigneur sait ce qu'il nous faut et il a pitié de nous.

Source

Posté par ucem à 03:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

31 octobre 2018

ABBA CRONIOS

46 - Un frère interrogea Abba Cronios : "Comment l'homme parvient-il à l'humilité ?" L'ancien lui répond : "Par la crainte de Dieu." Le frère lui : "Et par quelle action parvient-on à la crainte de Dieu ?" L'ancien lui dit : "A mon avis, tu arrive à cela quand tu quitter tout souci, quand tu t'adonnes au labeur corporel et quand tu te souviens de la mort et du jugement de Dieu, autant que tu peux."

Source

30 octobre 2018

ABBA PAUL LE GRAND

37 - L'Abba Paul le Grand a dit : "Je suis dans un bourbier enfoncé jusqu'au cou et je pleure devant Dieu en disant : "Aie pitié de moi !"

29 octobre 2018

ABBA ÉVAGRE

36 - L'Abba Évagre dit : "Quand une pensée ennemie monte dans ton coeur, ne cherche pas à prier d'une manière ou de l'autre, mais aiguise l'épée des larmes."

Source