08 décembre 2015

PRIÈRE DU PAPE FRANÇOIS POUR LE JUBILÉ DE LA MISÉRICORDE

« Seigneur Jésus-Christ, Toi qui nous a appris à être Miséricordieux comme le Père céleste » :

« Seigneur Jésus-Christ, Toi qui nous a appris à être Miséricordieux comme le Père céleste,
et nous a dit que Te voir, c’est Le voir.
Montre-nous ton Visage, et nous serons sauvés !
Ton Regard rempli d’Amour a libéré Zachée et Matthieu de l’esclavage de l’argent, la femme adultère et Madeleine de la quête du bonheur à travers les seules créatures ;
Tu as fait pleurer Pierre après son reniement, et promis le paradis au larron repenti.
Fais que chacun de nous écoute cette Parole dite à la Samaritaine comme s’adressant à nous :
« Si tu savais le don de Dieu ! »
Tu es le Visage visible du Père invisible, du Dieu qui manifesta sa toute-puissance par le Pardon et la Miséricorde : fais que l’Eglise soit, dans le monde, ton Visage visible, Toi son Seigneur ressuscité dans la gloire. Tu as voulu que tes serviteurs soient eux aussi habillés de faiblesse pour ressentir une vraie compassion à l’égard de ceux qui sont dans l’ignorance et l’erreur : fais que quiconque s’adresse à l’un d’eux se sente attendu, aimé, et pardonné par Dieu.
Envoie ton Esprit et consacre-nous tous de son onction pour que le Jubilé de la Miséricorde soit une année de grâce du Seigneur, et qu’avec un enthousiasme renouvelé, ton Eglise annonce aux pauvres la bonne nouvelle aux prisonniers et aux opprimés la liberté, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue.
Nous Te le demandons par Marie, Mère de la Miséricorde, à Toi qui vis et règnes avec le Père et le Saint Esprit, pour les siècles des siècles. Amen. »

Pape François - Année Sainte extraordinaire de la Miséricorde 2015-2016

Posté par ucem à 03:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 août 2015

PRIÈRE DE SAINT BERNARD DE CLAIRVAUX POUR L'ASSOMPTION DE NOTRE DAME

http://www.lavie.fr/images/2013/08/14/43197_vierge3_440x260.jpg

Source

« Que par Toi, Reine clémente, Jésus-Christ, ton fils, Notre-Seigneur, accorde les dons de sa Grâce » :

« Que notre âme assoiffée se hâte donc vers cette Fontaine ; que notre misère vienne et revienne de toute son ardeur puiser à ce Trésor de miséricorde. Voici que jusqu'ici nous T'avons accompagnée de nos vœux, selon nos moyens, dans Ta montée vers ton Fils, et nous T'avons suivie, au moins de loin, Vierge bénie. Désormais c'est à Ta bienveillance de manifester au monde cette grâce que Tu as trouvée auprès de Dieu en obtenant par Tes saintes Prières : le pardon aux coupables, la santé aux malades, la fermeté aux cœurs lâches, l'apaisement aux affligés, secours et délivrance à ceux qui sont en péril. En ce jour enfin, jour de fête et de joie, aux petits serviteurs qui dans leurs chants invoquent le nom très doux de Marie, que par Toi, Reine clémente, Jésus-Christ, ton fils, Notre-Seigneur, accorde les dons de sa Grâce, Lui qui est au-dessus de tout, Dieu béni à jamais. Ainsi soit-il. »

Saint Bernard de Clairvaux (1090-1153)

Source

06 août 2015

MÉDITATION - LA TRANSFIGURATION

Une méditation pour aujourd'hui   jeudi  6  août  2015    

La Transfiguration


1ère lecture, Dn 7, 9-10.13-14

Je continuai à regarder : des trônes furent disposés, et un Vieillard prit place ; son habit était blanc comme la neige, et les cheveux de sa tête, comme de la laine immaculée ; son trône était fait de flammes de feu, avec des roues de feu ardent. Un fleuve de feu coulait, qui jaillissait devant lui. Des millions d'êtres le servaient, des centaines de millions se tenaient devant lui. Le tribunal prit place et l'on ouvrit des livres. Je regardais, au cours des visions de la nuit, et je voyais venir, avec les nuées du ciel, comme un Fils d'homme ; il parvint jusqu'au Vieillard, et on le fit avancer devant lui. Et il lui fut donné domination, gloire et royauté ; tous les peuples, toutes les nations et toutes les langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera pas, et sa royauté, une royauté qui ne sera pas détruite.

Psaume, Ps 96 (97), 1-2, 4-5ab, 6.9

Le Seigneur est roi ! Exulte la terre ! Joie pour les îles sans nombre ! Ténèbre et nuée l'entourent, justice et droit sont l'appui de son trône. Quand ses éclairs illuminèrent le monde, la terre le vit et s'affola ; Les montagnes fondaient comme cire devant le Seigneur, devant le Maître de toute la terre. Les cieux ont proclamé sa justice, et tous les peuples ont vu sa gloire. Tu es, Seigneur, le Très-Haut sur toute la terre : tu domines de haut tous les dieux.

Evangile selon St Marc, chapitre 9, 2-10

Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux.
Ses vêtements devinrent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille.
Élie leur apparut avec Moïse, et tous deux s’entretenaient avec Jésus.
Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : « Rabbi, il est bon que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. »
De fait, Pierre ne savait que dire, tant leur frayeur était grande.
Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! »
Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux.
Ils descendirent de la montagne, et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts.
Et ils restèrent fermement attachés à cette parole, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d’entre les morts ».

Prières

Prière d'introduction
Jésus, tu es le Seigneur de la vie et de l’histoire. C’est toi qui donnes un sens à l’histoire de tous les hommes, car c’est toi qui leur apportes à tous le salut. Seigneur, j’espère en toi.

Demande
Garder l’espérance dans les moments difficiles.

Points de réflexion

1. Pendant la plus grande partie de sa vie, Jésus est resté discret, un homme normal, travaillant comme charpentier avec Joseph. Jésus semblait être un habitant de Nazareth comme tous les autres. Au cours de sa vie publique, les choses changèrent, car Jésus se manifesta comme le Messie avec de nombreux miracles. Mais le seul moment où nous le voyons resplendir de sa divinité dans son propre corps, avant la Résurrection, est lors de la Transfiguration.

2. Jésus voulait sans doute affirmer la foi de ces trois disciples qu’il a pris avec lui, avant que ne viennent les épreuves de la Passion. Le Jésus des miracles et de la Transfiguration n’est en effet pas séparable du Jésus souffrant et mourant sur la croix. Au début de la Passion, tous les disciples prirent la fuite. Et Pierre reniera même publiquement Jésus. Et pourtant ils avaient vu Jésus transfiguré, ils avaient aussi, peu avant la Passion, assisté à la résurrection de Lazare, et ils avaient été témoins de tant de miracles.

3. Dans notre vie, les moments joyeux alternent aussi avec des moments de souffrances, des moments où tout semble plus difficile, voire parfois où il semble impossible d’aller de l’avant. Il est facile de croire et d’espérer quand tout va bien. Il est bien plus difficile de le faire dans les épreuves de la vie, que ce soient les nôtres ou celles de nos proches. C’est dans ces moments que l’on sait si l’on a la foi et si l’on espère vraiment dans le Seigneur. Quand tout semble perdu, mettons-nous encore notre confiance en lui ? Ou, comme les disciples, préférons-nous nous enfuir et aller voir ailleurs ? Cette vie est celle de la lutte pour la foi. Au Paradis, enfin, nous verrons Dieu face à face comme il est, et notre joie sera complète.

Dialogue avec le Christ
Seigneur, merci de venir affirmer ma foi. Aide-moi à profiter des moments de joies, des moments d’une expérience spirituelle plus forte pour renforcer ma foi. Aide-moi à garder cette foi tout au long de ma vie.

Résolution
Prendre la résolution de me tourner vers Jésus lors des prochains moments difficiles que je vivrai.

 

Cette méditation a été écrite par Frère Jean Marie Fornerod, LC

Source : catholique.org

27 avril 2015

LA PRIÈRE DE PÈRE JEAN DEBRUYNE "AU NOM DU PÈRE, DU FILS ET DU SAINT ESPRIT"

« Au nom du Père, la main sur le front, je voudrais écrire Dieu sur tous mes rêves. Je voudrais marquer Dieu sur toutes mes idées. Je voudrais que la main de Dieu soit sur toutes mes pensées. Au nom du Fils, la main sur le cœur, je voudrais dire Dieu. Je voudrais chanter Dieu avec tous les mots de mon amour. Je voudrais planter Dieu dans tous les jardins de ma tendresse. Au nom du Saint Esprit, la main qui fait la traversée et le voyage depuis l’épaule jusqu’à l’autre épaule, je voudrais écrire Dieu sur tout moi-même. Je voudrais m’habiller de Dieu de haut en bas et d’une épaule à l’autre. Je voudrais que le grand vent de l’esprit souffle d’une épaule à l’autre, d’un bout du monde à l’autre jusqu’aux extrémités de la terre. Amen. »

Père Jean Debruynne (1925-2006)

source


25 avril 2015

ÂME DU CHRIST

Âme du Christ, sanctifie-moi,

Corps du Christ, sauve-moi,

Sang du Christ, enivre-moi,

Eau du côté du Christ, lave-moi,

Passion du Christ, fortifie-moi.

Ô bon Jésus, exauce-moi.

Dans tes blessures, cache-moi.

Ne permets pas que je sois séparé de toi.

De l’ennemi défends-moi.

À ma mort appelle-moi.

Ordonne-moi de venir à toi,

Pour qu’avec tes saints je te loue,

Dans les siècles des siècles,

Amen

24 avril 2015

PRIÈRE DE REPENTIR DE SAINT GRÉGOIRE DE NAREK

J'ai péché à ta grande bonté, moi, le vil, j'ai péché ; j'ai péché à toi, source des rayons, moi ténèbres, j'ai péché ; j'ai péché à ta grâce infinie, en vérité j'ai péché ; j'ai péché à ta haute charité, ouvertement j'ai péché ; j'ai péché à toi qui m'as créé du néant, réellement j'ai péché ; j'ai péché à ton sein de suprême tendresse, immensément j'ai péché ; j'ai péché à ta douce et intarissable lumière, moi, le perfide, j'ai péché.

Et tel un homme violemment bouleversé par une interminable et torturante agitation dans la mer aux vagues périlleuses tourmentées par le vent, et qui serait entraîné et roulé en un torrent sauvage, remuant ça et là les doigts des mains dans le courant impétueux grossi par les pluies du printemps, emporté malgré lui en une lamentable dégringolade, avalant l'eau trouble et étrangleuse, poussé en des douleurs mortelles dans la vase fétide, moussue et embroussaillée, où il se noierait écrasé sous les flots : Tel moi, misérable, on me parle et je ne comprends plus ; on me crie, et je n'entends plus ; on m'appelle, et je ne me réveille plus ; on sonne, et je ne reviens plus à moi-même ; je suis blessé, et je ne sens plus.

Et je n'ai pas cueilli le fruit prématuré, et je n'ai pu arriver aux cueilles du renouveau, et voici que je demeure les mains vides de biens ; je n'ai pas la fleur de pureté ni l'huile de charité, et les ténèbres de la nuit sont sans aucune lueur ; je dors du sommeil de la mort, et la frayeur de la trompette du jugement me persécute ; je me suis encore une fois dépouillé de la parure nuptiale, et j'ai perdu de nouveau l'onction de sainteté, et voici que se ferme devant moi la porte de la maison de l'époux.

Traduction : Archag Tchobanian
Poésie arménienne – Anthologie - Sous la direction de Rouben Mélik. Paris 1973

Posté par ucem à 03:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 avril 2015

Prières de Saint Grégoire de Narek

Posté par ucem à 03:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 avril 2015

PRIÈRE À LA MÈRE DE DIEU

Toi qui à été fortifiée et protégée par le Père très haut, préparée et consacrée par l’Esprit Saint qui s’est reposé sur toi, embellie par le fils qui habita en toi. Accueille cette prière et présente la à Dieu.

Ainsi par toi toujours secouru et comblé de tes bienfaits, ayant trouvé refuge et lumière près de toi, je vivrai pour le Christ, ton fils et Seigneur.

Sois mon avocate, demande et supplie ; comme je crois à ton indicible pureté, je crois au bon accueil qui est fait à ta parole.

Il en sera ainsi, ô Mère du Seigneur,

si dans ma recherche incertaine tu m’accueilles,
ô toi toute disponible,

si dans mon agitation tu me tranquillises,
ô toi qui es repos,

si le trouble de mes passions tu le changes en paix,
ô Pacificatrice,

si mes amertumes tu les adoucis,
ô toi qui es douceur,

si mes impuretés, tu les enlèves,
ô toi qui as surmonté toute corruption,

si mes sanglots, tu les arrêtes,
ô Allégresse.

Je te le demande, Mère du Très Haut Seigneur Jésus, lui que tu as enfanté Homme et Dieu à la fois,

Lui qui aujourd’hui glorifié par le Père et le Saint Esprit, Lui qui est tout et en toutes choses.

A Lui soit la Gloire, dans les siècles des siècles

Amen.

Saint Grégoire de Narek (951-1003)

Posté par ucem à 03:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 avril 2015

HOMME DE PEU DE FOI

Homme de peu de foi…

« Seigneur, j’ai peur de toi. J’ai peur de m’attacher à toi, de remettre mon sort entre tes mains, parce que j’ai peur de la souffrance, de l’injustice et de la solitude.

Aussi, je ne puis te dire : “Fais de moi ton amour et pétris-moi à ton gré, comme l’époux pétrit l’épaule de son épouse…”.

J’ai peur que tu ne me conduises dans l’inconnu, là où je ne serai que face à toi, rien que face à toi ; là où peut-être ta volonté contrariera tellement la mienne que toute ma vie en sera changée.

Pourtant, Seigneur, je sais que mon sort est entièrement entre tes mains. Je sais que quoi que je fasse c’est à toi qu’appartient le dernier mot, que mon âme est ta chose parce que tu m’aimes. Je t’aime moi aussi.

Alors d’où viennent ma peur, mes réticences et parfois ma révolte ? Est-ce parce que je n’ai pas assez la foi ? Oui c’est cela Seigneur, je n’ai pas assez de foi… »

Paroles pour demain, Desclée de Brouwer, 1986.

Posté par ucem à 13:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,